Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

21 décembre 2010 2 21 /12 /décembre /2010 17:31

Le ministre tire sur les entreprises

habitat-construction.jpg

«Vous n’avez qu’à offrir de bons salaires, de bonnes conditions de travail, d’hébergement et de restauration à vos employés pour attirer la main-d’œuvre dont vous avez besoin», a rétorqué, hier, le ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme aux entrepreneurs algériens qui se plaignent du manque de main-d’œuvre.

Selon Noureddine Moussa, les entreprises étrangères travaillant en Algérie n’ont jamais posé ce problème, pour la simple raison qu’elles s’occupent convenablement de leurs employés.

Interrogé hier par un entrepreneur sur le flagrant manque de main-d’œuvre, le ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme, Noureddine Moussa, a répondu que ce problème n’est exposé que par les entreprises de construction algériennes. «Les entreprises étrangères ayant des marchés en Algérie emploient jusqu'à 80% d'effectifs algériens, parce qu’on leur offre de très bonnes conditions de travail», a indiqué le ministre.

Dans ce sens, il a expliqué que ces entreprises mettent à la disposition de leurs travailleurs des réfectoires au niveau des chantiers, de bonnes conditions d’hébergement, des combinaisons et casques qu’ils portent au travail et surtout de «bons» salaires.

En revanche, les travailleurs algériens dans les entreprises algériennes sont sous-payés à tel point qu’«ils mangent du pain avec de la limonade», sans parler des conditions déplorables dans lesquelles ils travaillent et dorment. «Vous n’avez qu’à offrir de bonnes conditions de travail, d’hébergement et de restauration à vos employés pour attirer la main-d’œuvre», a préconisé M. Moussa qui s'exprimait en marge des travaux de la 9e session de l'Assemblée générale statutaire des promoteurs immobiliers adhérant au Fonds de garantie et de caution mutuelle de la promotion immobilière (Fgcmpi).

Sur un autre plan, le ministre a reconnu l'incapacité des entreprises nationales à relever les grands défis. «Il existe seulement 400 entreprises qui relèvent de catégories allant de 5 à 9, soit des entreprises moyennes», a-t-il souligné, précisant que le nombre d'entreprises intervenant dans le secteur avoisinerait 31 000 dont 16 000 sont de petite taille. Partant de ce constat, Noureddine Moussa prône l'approche du regroupement des entreprises pour remédier à ces insuffisances.

Selon lui, il est temps que les intervenants du secteur se constituent en groupes homogènes et pluridisciplinaires. «Et que chacun fasse son métier», a-t-il lancé. Selon lui, il n’y a que le cadre législatif qui peut délimiter les responsabilités de chaque intervenant dans le secteur de l'habitat. «On a donné la priorité à la promotion immobilière, ensuite on s'attaquera au dossier de la maîtrise d'œuvre qui est actuellement ouvert au ministère de l'Habitat», a-t-il affirmé, rappelant que le projet de loi sur la promotion immobilière, actuellement au niveau de l’Assemblée populaire nationale (APN), vise justement un meilleur encadrement de l'activité de promotion immobilière. Il a expliqué, à ce propos, que cette nouvelle loi propose la mise en place de règles organisant les activités immobilières.

En vertu de cette nouvelle réglementation, un conseil national du promoteur immobilier et un ordre des promoteurs immobiliers seront également créés. Le projet de loi sur la promotion immobilière prévoit un volet consacré à la gestion des constructions réalisées. Même si un précédent texte encadrait l'activité, le nouveau se veut un cadre devant corriger les insuffisances du passé.

Source Horizons

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires