Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 08:29

Partout l’insalubrité

incivilit-.jpg

 

Les visiteurs et les habitants des quartiers d’Alger auront certainement remarqué l’insalubrité à chaque coin de rue. L’hygiène publique est une menace écologique et sur la qualité de la vie qui a pris des proportions alarmantes ces dernières années. Partout, on peut constater ces dépotoirs nauséabonds et anarchiques qui indisposent riverains et passagers. Pourtant, les pouvoirs publics disent avoir mis en place les moyens nécessaires pour y remédier. Ces efforts se traduisent par les moyens matériels et humains mobilisés à faire de la capitale une ville propre, à savoir l’entreprise publique Netcom. Cependant, ce que l’on constate de visu laisse comprendre qu’il n’y pas de nettoyage, encore moins de ramassage quotidien des ordures ménagères. Pour en savoir plus sur ce problème, nous avons fait notre constat sur le terrain. A la place des Martyrs, des bouteilles en plastique jonchent les trottoirs, des mégots, des papiers, des sachets, des gobelets jetés pêle-mêle. D’où proviennent les odeurs nauséabondes qui indisposent les passagers et automobilistes. Dans d’autres localités, des poussières causées par des travaux inachevés et soulevées par le vent font le décor d’Alger la blanche. Approché, un citoyen témoigne que «les services de la voirie, chargés de l’hygiène, sont toujours présents sur le terrain, ils nettoient les lieux matin et soir, mais malheureusement il y a des gens qui n’accordent aucune  importance à l’hygiène. Certains mangent et  jettent les déchets par terre alors que les poubelles sont disponibles tous les 10 mètres. C’est le cas à Bab-El-Oued où les commerçants jettent les emballages à même le sol. Les fast-foods jettent aussi leurs déchets sur les paliers des immeubles et beaucoup de locataires souffrent de ces odeurs insupportables. Même constat à l’entrée des immeubles de la place des Martyrs, où les escaliers menant à la Pêcherie sont dans un état d’insalubrité avancé. Les usagers se plaignent des odeurs nauséabondes. Autre endroit, la station de métro Hai El Badr à Kouba où nous avons constaté l’insalubrité des lieux. Les usagers du métro, une fois descendus, jettent leurs tickets par terre malgré l’existence de poubelles mises en place spécialement. Selon un usager, la saleté est due à la négligence des citoyens, au manque de civisme et à la négligence des autorités locales. «À mon avis, des campagnes de sensibilisation pourront contribuer à réduire le problème de l’insalubrité dans les endroits publics qui sont devenus des dépotoirs à ciel ouvert», a-t-il enchaîné. Et ce n’est pas tout. «Les rues sont dans un mauvais état. La plupart sont crevassées et les eaux pluviales y stagnent bien qu’elles sont revêtues à chaque fois par les services concernés, mais le problème persiste toujours…», a ajouté notre interlocuteur. Il faut signaler, par ailleurs, que selon une étude menée en 2008 par le groupe britannique Urban Clean Environnement, l’Algérie était classée 3e «ville la plus salle au monde», derrière la Gambie et le Rwanda avec un résultat de 3,75%. Selon le même rapport, cette situation est due au manque de civisme des Algérois.

Source Le Jour d’Algérie Karima Kartobi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires