Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

2 décembre 2011 5 02 /12 /décembre /2011 14:21

Quand l’Algérie importe le sable… !

pillage-du-sable.jpg

«Il est scandaleux et ridicule de savoir que le sable utilisé pour les systèmes de freinage du tramway d’Alger provient d’Espagne», regrette un des cadres de l’entreprise française Alstom, gestionnaire technique du tramway d’Alger.

Les rames du tramway d’Alger sont dotées d’un système de freinage utilisant du sable lorsque la vitesse ne dépasse pas les 4 km/h. Il convient alors de sabler dans certains cas, c’est-à-dire d’envoyer du sable sur la voie au moyen de sablières, pour éviter le patinage des roues, garantissant ainsi au tramway un freinage en toute sécurité. Les Algérois empruntant le premier tronçon du tramway auront remarqué la présence de sable sur les voies au niveau des stations. Au Poste de commandement et de contrôle (PCC) de Bordj El Kiffan, chaque matin, les sablières des rames sont remplies de sable : «Il s’agit d’un sable ordinaire, traité d’une manière à ce qu’il réponde à la granulométrie exigée par le constructeur pour le bon fonctionnement du système de freinage», nous explique un des ingénieurs d’Alstom qui a requis l’anonymat. «C’est l’un des secrets les mieux gardés de l’entreprise», précise-t-il.

Car ce sable est importé à coups de milliards d’Espagne. «Il est entreposé dans les silos à Bordj El Kiffan. Selon des informations que j’ai pu obtenir auprès de mes collègues, l’entreprise est en train de construire de gros silos à côté de la future usine de montage à Annaba, qui serviront de stock pour les futurs tramways», nous renseigne-t-il. Nous avons tenté d’approcher la direction d’Alstom, sans succès. Au ministère de l’Energie et des Mines, un des cadres crie au scandale : «Si l’information s’avère vraie, il serait ridicule d’importer du sable d’Espagne, le tiers de la surface de l’Algérie est sablonneux. S’il y a un traitement spécifique à opérer sur le sable pour répondre aux spécificités et à la granulométrie exigée par cette entreprise, je pense qu’en Algérie, nous avons et la compétence et la matière pour en fabriquer localement.»

Selon un douanier au port d’Alger, ce sable est catalogué «spécifique». «L’entreprise de surcroît paie uniquement la TVA et est exonérée des droits de douane, tel que prévu dans les accords d’association avec l’Union européenne.» Alstom aurait exigé, dans les dispositions du cahier des charges signé avec les autorités algériennes, l’importation de ce sable de son partenaire espagnol. Concernant l’origine de ce sable, une source craint qu’il ne «provienne du Sahara occidental», un territoire qui connaît depuis plusieurs années un pillage sans précédent de ses richesses naturelles, notamment le sable qui est classé par l’ONG sahraouie Western Sahara Watch comme étant la principale richesse de ce territoire.

Source El Watan Zouheir Aït Mouhoub

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires