Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

Archives

20 mai 2010 4 20 /05 /mai /2010 07:51

Algérie - Sonatrach, l’effet Cherouati - Le nouveau PDG rassure et cherche à réhabiliter l’entreprisesonatrach

C’est la seule déclaration que les journalistes ont réussi à arracher au nouveau PDG de la compagnie nationale des hydrocarbures hier à l’hôtel El Aurassi. Le nouveau PDG de Sonatrach, qui faisait sa première sortie publique depuis sa nomination le 3 mai, assistait à l’ouverture des travaux du séminaire sur la pollution marine par les hydrocarbures. Même s’il a commenté indirectement l’affaire Sonatrach en rappelant que beaucoup de compagnies ont connu ce genre de problèmes et que trop d’argent sur la table peut faire naître des tentations, il a néanmoins tenu à rappeler que Sonatrach faisait vivre le pays et qu’il fallait la protéger.

Quinze jours après la nomination d’une nouvelle direction officiellement, l’ancienne avait été installée par intérim, nous avons demandé à plusieurs cadres de la compagnie ainsi qu’à un représentant d’un grand groupe pétrolier partenaire de Sonatrach de nous donner leur point de vue et les effets de cette nomination. Un point commun à toutes ces personnes, elles ont exigé de s’exprimer dans l’anonymat. Pour le représentant du groupe pétrolier partenaire de Sonatrach, « c’est une bonne chose », a-t-il estimé après cette nomination. « C’est bien, c’est la stabilité et c’est officiel », a-t-il indiqué en qualifiant l’installation de la nouvelle direction.

Il faut rappeler que les partenaires de Sonatrach se sont retrouvés dans l’expectative dès le 15 janvier avec une nouvelle direction dont les responsables assuraient l’intérim et on ne savait pas trop s’ils étaient qualifiés pour prendre des décisions dans la mesure où ils pouvaient être changés à tout moment. Il faut rappeler qu’en même temps que la nomination de Nordine Cherouati en tant que PDG de Sonatrach, quatre vice-présidents ont aussi été nommés officiellement. Il s’agit de Yamina Hamdi en qualité de vice-présidente de l’activité commercialisation et qui était anciennement directrice de la division du marché national, Saïd Sahnoun en tant que vice-président de l’activité amont et qui était directeur de la division associations, Allaoua Saïdani en tant que vice-président de l’activité transport et qui était PDG de la Société algérienne de gestion du réseau de transport du gaz (Grtg) et Abdelkader Benchouia comme vice-président de l’activité aval et qui était directeur de la division raffinage.

Selon un cadre à la direction générale de Sonatrach à qui nous avons demandé de commenter le climat qui règne au sein de la compagnie après ces nominations, le ton est à l’optimisme. « Le climat est serein, les gens connaissent le nouveau PDG, c’est un ancien de la boîte », nous a-t-il indiqué.« Les gens sont sereins et ils voient d’un bon œil l’arrivée d’un enfant de la boîte. » « C’est sans protocole qu’il a fait la tournée des bureaux juste après sa nomination et il a l’avantage de connaître tout le monde. » « De plus il a une référence, il n’est pas intérimaire », a-t-il ajouté.« Par sa présence, les gens étaient rassurés, ça fait 40 ans qu’il est dans la boîte et les gens connaissent son franc-parler », selon ce cadre. Dès sa nomination, le nouveau PDG est descendu à Hassi Messaoud où il a pris contact avec ceux qui gèrent le principal gisement de pétrole de l’Algérie, selon ce même cadre.

Pour un autre cadre : « La nouvelle nomination signifie qu’il y a plus de stabilité et il faut que les gens se remettent à travailler. Il faut revenir vers le groupe et au sentiment d’appartenance au groupe. » « Ce qu’on a vécu, ce n’est pas rien du tout... Aussi, il faut plus de rigueur dans les marchés », a-t-il ajouté. « Même les intérimaires n’étaient pas tranquilles, ils ne pouvaient prendre de décisions. » Concernant le nouveau PDG, ce cadre considère que « c’est un responsable communicatif, convivial et rigoureux dans le travail. Aussi, les gens sont plus rassurés ». En conclusion, il estime que « les gens ne demandent qu’à se remettre au travail et être remotivés » après les épreuves vécues dans le scandale.

Source El Watan Liès Sahar

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires