Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

17 octobre 2011 1 17 /10 /octobre /2011 02:11

  L’ambassadeur de France l'a affirmé hier à Béjaïa

Xavier Driencourt

M. Xavier Driencourt

 

M. Xavier Driencourt, l'ambassadeur de France en Algérie, a effectué hier un déplacement à Bejaia au cours duquel il a pu rencontrer les opérateurs économiques de la région de Béjaïa. Cette visite a été l'occasion de découvrir les potentialités de la wilaya de Béjaïa dont la laiterie Candia.
Lors du point de presse donné à l'hôtel Chréa, il est revenu sur les relations bilatérales, qu'il estime excellentes grâce «aux hommes de bonne volonté des deux pays». Conjoncture oblige, l'ambassadeur n'a pas échappé aux questions relatives à l'Histoire, dont les événements du 17 Octobre 1961. A ce sujet, il précisera qu'il «n'y a jamais eu de déni français de ces événements». Il renverra l'assistance à certains événements récents, dont le discours de Sarkozy à Constantine en 2007 condamnant clairement le système colonial. Pour conclure sur ce chapitre, il dira: «La reconnaissance oui mais la repentance est autre chose.»
Quant à la restitution des archives, Son Excellence l'ambassadeur de France a estimé qu'aucune loi «ne nous oblige à le faire». Il s'agit de la souveraineté, a-t-il commenté, précisant que les archives sont ouvertes.
Revenant sur sa visite à Béjaïa, le diplomate s'est engagé a transmettre le message des opérateurs bédjaouis se refusant toute ingérence dans les affaires des entreprises françaises «Je vais leur expliquer les opportunités d'investissement à Béjaïa», a-t-il dit. L'ambassadeur de France, Xavier Driencourt, a affirmé en substance que l'avenir des relations algéro-françaises ne peut qu'être radieux. «Nos relations ne se limitent pas aux rapports gouvernementaux, mais elles concernent tous les niveaux socioéconomiques et culturels des deux peuples», a-t-il souligné. Dans ce contexte, l'hôte de Béjaïa a indiqué que 35.000 postes d'emploi directs et 100.000 autres indirects ont été générés par les différentes entreprises présentes en Algérie.
Entre 35.000 et 44.000 personnes ont été formées à tous les niveaux. L'ambassadeur de France niera une quelconque régression de l'investissement en France, notant tout simplement le dynamisme plus accru des autres pays. Il soulignera qu'il a effectué trente-huit visites. Au plan culturel, l'hôte de Béjaïa a indiqué que la France a dégagé près de 12 millions d'euros pour la promotion de la culture en Algérie.
L'Union pour la Méditerranée est encore plus nécessaire, a estimé le diplomate, la qualifiant d'«ambitieuse», et que ce projet «a été fragilisé par la
conjoncture régionale et internationale»

Source L’Expression Arezki Slimani

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires