Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

16 septembre 2010 4 16 /09 /septembre /2010 23:16
Les boursiers harragas

boursiers en grande bretagne-copie-1

La scolarité de chaque boursier dans les universités britanniques coûte environ 30 000 livres sterling par an au Trésor public. Mais beaucoup d’étudiants préfèrent ne pas retourner en Algérie à la fin de leurs études. En réponse à cette désertion, le président Bouteflika décidait, en 2005, que plus aucun lauréat du bac ne sera envoyé sur les campus étrangers aux frais de l’État. Au Royaume-Uni, aujourd’hui, un peu plus d’une centaine compose l’ultime contingent de ces privilégiés qui ont donné des ailes à leurs neurones.

Combien d’étudiants boursiers à l’étranger rentrent-ils en Algérie à la fin de leur cursus universitaire ? Très peu, évidemment. En Grande-Bretagne, pays où l’affluence des prodiges est conséquente, la tendance générale n’échappe pas à la règle. En sa qualité de consul adjoint à Londres, chargée du dossier des boursiers, Nadhera Hadidi a rarement eu l’occasion de recevoir dans son bureau un candidat au retour. “Pas plus de dix depuis quatre ans”, révèle la diplomate. Face à la fuite de ses jeunes cerveaux, l’État algérien a pris une décision radicale consistant à arrêter de financer le parcours universitaire des bacheliers les plus méritants dans des établissements étrangers. Au Royaume-Uni, les derniers arrivants remontent à 2005.
D’ultime promotion, il s’agit en réalité de trois lauréats du baccalauréat contre une moyenne de 70, les années précédentes. Ce trio clôture une liste de 138 étudiants déjà sur place. En graduation, le nombre des inscrits se rétrécit comme peau de chagrin. Pour l’année scolaire 2008/09, ils ne sont pas plus de 35. Ce chiffre correspond au tiers de la totalité des étudiants en postgraduation. 26 préparent un mastère, 80 le doctorat.

À la fin de cette année, 46 doctorants devraient achever la réalisation de leur thèse. Courtisés par les laboratoires de recherche et les grands groupes industriels, les plus nostalgiques sont détournés de leur intention de rentrer au bercail. “C’est humain”, illustre Mme Hadidi avec compréhension. Des carrières brillantes assorties d’un train de vie confortable sont des arguments infaillibles, poussant le plus grand nombre à prolonger leur séjour sur les bords de la Tamise. L’indulgence exprimée à leur égard par les autorités algériennes les incite davantage à reporter leur retour. Au chapitre des représailles, le consul adjoint relate l’exemple de l’Égypte où les pouvoirs publics obligent les parents à signer une hypothèque sur leur maison pour obliger leurs enfants à rentrer. Dans d’autres pays, dit-elle, les boursiers défectibles sont poursuivis en justice. En Algérie, le décret n 87-209 du 8 septembre 1987 portant organisation de la planification et de la gestion de la formation et du perfectionnement à l’étranger prévient de sanctions administratives les diplômés qui ne répondent pas à l’appel et ne rejoignent pas leur poste d’affectation à l’issue de leur formation. Mais la menace n’a jamais été mise en application.

Optant pour la politique de la carotte, le gouvernement a tenté une opération de séduction à l’égard des réfractaires au retour. En 2007, une mission de cadres du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique s’est rendue à Londres dans le cadre d’une conférence, conçue pour convaincre les boursiers que l’Algérie recèle de nouvelles opportunités devant les encourager à faire leurs valises. Ayant pris part à cette rencontre, le consul adjoint évoque la levée d’une contrainte qui, jusque-là, forçait les diplômés à se vouer exclusivement à une carrière universitaire. La nouvelle formule consiste à leur demander de dispenser quelques cours, tout en explorant d’autres perspectives professionnelles. “Cela concerne surtout les diplômés du secteur de la finance qui ne souhaitent pas se cantonner dans une carrière académique”, explique Mme Hadidi. Mais force est de constater que le stimulus du MESRS n’a pas suscité l’effet escompté. Sans doute parce qu’il est insuffisant. L’absence de laboratoires de recherche dignes de ce nom, la précarité du statut des enseignants universitaires, la démission entre l’université et le monde de l’entreprise, les tribulations politiques et le mal-vivre sont autant de raisons ayant entraîné l’exode de la matière grise algérienne vers des horizons plus enchanteurs. En Grande-Bretagne, deux milliers de cadres universitaires d’origine algérienne essaiment leurs connaissances à travers le pays.

Évidemment, le choix des boursiers de demeurer sur leur terre d’accueil ne ravit pas tout le monde. Certains considèrent qu’ils sont coupables d’ingratitude et ont violé le contrat moral qui les lie à leur pays. Sur le plan pécuniaire, on estime que l’État a dépensé pour eux des sommes colossales qu’ils ont le devoir de rembourser en mettant leur savoir au service de leurs compatriotes. Mme Hadidi rappelle que l’Algérie est encore l’un des rares pays qui octroie des bourses d’études à l’étranger pour ses jeunes ressortissants. La prise en charge financière couvre les frais d’inscription dans les établissements universitaires britanniques, qui s’élèvent à 20 000 livres (30 000 euros) annuellement, les billets d’avion lors des vacances annuelles en Algérie, une couverture médicale ainsi que la bourse mensuelle de l’ordre de 795 livres pour les étudiants en graduation et 990 pour leurs camarades en postgraduation. Ces allocations permettent aux étudiants de payer leur loyer — les chambres universitaires n’étant pas toujours disponibles — ainsi que les autres frais communs comme le transport. Compte tenu de la cherté de la vie, les étudiants recourent souvent à la colocation. Beaucoup font des petits boulots pour arrondir leurs fins de mois. La scolarité des boursiers s’étale globalement sur 9 ans (4 pour la graduation, 1 pour le mastère et 4 pour le PHD). “Nous ne connaissons pas d’échec”, assure le consul adjoint.

Cette dernière ne tarit pas d’éloges sur ses jeunes protégés, les décrivant comme des étudiants exemplaires et brillants. Quand ils arrivent au Royaume-Uni, ils sont encore adolescents. Beaucoup n’ont jamais eu l’occasion de quitter l’Algérie auparavant. Pour principal bagage, les bacheliers ont des attestations, frappées d’augustes mentions. Mais avant de les faire valoir auprès des universités, tous doivent se familiariser avec la langue de Shakespeare qu’ils étudient pendant une année.

Souvent, les boursiers qui choisissent les universités britanniques sont les produits de l’arabisation de l’enseignement en Algérie. Au Royaume-Uni, ils se fondent dans l’univers cosmopolite de campus prestigieux comme Imperial Collège, LSE (London School of Economy) et Oxford, des temples du savoir où les étudiants sont des demi-dieux.

Ils révèlent leur parcours et leurs aspirations - Paroles de prodiges

Ils s’appellent Imad et Ibtissem. Le premier n’envisage pas de rentrer en Algérie, du moins dans l’immédiat. La seconde est impatiente de retrouver les siens à Annaba. Témoignages

Imad paraît beaucoup plus jeune que son âge. Il a 32 ans et séjourne à Londres depuis 7 ans. Il est venu en Grande-Bretagne grâce à une bourse d’État qu’il a obtenue en sa qualité de major de promotion à l’École supérieure de commerce d’Alger. À l’origine, le choix de Imad s’est porté sur les États-Unis. Mais les attentats du 11 septembre 2001 ont rendu les conditions d’entrée dans ce pays très compliquées. À la place, l’étudiant a mis le cap sur la Grande-Bretagne où il a de la famille. À la question de savoir pourquoi n’a-t-il pas opté comme de nombreux étudiants pour la France, il répond qu’il a “toujours été plus proche des Anglo-Saxons”. Imad reconnaît, par exemple, au Royaume-Uni la qualité d’avoir favorisé l’émancipation intellectuelle des populations de son ancien empire colonial. “Les pays qui ont été colonisés par la France ne sont pas aussi développés que ceux qui étaient sous la domination britannique”, constate-t-il. Fils d’un professeur d’université et d’une directrice de lycée, le garçon porte un regard critique sur le système d’enseignement en Algérie. Sans vouloir le dénigrer, il lui reproche de se livrer à “du bourrage de crâne” qui ne permet pas aux étudiants de mettre en pratique leurs connaissances. “On nous enseignait des théories. Mais dans la plupart des cas, on ne nous montrait pas comment les appliquer”, résume Imad. En revanche, Il constate qu’au Royaume-Uni, les universités constituent les antichambres des entreprises. “On nous apprend à monter des projets. En arrivant dans le monde du travail, les diplômés savent déjà certaines choses comme préparer des rapports, par exemple”, relate l’étudiant. Après avoir obtenu un mastère à l’université de Westminster à Londres, il a opté pour Greenwich, un établissement du sud de la capitale britannique qui capte les étudiants étrangers et où il a choisi de réaliser une thèse de doctorat sur “la contribution de l’investissement direct à l’économie algérienne”, en puisant des exemples dans les domaines de l’énergie et des télécoms. Pour les besoins de ses explorations, l’université lui attribue une allocation, provenant d’un fonds de recherche (research found) pour les doctorants. Il y travaille également en qualité d’enseignant et dispense des cours à des étudiants en graduation que l’administration paye 25 livres de l’heure. Avant de toucher un salaire et d’obtenir une prime de recherche, Imad percevait une bourse. Mais son montant (un peu moins de 1 000 livres) était un peu juste. Du coup, il s’est plié aux usages locaux, entraînant les étudiants à prendre des petits boulots pour survivre. Si dans son cas, cette rentrée d’argent devait satisfaire des dépenses secondaires comme l’achat des livres, pour ses camarades britanniques, elle est essentielle dans la mesure où elle leur permet de financer leurs études. En Grande-Bretagne, les frais d’inscription sont onéreux — 20 000 livres par an — et des étudiants n’hésitent pas à contracter des prêts bancaires qu’ils passent plusieurs années de leur vie professionnelle à rembourser. Conscient de sa chance, Imad est totalement reconnaissant à l’Algérie de lui avoir permis d’obtenir une place dans des établissements prestigieux gratuitement. Cependant, il se résout encore mal à voir son avenir au pays, du moins dans l’immédiat. “Je ne suis pas ingrat. J’ai envie d’être chez moi, avec mes parents”, confie-t-il déchiré. Pour illustrer le contenu de ses réserves, Imad utilise une parabole. Il s’imagine ainsi que ses autres camarades boursiers comme une machine dont l’État algérien a financé le montage mais qu’il ne sait pas rentabiliser. Plus explicite, il relate le cas d’une connaissance, revenue des États-Unis avec un gros diplôme et qui a été envoyée enseigner à l’université de Blida pour un salaire de misère. Citant l’exemple du Maroc, Imad affirme que dans ce pays, le statut des enseignants universitaires est régi directement par le palais royal et que leurs salaires sont alignés sur ceux de leurs collègues en Europe. Il y a quelque temps, le jeune homme assistait à une rencontre organisée a Londres par le ministère de l’Enseignement supérieur et le consulat, en vue de convaincre les boursiers de rentrer au pays, en les rassurant sur leur avenir. Visiblement, le discours tenu n’a pas vaincu ses réticences. Après l’expiration de son visa d’étudiant, Imad sollicitera un permis de travail que les autorités britanniques s’empresseront de lui fournir. “Du moment où on a besoin de vous, on ne vous lâche pas”, dit-il, conscient qu’il est une cible parfaite pour les chercheurs de têtes qui officient à la nouvelle politique migratoire britannique. Ibtissem, de son côté, ne semble guère encline à succomber à l’envie de rester en Grande-Bretagne. D’une voix calme mais décidée, elle affirme qu’elle rentrera en Algérie, une fois qu’elle aura obtenu son PHD. Mais elle ne sait pas encore ce qu’elle fera comme métier. Originaire d’Annaba, cette doctorante de 25 ans est arrivée en Grande-Bretagne il y a 7 ans. Elle était accompagnée de 69 lycéens qui comme elles avaient obtenu de prestigieuses mentions à l’examen du baccalauréat. “Je me suis retrouvée à Londres, une si grande ville. C’est la première fois que je voyageais sans mes parents”, raconte Ibtissem. Ses camarades et elles sont attendus à l’aéroport de Heathrow par des représentants du Consulat d’Algérie, puis conduits vers leurs lieux de résidence. Ibtissem atterrit dans une chambre d’une cité universitaire à Hampstead (nord- ouest de la capitale).
Sa première année est consacrée à l’apprentissage de l’anglais. Des cours lui sont dispensés à King’s College. En dépit du handicap linguistique, la boursière n’a pas hésité à choisir la Grande-Bretagne comme destination. “C’est un pays que je ne connaissais pas. Je voulais le découvrir”, confie-t-elle. Après Londres, Ibtissem s’envole pour l’Écosse où elle s’inscrit à l’université et obtient une licence en Génie génétique. Ce nouvel exil ne lui fait pas peur. “Les Écossais sont plus accueillants. Je me suis fait beaucoup d’amis”, dit-elle enthousiaste. Son séjour dans cette région du nord du Royaume-Uni s’avère également plus économique. De retour à la capitale pour la préparation de son PHD, la jeune fille se résout à la colocation pour ne pas dilapider sa bourse. Dans une année, elle devra achever la rédaction d’une thèse en pharmacie. Cette spécialité est la première choisie par les boursiers algériens inscrits dans les universités britanniques. Elle est suivie de l’informatique et du business & management.

Les universités britanniques font la chasse aux étudiants étrangers

Quand des établissements se muent en rabatteurs

Certaines universités doivent leur existence à la présence massive d’étudiants étrangers qui constituent une source de financement inestimable en matière de frais d’inscription.

Environ 300 000 étudiants étrangers poursuivent un cursus universitaire au Royaume-Uni. De grande renommée internationale, des établissements comme Cambridge ou Oxford font la notoriété de l’enseignement supérieur britannique et lui apportent la fortune. Environ 5 milliards de livres rentrent dans les caisses de ces institutions sous forme de frais d’inscription-en moyenne 20 000 livres par an et par individu- et d’autres dépenses scolaires que les étudiants étrangers versent. Certains campus à Londres comme City university, l’Institut des études africaines et orientales (School for Africain and oriental studies) et l’institut des sciences économiques (School of economics) doivent en grande partie leur pérennité à l’afflux des apprenants non britanniques. Jusqu'à un quart de leurs revenus proviennent de cette manne. Conscients de son importance, certains établissements se muent en rabatteurs pour attirer dans leurs amphithéâtres le plus grand nombre d’étudiants étrangers. Leur stratégie consiste à tisser des liens avec des entremetteurs locaux (des instituts d’enseignement associés ou des agences pourvoyeuses de facilités en matière de visas). En mars dernier, l’arrestation d’une douzaine d’étudiants pakistanais, accusés d’implication dans la préparation d’attentats terroristes à Manchester a dévoilé l’étendue de cette pratique. Tous doivent leur inscription dans l’une des universites de la ville à des intermédiaires qui se sont chargés des procédures d’inscription et de visas, monnayant des commissions substantielles. Un intermédiaire de Karachi a révélé à la BBC que son bureau est inondé de brochures publicitaires provenant d’universités britanniques. Ces dernières ont d’ailleurs très mal accueilli la décision du gouvernement de durcir les procédures de délivrances des visas aux étudiants étrangers. En mars dernier, alors que le complot de Manchester n’était pas encore découvert par la police, les services de l’immigration dévoilaient des mesures drastiques. La première consiste a fixer à 4 ans la durée du visa étudiant. Au-delà de ce délai, les étudiants qui n’ont pas achevé leur cursus doivent introduire une demande d’extension de leur titre de séjour. Pour des raisons de sécurité, il leur est demandé de s’identifier auprès du commissariat de leur quartier. De leur côté, tous les établissements doivent passer un test d’éligibilité avant d’accueillir des étudiants étrangers. Sur 14 000 institutions, 2 100 ont été, a ce jour, agréées. 400 autres ont été recalées. Russel Group, une association représentant 50 établissements de recherche a saisi le gouvernement, lui demandant de revoir sa nouvelle politique de visas. Selon cet organisme, les restrictions sont de nature à décourager les étudiants étrangers et réduire leur affluence au Royaume-Uni. Ils citent en exemple, l’expérience des universités américaines qui ont été lourdement pénalisées par les verrous mis en place après les attentats du 11 septembre 2001, en vue de contrôler l’arrivée des étrangers. En Écosse, les universités locales prévoient des pertes à hauteur de 50 millions de livres, si le nombre des étudiants non britanniques venait à diminuer. Outre l’impératif sécuritaire, la décision prise il y a quelques semaines d’imposer une taxe d’entrée sur le territoire britannique aux travailleurs et aux apprenants originaires des pays se trouvant hors de l’Union européenne, devrait agir comme un frein supplémentaire.
Source: Liberté

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires