Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

28 décembre 2011 3 28 /12 /décembre /2011 10:57

De grands malfaiteurs en liberté dans l’Algérois

 faux dinars-copie-1

 

De grands malfaiteurs, tristement célèbres dans l’Algérois, impliqués dans plusieurs graves délits liés aux affaires de blanchiment d’argent, de change illégal de devises, mais impliqués aussi dans le trafic de véhicules et de l’immobilier jouissent d’une mesure que l’on peut juger de «scandaleuse» auprès des services concernés, puisque après avoir été arrêtés, ces criminels ont été relâchés quelques jours après.

Aujourd’hui, ils sont libres. Faute d’assez de preuves ou mesures rentrant dans le cadre de l’application des lois du code judiciaire ? Tout le monde s’interroge sur ces décisions, que la justice avait prises pour libérer des criminels dangereux. On parle ici de malfaiteurs, dont le nombre dépasse une dizaine, récemment interpellés lors de plusieurs opérations des forces de sécurité lancées pour éradiquer leurs agissements. C’est le cas de grands cambistes, dont les noms de certains sont très connus dans l’Algérois. On parle ici des noms tristement célébres, tels que Mr J. ou ces trois frères de Hydra, plus exactement de Sidi Yahia, où ils possèdent de grosses fortunes, notamment des villas haut de gamme, des boutiques luxueuses, des sociétés de transport en France, et bien entendu des comptes bancaires ouverts dans des banques françaises, tout cela bâti sur des affaires de blanchiment d’argent. Pis, les gendarmes de la Section de Recherches d’Alger avaient, lors de plusieurs enquêtes qu’ils ont menées, prouvé avec des preuves solides, l’implication de ces grands cambistes dans des affaires de blanchiment d’argent. Arrêtés le 3 octobre dernier, lors de trois opérations conjointes visant les lieux de changes illégaux de devises qui appartiennent à ces grands cambistes, ces derniers ont été présentés devant la justice pour leur emprisonnement, du moment que toutes les preuves sont réu-nies. Toutefois, contre toute attente, ces derniers ont été relâchés, quelques jours après leur arrestation puis leur présentation devant les procureurs de la République des cours d’Alger et de Bir Mourad Raïs. Des libérations qui n’auraient pas dû être, dans la mesure où ces grands cambistes n’avaient aucune chance de se «réjouir» d’une telle mesure. 

Les biens de grands cambistes algérois ne sont pas saisis par la justice

La justice, au lieu d’ordonner aux services de sécurité, de procéder à la saisie des biens appartenant à de grands cambistes résidant à Alger, et ce, dans le cadre de la plus grande affaire de blanchiment d’argent (voir nos éditions précédentes) élucidée récemment par les gendarmes de la brigade de recherches de la section d’Alger, ne sont pas faites, rapporte une source judiciaire. C’est le cas des trois frères de Sidi Yahia, à Hydra, et du tristement célèbre «M. Jijli» et son frère qui possède une immense fortune acquise avec la vente illégale de grosses sommes en devises et en monnaie locale. Selon notre source, quatre boutiques de luxe, sises à Sidi Yahia, et trois villas haut standing, la première sise au quartier luxueux Charbonnier de Bir Mourad Raïs, la seconde également dans la même commune, et enfin la dernière située à Draria, appartenant aux trois frères, devraient être saisies par la justice selon les règles juridiques. Cependant, ces biens appartenant à ces grands cambistes sont toujours en activité, voilà ce qui mérite une autre explication. De leur côté, deux frères possédant un restaurant à Salembier, B.M. et B.T., le dernier très connu par les cambistes algérois sous le nom de «M. J…» sont toujours ouverts ; pourtant, de grosses sommes de devises ont été découvertes dans ces lieux de commerce, lors d’une opération  coup-de-poing lancée par la Section de Recherches d’Alger. En tout, trois locaux, dont un sis à Meissonnier, l’autre à Bir Mourad Raïs et le dernier à Draria ne sont pas saisis. Ce n’est pas tout, ces deux frères possèdent également une boutique à El Milia (Jijel) et un appartement haut standing au quartier Les Sources à Bir Mourad Raïs, mais ils n’ont jamais fait l’objet d’une mesure de saisie par la justice. Ce nombre très important de biens non «récupérés» par la justice n’est que la vitrine dans cette affaire, d’autant plus que ces grands cambistes possèdent également des comptes bancaires en Algérie et à l’étranger, mais qu’ils n’ont jamais été la cible de la justice. Concernant cet aspect, les gendarmes poursuivent leur enquête, dont les résultats ont révélé que les cambistes possèdent des sociétés en France. Ils ont même investi dans le secteur de l’immobilier pour gonfler leurs revenus. Certes, plusieurs milliards en monnaie locale et étrangère ont été récupérés par les forces de sécurité, faut-il le souligner. Les révélations de cette énorme affaire avaient débuté le 3 octobre dernier, lorsque trois assauts simultanés avaient été lancés par les gendarmes de la Section de recherches d’Alger.  Au total, 17 personnes ont été interpellées au cours de ces trois opérations qui avaient ciblé, rappelons-le, trois boutiques, la première une superette sise à Sidi Yahia, la seconde un restaurant sis à Salembier et la dernière un magasin de vente de cosmétiques situé à Birkhadem. Parmi les personnes arrêtées, le représentant de Turkish Airways, trois inspecteurs des impôts, des clients, et bien entendu les frères propriétaires de ces boutiques. Au cours de ces trois assauts, plusieurs sommes de devises ont été saisies. En effet, dans ces lieux de commerce, de grosses sommes en devises étaient échangées en toute illégalité.

Source Le Jour d’Algérie Sofiane Abi

Le Pèlerin 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires