Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

21 octobre 2010 4 21 /10 /octobre /2010 23:33

La facture pourrait augmenter l’année prochaine

agriculture.jpg

Selon les chiffres du ministre de l’Agriculture et du Développement rural, sur les 41 milliards de dinars de dettes, l’Etat en a déjà effacé 37 milliards au profit de 77 000 agriculteurs.

Intervenant au cours d’une rencontre nationale avec les membres du conseil de l’Union nationale des paysans algériens (Unpa) à Zéralda, Abdelaziz Belkhadem a souligné, hier, que la facture alimentaire en matière d’importations pourrait augmenter l’année prochaine suite à des facteurs externes dont le recours de certains pays de l’Est par exemple au biocarburant «ce qui augmenterait les prix de ces produits alimentaires».Cette facture, a rappelé le ministre d'État, représentant personnel du chef de l'Etat, est passée de 8 milliards de dollars en 2008 à cause de la spéculation mondiale due à la crise financière, à près de 5,5 milliards de dollars en 2009. «Les mesures prises par l’Etat algérien ont permis l’augmentation de la production et le recul de la facture alimentaire.
Ce taux connaîtra une stabilisation durant cette année 2010 avec 5,5 milliards de dollars d’importations. Mais l’année prochaine, la facture alimentaire dépasserait ce taux suite à certains facteurs externes», a-t-il souligné. Raison pour laquelle, selon l’intervenant, l’Etat mise sur une politique agricole basée sur la production, avec en priorité les produits de première nécessité. Cela en plus de certaines procédures au profit des agriculteurs pour les inciter à travailler davantage, dont l’effacement des dettes. Selon les chiffres du ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Rachid Benaïssa, sur les 41 milliards de dinars de dettes, l’Etat en a déjà effacé 37 milliards au profit de 77 000 agriculteurs. Un dossier clos, selon lui. Interrogé par InfoSoir sur la question de la facture alimentaire et la déclaration de Belkhadem, Benaïssa a répondu : «Maintenant nous observons le marché international parce que certains produits sont en train d’augmenter. Nous ferons en sorte que cette augmentation n’ait pas d’effet sur la facture.» Et d’ajouter : «Pour confirmer que cette année la facteur alimentaire se situerait au même niveau qu’en 2009, soit 5,4 milliards de dollars. On verra dans quelques mois.» En outre, M. Belkhadem a salué l’initiative de l’Etat concernant certaines procédures dont l’expérience réussie dite «couloir vert» qui consiste en la spécialisation dans la production agricole, citant l’exemple des dattes algériennes.

Les intervenants ont été fermes quant aux terres agricoles. «Aucune excuse ne sera donnée aux agriculteurs qui vendent leurs terres ou ne les exploitent pas», selon Mohamed Alioui, président de l’Unpa. Après avoir appelé les fellahs à en finir avec la politique du doute et de l’attente, le ministre a informé qu’en matière de terres agricoles, l’Office national des terres agricoles est déjà mis en place et jouera un grand rôle dans ce sens. Cette rencontre vise, selon les organisateurs, à expliquer et à apporter toutes les clarifications nécessaires aux membres du Conseil national qui les expliqueront à leur tour aux agriculteurs, sur les dispositions de la nouvelle loi 10-03, fixant les conditions et les modalités d’exploitation des terres agricoles du domaine privé de l’Etat. Cette loi stipule, pour rappel, que «la gestion, l’exploitation et la préservation des terres et des biens superficiaires doivent être assurées de façon régulière, permanente et conforme aux dispositions de la législation en vigueur», cite le petit recueil législatif établi par la Caisse nationale de mutualité agricole (Cnma).

Source Infosoir Souad Labri 
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires