Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

30 juillet 2011 6 30 /07 /juillet /2011 07:22

Les partis se tournent vers l'essentiel

Algerie la grogne

FLN, RND, PT, RCD, FFS, en somme, tous les partis politiques se sont engagés dans la pré-campagne des échéances de 2012.

Fini la spéculation sur la révolution. Fini l'état d'alerte et la peur permanente dans lesquels se trouvaient les partis politiques durant les six derniers mois. A présent, les partis se donnent pour seule et unique préoccupation la préparation des prochaines élections. Les législatives et les municipales de 2012, qui détermineront en grande partie la suite des événements jusqu'à la présidentielle de 2014, focalisent l'attention des politiques. Aujourd'hui même, plusieurs formations renouent avec les trouvailles d'avec leurs cadres.
Le FLN en session «extraordinaire» du comité central, le RND réunit ses cadres, le PT rassemble ses cadres des wilayas du centre du pays et Abdellah Djaballah lancera un nouveau parti islamiste. Le RCD et le FFS viennent de clôturer leur université d'été avec leurs militants et leurs sympathisants.
Des activités liées de près et/ou de loin aux échéances prochaines dont l'épicentre de l'intérêt reste l'électeur. C'est dire que les partis politiques affûtent d'ores et déjà leurs armes pour séduire un électorat jusque-là déconnecté et n'accordant plus aucun intérêt aux choses partisanes.
Les partis ne l'entendent certes pas de cette oreille, poursuivant tout de même leurs activités organiques et partisanes.
Le FLN, dont les pratiques trahissent les ambitions, tient aujourd'hui et demain une session extraordinaire de son Comité central pour tenter de calmer les esprits et «recoller» ses rangs déspersés. Peine perdue.
La lettre envoyée, hier, par le mouvement de redressement au secrétaire général du parti, annonçant le boycott de cette réunion, n'est pas pour arranger les choses du plus vieux parti au pouvoir. Le FLN risque de ce fait d'imploser et de perdre beaucoup de son aura en prévision des élections de 2012.
D'ailleurs, l'un des points nodaux de cette session est la préparation de ces élections. Belkhadem, qui sait bien que 2012 dessinera la cartographie politique pour la présidentielle de 2014, pèsera de tout son poids pour d'une part, éteindre le feu qui a pris dans sa maison et d'autre part, contrer ses rivaux qui sont nombreux et non des moindres.
Le RND, notamment, qui depuis sa création, fait de l'ombre à l'ex-parti unique, rassemblera ce matin ses cadres à Alger pour une conférence à triple thème ayant une relation directe avec les prochaines échéances électorales.
Le premier thème est relatif au développement et à l'élu, à la lumière du Plan quinquennal 2010-2014. Le deuxième point inscrit à l'ordre du jour a trait à la jeunesse et à la femme alors que le troisième est lié à la contribution du parti à la sensibilisation et la mobilisation dans le cadre des réformes politiques.
Des thèmes ayant pour but final, bien exprimé dans les mots clés (développement, élu, plan quinquennal, sensibilisation, mobilisation, jeunes, femmes) de baliser le terrain aux législatives et municipales de 2012 ainsi qu'à la présidentielle de 2014.
Le PT, qui n'a jamais caché ses ambitions, réunira, lui aussi, ses cadres des wilayas du centre du pays aujourd'hui à Alger.
Le parti de Louisa Hanoune semble jouer une carte stratégique en s'alliant à l'Ugta qui est l'interlocuteur «officiel» du pouvoir à travers la tripartite. En s'alliant à l'Ugta, le PT veut surtout convaincre la Centrale syndicale de porter ses préoccupations devant la tripartite. L'inscription du Smng à l'ordre du jour de la rencontre prochaine du gouvernement-patronat-Ugta est de ce point de vue, le résultat de cette alliance du parti de Louisa Hanoune avec le syndicat de Sidi Saïd. Une bonne partie de l'avenir politique immédiat du PT est suspendue à ce que donnera cette tripartite, notamment en ce qui concerne les dossiers du Snmg et des retraités.
Les islamistes ne sont pas en reste de cette course effrénée aux prochaines élections. Les partis agréés ayant perdu toute représentativité, c'est Djaballah qui veut réinvestir ce terrain, laminé par un passé douloureux, infligé à la population algérienne.
Djaballah lancera donc aujourd'hui-même, son nouveau parti politique, dans l'espoir que l'islamisme reconquiert l'esprit des citoyens après avoir conquis celui de l'Etat qui, d'un côté, le combat et de l'autre, lui laisse toutes les voies ouvertes à travers un Code de la famille obsolète et un système éducatif archaïque.
Dans ce terrain miné, les partis démocrates s'aventurent pour sauver ce qui peut l'être mais sans grand espoir. C'est dire que la bataille des prochaines échéances sera rude et à risque, notamment pour le FLN, habitué qu'il est à des scores dépassant l'entendement.

Source L’Expression Karim Aimeur

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires