Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

12 novembre 2010 5 12 /11 /novembre /2010 08:03

Investissements étrangers en Algérie - Ce que propose le FCE

investissements-etrangers.jpg

 

Une plus grande souplesse de traitement des dossiers par le Conseil national des investissements est souhaitée.

Des recommandations sur les investissements étrangers en Algérie ont été formulées par le Forum des chefs d’entreprise (FCE) dans un document adressé à la commission des finances et du budget de l’Assemblée populaire nationale.

Ces nouvelles propositions ont été élaborées à l’occasion du projet de loi de finances 2011, présenté et débattu il y a plus d’une semaine à l’APN où il sera d’ailleurs voté dimanche prochain en plénière.

En premier lieu, le Forum des chefs d’entreprise remet en cause l’article 45 de la LFC 2010 qui complète l’article 4 bis de la LFC 2009 relatif au développement de l’investissement. Le texte stipule que tout changement d’actionnariat «entraînera obligatoirement la mise en conformité de la société aux nouvelles règles de répartition du capital (51/49%)», lit-on dans ledit document.

«Dans le cas d’investissements réalisés antérieurement à la promulgation de la LFC 2010 et dans lesquels des partenaires algériens minoritaires détiennent de faibles parts, le partenaire étranger étant déjà majoritaire à plus de 51%, les actionnaires algériens se trouvaient liés contre leur gré à celui-ci», y explique-t-on «Ils ne pourront pas non plus vendre leurs parts à un partenaire algérien sans provoquer la mise en conformité de la société aux nouvelles règles de répartition du capital», y ajoute-t-on.

Le Forum des chefs d’entreprise propose donc l’introduction d’un alinéa dans la loi de finances 2011 comme suit: «Toutefois, ne sont pas astreintes à cette obligation, les modifications ayant pour objet: les opérations de cession des parts de l’actionnariat national minoritaire au partenaire étranger majoritaire ou à un ou plusieurs partenaires nationaux résidents lorsque les investissements concernés ont été réalisés antérieurement à la promulgation de l’ordonnance n°10-01 du 26 août 2010». Cette organisation patronale est revenue également sur la nécessité d’obtenir l’aval du Conseil national de l’investissement, créé en 2001 par ordonnance, pour tout projet d’investissement étranger. «Si tous les investissements dans lesquels interviennent des capitaux étrangers doivent être soumis au Conseil national de l’investissement, est-il nécessaire de prévoir dans la loi toutes les conditions prévues (telles que la règle de répartition du capital)», se demande-t-on.

Ainsi, le FCE soutient à cet égard l’adoption d’une «démarche plus souple» qui n’effrayera pas les potentiels investisseurs. Cela, estime-t-on dans le document, n’empêche pas de se réserver le droit, à travers le CNI «de sélectionner les investissements en fonction des priorités nationales (secteurs stratégiques ou non, niveau de participation de l’actionnariat national, financement, équilibre devises de l’investissement, etc.)», précise-t-on. Autrement dit, le Forum des chefs d’entreprise préconise le traitement des dossiers au cas par cas. «La démarche serait encore plus rationnelle si l’Etat définissait les secteurs stratégiques ou prioritaires dans lesquels l’acceptation du capital étranger serait subordonnée, au cas par cas, aux conditions du Conseil national de l’investissement».

Le dossier des nouvelles règles d’investissement étranger définies par le gouvernement algérien, a fait couler beaucoup d’encre et ce, durant plus d’une année. Depuis l’adoption de la loi de finances complémentaire pour l’année 2009, de nombreux opérateurs étrangers parlent de leurs difficultés à évoluer dans un climat des affaires et un environnement réglementaire des plus instables.

Source L’Expression Hadjer Guenanfa

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires

Dr. Cherif Ghalizani 22/02/2011 21:44



 


Les investisseurs etrangers en Algerie. L allègement du dispositif 49/51 % a fait le bonheur de quel pays en voie de développement? Aucun a ma connaissance après plusieurs années de recherche en
sciences économiques et l analyse de plusieurs pays en voie de développement.
Un sujet très intéressant quand on voit ce qui se passe avec les investissements etrangers dans plusieurs pays pour remédier au chomage.

Quels sont en 2011 les petits pays en voie de développement qui se sont sorti du chomage grâce aux investissements etrangers? En Afrique, en Asie ou en Amerique du sud...? Mettez vous a la place
du President de GMM, Ford, Michelin Tires, Volkswagen, Caterpilar et autres en Europe.

Les anciens pays socialistes ont une main d oeuvre plus qualifié que la main d oeuvre algérienne et plus de 300 millions de consommateurs tout autour. Un système bancaire et d assurances libéral
qui permet des transactions a travers la planète sans aucune difficulté. Les transactions commerciales n ont pas besoin d intermédiaires comme c est le cas en Algerie.

Les autres petits pays comme le Vietnam pays communiste a lui seul en 2010 a attire neuf milliards de dollars US en investissements etrangers, surtout a cause des coûts de main d oeuvre plus bas
qu en Algerie. Le geant...la Chine pays communiste qui attire plus de 35 milliards d investissements etrangers par annee egalement grâce a sa main d oeuvre très qualifiée ( plus qu en Algerie )
ses coûts de production très bas et sa monnaie dévaluée..je pourrais vous citer des centaines de facteurs qui permettent d attirer les investissements des pays etrangers que l Algerie et tous les
pays en voie de développement ne possèdent pas encore.

L Algerie est intéressante aux investissements etrangers uniquement pour ses ressources naturelles que le gouvernement actuel a bradé et brade depuis une dizaine d années pour vider de substance
la pays et mettre les générations futures dans la pauvreté permanente. Si on se refere a des pays d amerique du sud tels que le Chili, le Perou, l Argentine et meme le Bresil les investissements
etrangers sont dans les resources naturelles. Les petits pays d Amerique centrale tels que le Guatemala. Le Nicaragua, le Panama, le Hoduras eux aussi les divertissements etrangers Durant la
dernière décennies ont été dans les resources naturelles.

Si l Algerie continue a brader ses resources naturelles comme dans les mines et le hydrocarbures elle ne sera plus en mesure de contrôler leurs prix et perdra le contrôle de son économie au
profit des divertissements etrangers. Même la Sonatrach de Chakib Khelil a investi 500 millions de dollars dans les ressources naturelles du Perou ( Les hydrocarbures ).

Il ne faut pas rêver en couleur et faire croire au peuple que l Algerie pourrait attirer des investissements etrangers facilement et competitionner contre des pays comme les anciens pays de l Est
et les pays a très bas coûts de main d oeuvre.

Le gouvernement algerien vient tout juste de commencer a aborder la formation professionnelle. Beaucoup de spécialités n existent pas encore dans les programmes de formation professionnelles en
Algerie. Il manqué a l algerie du personnel qualifie meme dans le domaine de la construction et de l agriculture. Oublions les industries de services au pays.

Comme d habitude l Algerie dans sa stratégie de développement économique met toujours la charrue avant les boeufs….on plonge la tète la première dans des projets et ensuite on réalise tous les
manques. Alors il faut réparer les erreurs a coups de milliards de devises étrangères. L Algerie est connue pour son économie chaotique due au manque de planification sérieuse.. Rien non plus
pour encourager les investisseurs etrangers dont vous mentionnez. On construit et développe les ports de pèche sans savoir s il y assez de poisson a pêcher dans la Méditerranée a l avenir…et
cette situation est malheureusement applicable a tous les domaines de l économie.


Est ce que ls investisseurs etrangers devraient aussi apporter en Algerie leur main d oeuvre de leur pays?


Je pense que le Patronat Algerien devrait avoir une stratégie avec ses partenaires économiques et sociaux pour promouvoir avant tout les investissements locaux. Le fait de promouvoir ces petites
et moyennes entreprises depuis deux ans, est un bon départ. Il s agit d étudier sérieusement quoi et comment faire pour développer les entreprises nationales pour une meilleures productivité car
elle peuvent génerer une demande d une multitude d entreprises de services qui pourraient multiplier le nombre d emplois crées.


 



Le Pèlerin 22/02/2011 22:41



Je vous remercie Docteur pour votre propos fort pertinent


Le 49/51 n’est pas forcement une mauvaise idée…Je la trouve fort pertinente en soi mais n’oublions pas que dans un partenariat
nous sommes au moins deux…


Vouloir rapatrier du savoir faire c’est bien….Prendre des décisions brutales pour les imposer  à des partenaires qui ont planifié quelque chose de différent…c’est autre chose…Cela demande du temps…Cela peut conduire à u défaut de gestion voir à des
problèmes majeurs


Il semble qu’en Algérie  on découvre les problèmes au fur et à mesure et que l’on
gère la vie du pays à grand coup e volants et de lois ou de décrets associés


Non il fait être prospectif et viser ce que sera l’avenir ….Demain et voir ce qu’il convient de faire pour influer la marche
des choses pour ne pas dire du progrès


Que dire d’u pays, par ailleurs fort charmant, d’un pays si fataliste et si attentiste


La première des choses c’est d’assurer une formation digne de ce nom et ce par des professeurs compétents…la science et la
technique ne suffisent pas ils faut éveiller les consciences


Tant que ce sera l’imam qui dira ce que doit faire la société …ce sera la catastrophe


…Il faut éveiller les consciences …Donner plus de place au raisonnement au développement de la philosophie dans les
lycées…Donner de cours de civisme


Ensuite il faut donner à ces jeunes un espoir de pouvoir travailler au pays sans les payer quatre cacahuètes…On voudrait les
forcer à partir à l’étranger que l’on ne s’y prendrait pas mieux


Aurait on peur que nos étudiants soient de la graine de révolutionnaire…Il s emblerait….


Ensuite il faudra développer l’initiative privée…Charge à l’administration  de
jeter un oeil de temps en temps mais ne pas voir cette administration omniprésente où des petits fonctionnaires réussissent à décourager les meilleures volontés


Gérer un pays c’est un tout


On peut diverger sur les options de base mais ensuite l’ensemble doit être cohérent…


Or il ne semble pas que l’on sache exactement ce que l’on veut en Algérie


Il y a des groupes d’individus aux desseins différents et il est de plus en plus difficile de réaliser une synthèse
consensuelle et cohérente


La politique c’est tout cela


Si vous en faites la moitié vous courez à l’échec et pour réaliser le second métro en Algérie, il faudra encore trente
ans…


L’histoire d’autre part …oui il faut la rechercher mais ne pas la ressasser sans cesse ….Regarder devant


Ne pas oublier les leçons du passé mais ouvrir grand les yeux et regarder l’évolution du monde et voir comment le pays peut
s’y insérer au meilleur de  ses intérêts


Les sociétés nationales auxquelles vous faites référence.Oui c’est bien dans un premier temps mais ensuite il faut savoir
lâcher la bride quitte à l’état d’effectuer ensuite des audits mais non pas un contrôle absolu et contraignant


Excusez la brièveté de cette réponse…il y aurait tant à dire


Je vous remercie docteur pour l’intérêt que vous portez à mes blogs


Excusez peut être le quelques faute d’orthographe…La réponse était spontanée, non préparée…et non relue…


Cordialement,


Le Pèlerin