Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

21 août 2011 7 21 /08 /août /2011 07:11

Une semaine d’enfer en Kabylie

nid-des-aigles.jpg

Pourquoi autant d’attentats en si peu de temps et avec une telle facilité ? Pour expliquer ce spectaculaire regain de l’activité terroriste, chacun y va de sa version.

Cinq attentats terroristes en l’espace de cinq jours seulement dans la wilaya de Tizi Ouzou ! Jamais la Kabylie n’a enregistré un si grand nombre d’attaques en une période aussi courte même si, ces dernières années, la région, réfractaire pourtant à l’idéologie islamiste, est devenue un repaire des desperados d’Al-Qaïda. Inaugurée par l’attentat kamikaze du 14 août qui a ciblé la sûreté urbaine de la wilaya de Tizi Ouzou et fait plus de 30 blessés, cette spectaculaire dégradation de la situation sécuritaire a été vite suivie par d’autres forfaits. Le 17 août, l’explosion d’une bombe à Si Mustapha (Boumerdès) a fait 1 mort et 5 blessés.  La même journée, un accrochage entre la police et un groupe armé a eu lieu au chef-lieu de la commune de Béni Aïssi, à 15 km de Tizi Ouzou.
Le lendemain, dans un lieu-dit de la même commune, la voiture du chef de la police de Béni Douala a été prise pour cible. Bilan : un policier et un civil tués. Durant la journée de jeudi,  l’on a enregistré pas moins de 2 attentats : le premier à Azeffoun où un capitaine de l’armée a été blessé suite à l’explosion d’une bombe artisanale et le second à Maâtkas où trois personnes parmi un groupe de villageois, venues secourir un des leurs pris en otage par des hommes armés, ont été assassinées. C’est dire que la Kabylie vient de vivre une semaine d’enfer qui l’a plongée dans un climat de terreur digne de l’embrasement des années 90 qui avait pourtant épargné cette région.
Comme de coutume, aucun officiel n’a prononcé un traître mot de condamnation. Même le directeur général de la Sûreté nationale, Abdelghani Hamel, en déplacement dimanche à Tizi Ouzou, le jour même de l’attentat qui a ciblé la sûreté urbaine de la wilaya, s’était gardé de faire la moindre déclaration publique.
Le même silence pesant et inexplicable est observé chez la classe politique hormis le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) qui a rendu public un communiqué pour condamner ces forfaits et présenter ses condoléances aux familles des victimes.  Pourquoi autant d’attentats en si peu de temps et avec une telle facilité ? Pour expliquer ce spectaculaire regain de l’activité terroriste, chacun y va de son explication.
Certains l’imputent à l’inefficacité de la lutte antiterroriste et des barrages filtrants qui maillent toute la ville de Tizi Ouzou alors que policiers et militaires ont bénéficié d’un matériel adéquat. D’autres crient à la faillite du renseignement et désignent du doigt les derniers changements entrepris dans les corps des services de sécurité de la wilaya de Tizi Ouzou.
D’autres encore y voient la conséquence directe de la politique de réconciliation nationale menée par Bouteflika, qui a requinqué le moral des terroristes et démobilisé les citoyens. Le RCD de Saïd Sadi a proposé une toute autre grille de lecture. Pour lui, ce qui se passe actuellement en Kabylie est la résultante de luttes au sommet.
“À chaque fois que les clans se déchirent à Alger, la Kabylie est mise sous tension”, explique-t-il non sans dénoncer le système qui “a fait de la violence et de la manipulation une stratégie, livrant la population de la région aux tueries, aux kidnappings et à la délinquance”. “Pourquoi la Kabylie est-elle une fois de plus particulièrement ciblée ? Pourquoi cette recrudescence survient-elle dans un moment de grandes incertitudes sur la cohésion et le futur immédiat du pouvoir ?”, s’est-il interrogé.En juin dernier déjà, quand des militaires s’étaient rendus coupables de “bavures” à Azazga, le RCD avait fait part de l’existence de “scénarii qui travaillent méthodiquement à la déstabilisation de la Kabylie pour y semer la mort à chaque fois que le système est face à une impasse”.

Source Liberté Arab Chih

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires