Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

10 mars 2010 3 10 /03 /mars /2010 00:09

Sans emploi ni argent, les jeunes sont loin d’accéder aux loisirs.
jeunesse-kabyle-copie-1.jpg

La semaine dernière, la police a effectué une descente dans un salon de thé à la Nouvelle-Ville de Tizi Ouzou, pour contrôle. L’opération s’est soldée par l’arrestation de 14 personnes dont sept femmes. Les mis en cause ont été placés devant le procureur pour création de lieu de débauche, prostitution et incitation à la débauche. Les trois premiers ont été mis sous mandat de dépôt tandis que les autres ont bénéficié de la relaxe. Toutefois, si cette opération semble ordinaire et routinière, il n’en demeure pas moins qu’elle a le mérite de mettre en lumière un sérieux problème qui se pose avec acuité dans la wilaya. Le rapport de police mentionne la transformation d’un salon de thé en débit de boissons et il met ainsi le doigt sur la conversion de certains de ces établissements en lieux de débauche.
Mais en fait, le problème se situe plutôt ailleurs, à savoir dans l’absence totale des lieux de détente pour les jeunes. Tizi Ouzou est un désert juste à quelques kilomètres des portes de la capitale. Les jeunes ne trouvent plus d’espaces de rencontre et de détente. Ils n’ont, par contre, à leur disposition, que les cafés, les salons de thé et les trottoirs.
Aujourd’hui, à Tizi Ouzou, les cinémas ont tous fermé, les uns après les autres. Les Maisons de jeunes, pourtant nombreuses à travers les communes, mal gérées, se retrouvent désertées par une jeunesse en mal de vivre. Le malaise est grand parmi les jeunes et, comble du malheur, ils sont souvent cueillis par la police dans ces lieux détournés de leur vocation mais dont ils ignorent tout la plupart du temps.
Un jeune embarqué en compagnie de sa copine ou de sa future épouse, c’est d’abord une question d’atteinte à la dignité de la personne. En effet, l’absence de lieux de détente est source de malaise.
Certains observateurs préconisent la création d’espaces destinés à cet effet. Or, de l’avis de la majorité des jeunes, les mesures prises dans ce sens se bornent à les pourchasser au lieu de leur offrir des havres de paix pour des rencontres préservant leur dignité.
Car, pour cette catégorie, l’absence de lieux mixtes pour communiquer un moment avec sa future épouse ou sa copine, les pousse à aller dans ces lieux dévoyés par des patrons véreux. Pis encore, les filles n’ont aucun espace dans toute la wilaya pour discuter entre elles. Pour certaines, les hommes sont plus chanceux d’avoir au moins des cafés. Ce fait pose la problématique de la qualité de vie dans les espaces urbains, non seulement à Tizi Ouzou, mais dans tout le pays. Le quotidien d’un citoyen, sans distinction de sexe, ne ressemble en rien à celui d’antan où les hommes avaient la place du village et les femmes la fontaine. Aujourd’hui, l’espace urbain ne ressemble à rien et il est amorphe. D’autres jeunes considèrent l’absence de ces espaces comme une agression. Un état aggravé par l’ouverture médiatique rendant si proche d’autres modes de vie orientaux et occidentaux sans être pour autant accessibles.
Sans salles de cinéma, sans espaces de rencontres, les jeunes vivent dans une ambiance étouffante. Ils sont par conséquent la proie de tous les maux sociaux, aggravés par le traitement inquisitoire.
Beaucoup de harraga soulevaient en effet cette situation d’étouffement parmi les causes de leur aventure risquée en pleine mer. Ils vont vers d’autres pays non pas pour des raisons matérielles mais en quête de bien-être. Un bien-être qu’ils ne trouvent point chez eux, même s’ils ont un emploi. Les chômeurs auraient mille et une raisons de se sentir mal dans leur peau. Sans travail, c’est tout un horizon qui se ferme. De plus, des consommations de toutes sortes leur sont interdites. Cela ne fait qu’augmenter leur frustration. Ils n’en peuvent plus de constituer des étais pour les murs de la cité.
On ne cesse de leur remplir le crâne avec des discours sur la bonne santé financière mais les mots ne suffisent plus pour les nourrir.
Ils veulent leur part du gâteau mais ils voient que cette perspective s’éloigne de leurs yeux chaque jour un peu plus. Ils ont l’impression, bien ancrée dans leur croyance, qu’ils n’atteindront jamais le bien-être tant souhaité.
Devant ce désespoir, une seule idée les obsède: tout quitter pour faire leur vie sous d’autres cieux. Même s’ils sont lointains et leurs accès dangereux.
Sans quoi, il n’y a que l’errance qui guette une importante frange de la population juvénile, désoeuvrée à longueur de journée. Sans diplôme, sans travail, dans l’impécuniosité la plus totale, il n’y a aucun espoir de faire évoluer son mode de vie. Cela finit par diviser l’Algérie en deux.
Source L’Expression Kamel Boudjadi
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires