Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

26 octobre 2010 2 26 /10 /octobre /2010 23:57

L’enseignement de Tamazight généralisé à partir de 2015/2016

printemps berbere

La rentrée scolaire 2010/2011, s’est déroulée dans des conditions “normales” à Tizi Ouzou. C’est du moins, la conclusion du rapport de la commission de l’Education, de la formation professionnelle et de l’enseignement supérieur présenté, hier au cours de la session ordinaire de l’APW de Tizi Ouzou consacrée à l’évaluation de la rentrée scolaire, de la formation professionnelle ainsi que les réalisations dans les secteur de l’Action sociale, la Culture et la Santé.
L’un des faits marquants de la rentrée scolaire de cette année est indéniablement, est la généralisation de l’enseignement de la langue amazighe dans les 513 écoles primaires que compte la wilaya soit un taux de 100%.
L’enseignement ne touchera par contre que 137 CEM sur les 170 dont dispose Tizi Ouzou alors que l’encadrement existe en qualité et en quantité puisque le Département de langue et culture amazighes forme annuellement des centaines de licenciés condamnés à subir les affres du chômage.
La direction de l’Education a, dans ce sillage, indiqué que Tamazight sera enseigné dans tous les collèges, à compter de la rentrée scolaire 2012-2013, pour le premier palier pour se généraliser par la suite, aux autres niveaux.
Pour le secondaire, il y a lieu de retenir le chiffre de 58 postes budgétaires ouverts pour l’enseignement de la langue amazighe soit une augmentation de 38% par rapport à l’année précédente.
Un taux de scolarisation de 96% à Tizi Ouzou
Sur un autre registre, le rapport présenté hier par la direction de l’Education fait ressortir un taux de scolarisation avoisinant les 96% à Tizi Ouzou, ce qui est bien évidemment important au regard des chiffres réalisés dans d’autres wilayas du pays.
Cependant, il y a lieu de soulever le manque en cantines scolaires dont souffre, malheureusement, certaines localités à l’image de Tizi N’Tleta, dans la daïra des Ouadhias où certains établissements ne sont même pas dotés de structures du genre ce qui aurait pu éviter aux bambins des déplacements particulièrement cette année où l’emploi du temps ne donne, dans certains cas, que 45 petites minutes de pause aux élèves.
Revendiquée à plusieurs reprises par les parents d’élèves, l’école primaire de Tassoukit, à Aït Abdelmoumène continue, malgré les promesses de ceux, qui ont la charge du dossier au niveau de la direction de l’Education, de fonctionner sans cantine scolaire au grand dam des enfants scolarisés contraints à, parfois, à faire l’impasse sur le repas de midi au vu de l’éloignement du domicile parental.
Interrogé sur ce cas, un employé de la direction en charge de l’équipement des cantines, n’a pas été en mesure d’apporter des réponses. S’éclipser face à des doléances citoyennes n’est-il pas la pire attitude d’un responsable de surcroît élu au sein de l’assemblée ? A titre illustratif, le taux des élèves bénéficiaires de la restauration au niveau des CEM est de 59% alors que pour les lycées contre 65% au secondaire.
C’est dire que des efforts restent à faire pour satisfaire les besoins exprimés sur le terrain. Cinq communes de la wilaya de Tizi Ouzou bénéficieront bientôt de la réception de nouvelles cantines scolaires. Il s’agit de Tadmaït, Aït Khellili, Akbil, Fréha et Zekri. Quatre autres nouveaux CEM et cinq demi-pensionnats seront réceptionnés avant la fin de l’année en cours.
Au chapitre des indemnités, le rapport de la direction de l’Education fait état du règlement de la situation financière pour les salaires des mois de septembre et octobre ainsi que la prise en charge de la situation des vacataires et autres contractuels pour un montant de 500 millions de dinars.
Ces régularisations dont certains remontent à plusieurs années concerneront 39 611 cas ont été recensés par la commission de wilaya chargée du dossier.
La commission de l’APW a relevé, par ailleurs quelques exemples pour illustrer l’état dans lequel patauge des établissements scolaires de la wilaya. C’est le cas de l’école de Makouda où la commission a eu à prendre connaissance des dures conditions d’enseigner dans des baraquements en préfabriqué délabrés. A Tizi Rached, le CEM a été le théâtre d’un drame qui a coûté la vie à une enfant de 14 ans en “faisant une chute dans la cour”. Dans ses réponses, le premier responsable du secteur à Tizi Ouzou a souligné que les causes du décès n’ont “rien à voir avec la cour, elle est morte suite à un arrêt cardiaque”, dira-t-il. Des lycées de la wilaya souffrent, relèvent la même commission, d’un cadre environnemental dégradé. C’est le cas de le dire pour le lycée de Tizi N’Tleta qui souffre à ce jour de la “présence” d’une décharge sauvage à proximité de l’établissement, un danger pour la communauté du lycée qui ne comprend pas pourquoi le traitement d’un problème menaçant la santé publique s’éternise.
Des élus de la formation d’Aït Ahmed ont soulevé également la problématique du “poids” insupportable du cartable ce à quoi le directeur de l’Education rétorquera : “Les parents ne doivent pas acheter par exemple, des cahiers de 148 pages en préconisant aux parents l’achat de cahiers de 48 pages”. “Quelles drôles de réponses !”, fera remarquer un élu de l’opposition. Aujourd’hui, c’est le secteur de la Solidarité et de l’Action sociale, qui sera passé au peigne fin par les membres de l’Assemblée populaire de wilaya.
Source La Dépêche de Kabylie

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires