Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

28 décembre 2012 5 28 /12 /décembre /2012 07:51

Les Algériens ne sont pas en sécurité chez eux.

la-vie-en-algerie.jpg

 

Après quinze ans de terrorisme, l’insécurité a pris depuis quelques années de nouvelles formes. Alors que nos villes, notamment Alger, sont quadrillées en permanence par d’impressionnants dispositifs de la police et de la gendarmerie, l’insécurité n’a jamais été aussi importante.
Jeudi dernier, des inconnus ont kidnappé une fillette à son domicile parental, à Mahelma, près de Zeralda, dans la banlieue ouest de la capitale. La petite fille, âgée de 8 ans, a été retrouvée morte le lendemain. Les ravisseurs courent toujours. Ils n’ont pas été arrêtés alors que la capitale est sous haute surveillance policière. Le gouvernement observe le silence. Aucun ministre ne s’est rendu sur les lieux du drame. Aucune déclaration de condamnation.
Cette affaire, au‑delà de son caractère choquant, illustre la facilité avec laquelle les délinquants, les voyous et les kidnappeurs d’enfants opèrent dans les cités algériennes. Ils y font régner la terreur, obligeant les habitants à se barricader dans leurs appartements. La police et la gendarmerie, en charge d’assurer la sécurité des citoyens, sont étrangement absentes et évitent d’intervenir, même en cas de dépôt de plainte de la part des habitants.
Les gendarmes et les policiers se contentent d’une présence très visible au niveau des barrages fixes dressés sur les routes. Les policiers n’effectuent pas de patrouilles pédestres et les gendarmes se déplacent rarement dans les cités pour prévenir d’éventuelles agressions, vols et kidnappings. Les gendarmes et les policiers s’abstiennent d’intervenir en cas de plainte pour éviter que d’éventuelles arrestations musclées ne conduisent à des émeutes consécutives. Ils laissent ainsi la voie libre aux voyous, kidnappeurs et trafiquants de drogue.
Le pouvoir ne réagit pas parce qu’il ne se sent pas directement concerné par le phénomène. Les enfants de dirigeants vivent dans des endroits sécurisés, au Club des Pins, à Moretti, Hydra ou El Biar. Les délinquants, contrairement aux terroristes, n’ont pas de revendications politiques. Ils ne menacent pas directement la survie du pouvoir. C’est aussi ce qui explique le laxisme à leur égard.
Source TSA Ryad Hamadi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires