Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

13 juin 2010 7 13 /06 /juin /2010 23:01

La diplomatie algérienne à l’heure de l’offensive économique

bouteflika.jpg

La diplomatie algérienne doit s’intégrer à ses espaces régionaux africain, arabe et méditerranéen, par le biais de l’économie. C’est là un enjeu de taille auquel est confrontée l’Algérie dans un contexte marqué par des vulnérabilités économiques.

Le ministre des Affaires étrangères, Mourad Medelci, a plaidé jeudi, lors d’une conférence sur la diplomatie et la diversification économique, pour «mettre à profit le plan quinquennal 2010-2014 pour trouver des opportunités d’investissements et de production», en exploitant le cadre des zones de libre-échange avec les pays arabes, africains et de l’espace méditerranéen.

Il s’agit, selon le ministre, d’une vision diplomatique qui tiendra compte des atouts économiques de l’Algérie en dehors du traditionnel marché des hydrocarbures. Une réflexion doublée d’un plan d’action sont les maîtres mots du ministre qui appelle à une «offensive diplomatique» sur le front économique plutôt que d’attendre les étrangers venir investir en Algérie. A cet effet, il faut dire qu’une prise de conscience sérieuse des enjeux régionaux, surtout ceux qui concernent la région africaine, est plus que nécessaire.

Au regard de la panne de l’accord d’association entre l’Algérie et l’Union européenne et de la frilosité des grandes puissances qui ne convoitent que les hydrocarbures, l’Algérie cherche à travers sa diplomatie une voie médiane qui lui «permettra de faire entendre ses intérêts dans le cadre d’un partenariat équitable» avec des pays qui partagent «la même vision et qui ont une approche politique commune sur les dossiers internationaux». Les spécialistes s’accordent à dire que l’Algérie a un rôle moteur à jouer en Afrique, particulièrement lorsque l’on sait que c’est le pays qui a initié et piloté le NEPAD. Sur ce plan, l’Algérie mise sur une stratégie énergétique de premier plan du fait de l’important gazoduc entre Alger et Abudja. Il faut également rappeler la mise en place d’un plan d’action propre à l’Afrique de l’Ouest avec l’émergence de son cartel, la CEDEAO. Un accord-cadre a été d’ailleurs signé dernièrement pour booster les produits algériens dans cette région. A citer, en outre, la relance de l’UMA, que l’Algérie tente de sortir de l’étau, pour plus d’échanges économiques, et le souhait d’aller vers une réelle osmose sur le plan investissement. L’autre atout, et non des moindres, est celui de la stratégie du Sahel dans lequel l’Algérie entend faire valoir «sa stratégie de pacification et un plan de développement régional» en barrant la route à toute ingérence étrangère.
Des pays comme le Mali, le Niger, le Tchad sont en attente des entreprises algériennes pour s’implanter durablement chez eux.

Source Le Jeune Indépendant Fayçal Abdelghani

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires