Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

19 février 2011 6 19 /02 /février /2011 08:39

Algérie - Humeur - En arrière, marche !

match egypte algerie

 

Ouf ! Finalement, il ne s’est pas passé grand-chose le 12, le gouvernement a réussi à éviter la catastrophe... la catastrophe pour lui-même, bien sûr, mais une catastrophe tout de même. De toute façon, je m’en fous, je n’étais pas à Alger, j’étais bien planqué à l’ombre, comme disait l’autre...

Mais, je me donne bonne conscience en me disant que je n’aurais pas pu descendre sur Alger, vu et entendu que tout était bouclé, paraît-il, la veille pour empêcher les non- Algérois d’accéder à la capitale, l’Etat ayant trop peur pour ses pieds d’argile. Et puis, j’ai tout vécu en direct par téléphone portable (ah ! technologie quand tu nous tiens...). J’avais appelé la veille Omar, un ami qui ne lit jamais les journaux et je l’avais informé de la marche à suivre. Je lui demandai de marcher pour nous deux, sans pour autant marcher deux fois plus. C’est, donc, un Omar frais qui est sorti dans la rue ce matin-là et qui m’appelle.

- Hé, tu t’es trompé mon vieux ! me dit-il.

- De quoi ? m’étonnai-je.

- C’est la police qui fait une marche aujourd’hui. Sans doute pour une augmentation de salaire... Ils ont un sal air d’ailleurs. Effectivement, je devais apprendre plus tard, par les journaux, qu’il y avait dix fois plus de policiers que de civils, et dans les civils beaucoup de policiers sûrement. D’une centaine de kilomètres de là, Omar me murmure à l’oreille :

-Il y a aussi des civils qui s’apprêtent à essayer de tenter de marcher. Ils sont plus de deux mille mais ils paraissent 250. Il y a même des célébrités, dis donc ! Alors, moi, je suis avec la foule nombreuse qui veut changer de gouvernement et qui scande des slogans contre le pouvoir en place... Mais, plus loin, il y a des gens qui crient le contraire, qui veulent que l’Etat reste en l’état.

- Eux, c’est autre chose, lui expliquai-je. Vous, vous êtes des bénévoles.

- En tout cas, reprit-il, tu avais tort en me disant qu’il y aurait du danger ; avec toute cette police autour de nous, on se sent vraiment en sécurité... Et là, plus rien ! plus de Omar ! Silence radio (silence téléphone plutôt). J’allais apprendre plus tard qu’il a fait partie des quelque 300 personnes (parmi les 250 présentes) à s’être fait embarquer par les forces du désordre... Il doit se sentir bien en sécurité dans sa cellule, notre pauvre Omar rouge (de honte)... Bah ! Ils veulent absolument faire la révolution comme en Tunisie et en Egypte (on attend la suite maintenant, car même si c’est une révolution du jasmin, ça ne sent pas vraiment la rose). Mais, après tout, l’Algérie a déjà fait la sienne en 1988, comme je le racontais d’ailleurs à un plus jeune que moi :

- Tu sais, nos ancêtres, en 1988, ils ont fait la révolution comme les Tunisiens et les Egyptiens, même si Chadli n’est pas tombé tout de suite, il a été lent à la descente...

- Chad qui ? me demande-t-il.

- Chadli, pardi ! dis-je.

- Bon, je connais Bruce Lee, Jet Lee, Stan Lee, Liza Minnelli... mais pas de Chad Lee... il joue dans quel film ? Un film d’horreur...

Source Le Soir d’Algérie Tarik Aït Menguellet

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires