Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

15 mai 2012 2 15 /05 /mai /2012 05:17

La dissolution de cette coalition de partis islamistes se précise

L Alliance verte

 

L’Alliance de l'Algérie Verte est menacée d'éclatement. La dissolution de cette coalition de partis islamistes se précise, malgré les déclarations de certains dirigeants qui tentent de dissimuler le doute. En fait, au Mouvement de la société pour la paix (MSP), principale locomotive de l'Alliance, l'on ne cesse de faire feu de tout bois, pour influer les destinées de cette formation. A la base et au niveau du Medjlis Choura l'on n'arrive plus à s'entendre sur le maintien ou le départ définitif du gouvernement. Une dissension qui met le HMS dans le désarroi, envers notamment ses deux alliés d'El Islah et Ennahda. Des sources informées indiquent que des militants influents du parti de feu Mahfoud Nahnah, défendent bec et ongles, l'option de rester au gouvernement. Les adeptes de cette option sont des personnalités connues, qui ne veulent pas rater l'occasion de rester au gouvernement et éviter au parti de verser dans l'opposition. Un choix qui risque d'être fatal à cette formation laminée lors des dernières législatives et dont le poids reste marginal, devant le Front de libération national (FLN) et le Rassemblement national démocratique (RND), ayant raflé ma majorité des sièges. D'autres militants, n'arrivant plus à digérer la débâcle d'une alliance, qui, il y a quelques jours ne jurait que par la victoire, et veulent, contre vent et marée, quitter le gouvernement et opter pour l'opposition à la prochaine assemblée. Les deux courants restent toujours au stade de la confrontation, en attendant de trancher la question à la prochaine réunion du Conseil consultatif (Medjlis Choura) du parti ou plutôt patienter jusqu'au prochain congrès pour décider. Toutefois, le MSP est pressé par le temps et devrait se positionner dans les prochains jours. Et pour cause, le parti de Boudjerra Soltani devrait donner son accord quant au retrait définitif, la proposition de nouveaux noms ou la reconduite de ses actuels ministres ; comme il est appelé à trouver un consensus avec ses deux alliés. Tout compte fait, seul le retrait du MSP du gouvernement pourrait préserver l'Alliance de l'Algérie Verte. En fait, le président du Mouvement Ennahda, Fatah Rabiai a déclaré à la presse qu'il n'acceptera pas de " figurer sur une vitrine artificielle ". Une manière à lui de dénoncer le résultat des élections. L'orateur s'est dit pour le maintien de l'Alliance Verte. De son côté Hamlaoui Akkouchi, président du Mouvement Islah, s'est ouvertement " opposé à toute alliance avec le pouvoir ". En cas d' accord entre le FLN et le MSP, ces deux formations devraient se retirer de l'Alliance islamiste, les trois formations, n'étant plus sur la même longueur d'onde. En attendant les prochains jours, des développements sont à prévoir qui risquent de s'avérer défavorables notamment au MSP et à son président Boudjerra Soltani. Ce dernier reste partagé entre l'opposition et le gouvernement. Faut-il d'ailleurs rappeler que son parti était membre de l'Alliance présidentielle et n'a décidé de s' en retirer que tardivement. Une décision par laquelle, Soltani voulait gagner de la crédibilité auprès des électeurs islamistes, en tentant, par la suite, de surfer sur la vague des révolutions arabes. Le MSP auquel nombre d'observateurs ont reproché la défaillance de sa stratégie, risque à nouveau, de s'embrouiller dans ses faux calculs.

Source Les Débats Aomar Fekrache

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires