Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

21 octobre 2013 1 21 /10 /octobre /2013 15:43
Des visas de 3 à 4 ans sont a l’étude
André Parant 
«À partir du 1er janvier 2014, nous allons externaliser les services des visas pour permettre aux consulats de Annaba et d’Oran de se consacrer à d’autres tâches, telles les relations économiques. Cela a été fait à Alger depuis quelques années et ça a donné des résultats satisfaisants. Les consulats conserveront uniquement des cellules pour les VIP», a affirmé, hier, l’ambassadeur de France en Algérie, son excellence André Parant, lors d’un point de presse à l’Institut français d’Annaba.
Avec ce point de presse, l’ambassadeur de France clôturait un séjour de deux jours dans cette ville de l’extrême nord-est du pays. Durant cette visite, son excellence André Parant a participé à la cérémonie d’inauguration des travaux de rénovation de la basilique Saint-Augustin d’Hippone (Annaba aujourd’hui), à laquelle l’ambassade de France et plusieurs collectivités locales françaises ont apporté leur contribution.
Il a eu également des entretiens avec les autorités locales et a rencontré des membres de la société civile et du mouvement associatif et des représentants de la communauté française dans cette région d’Algérie.
Dans une déclaration préliminaire, l’ambassadeur de France a notamment estimé que les relations bilatérales «sont excellentes. Elles interviennent dans l’esprit de la visite d’Etat en Algérie du président Hollande fin 2012».
A une question sur la persistance de certaines difficultés rencontrées par les demandeurs de visas, tout en réitérant les mesures citées plus haut, l’ambassadeur de France estime que celles-ci viendront alléger les charges des consulats et réduire la durée de la convocation pour le dépôt des demandes.
Dans ce même ordre d’idées, il relèvera qu’au consulat d’Alger, cela a permis d’augmenter de 50% les visas d’une durée de plus d’un an alors qu’au même moment cela n’a pas dépassé les 35% dans les deux autres consulats. 210 mille visas ont été octroyés en 2012, et des visas d’une durée de 3 à 4 ans de validité seront envisageables, indiquera-t-il, précisant qu’avant cette année, ce nombre n’était que de 150 mille. Interrogé sur la situation sécuritaire en Algérie,
M. Parant dira qu’à part l’intermède de l’affaire de Tiguentourine, elle ne pose pas de problèmes, en tout les cas pour la communauté française vivant dans le pays. Il fera part également de contacts qu’il entretient avec les principaux chefs de partis algériens, portant sur les relations bilatérales et la vie politique dans les deux pays. Sa visite de deux jours à Annaba, qu’il a qualifié de belle ville, lui a permis de mieux s’imprégner de la réalité sur le terrain d’une province qui dispose d’opportunités appréciables dans plusieurs secteurs.
Ainsi, et dans la matinée de dimanche, il a été reçu à l’hôtel de ville par le président de l’Assemblée populaire communale d’Annaba avec qui il a notamment évoqué les relations de cette collectivité algérienne et celles de Saint Etienne et de Dunkerque.
Le P/APC d’Annaba s’est montré disposé à dégager un local pour l’accueil d’une école pour la mission culturelle française à Annaba. A ce propos, l’ambassadeur a évoqué» le blocage du transfert des trois millions d’Euros de l’école d’Alger. Une fois ce problème réglé, il n’y a pas de raison de ne pas penser à l’ouverture de celle de Annaba», dira-t-il.
A la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) Seybouse d’Annaba, l’ambassadeur Parant a rencontré les principaux acteurs économiques de la région du nord –est du pays. Au problème de diminution des délais liés à l’obtention du visa, les operateurs économiques locaux ont évoqué le développement du partenariat entre les opérateurs des deux pays.
Ils ont souhaité plus d’intérêt des entreprises françaises aux demandes de formation dans divers secteurs d’activité. Dans sa réponse, l’ambassadeur français a demandé à ce qu’il y ait plus de fluidité dans les besoins de partenariat.
Tout en déclarant que la France veut préserver ses parts de marché, il a souligné qu’elle veut aussi investir. «Tous les éléments sont réunis pour réussir une relance de la coopération bénéfique aux deux parties et traduire ainsi concrètement les bonnes relations existant entre les deux pays», a conclu son excellence André Partant.
Source Le Soir d’Algérie A. Bouacha
Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0

commentaires