Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

28 mai 2011 6 28 /05 /mai /2011 04:15

Le plan de bataille du général Nezzar

nezzar.jpg

 

Il propose, entre autres, la limitation des mandats présidentiels, l’alternance au pouvoir et l’autorisation des manifestations pacifiques, notamment dans la capitale.

“Il est nécessaire de restituer à l'État sa crédibilité !” le propos émane de l'ancien ministre de la Défense et homme fort du régime, le général à la retraite Khaled Nezzar, qui a servi pendant longtemps ce même État auquel il reproche, désormais, le manque de crédibilité. “Sans cette crédibilité, la majorité doutera forcément de la pertinence de ces réformes et ces doutes amoindriront inévitablement l'impact des résultats positifs attendus des réformes promises par le président Abdelaziz Bouteflika”, juge-t-il.
Le morceau lâché, Khaled Nezzar remet-il en cause l’État actuel, dirigé par Abdelaziz Bouteflika, ou bien parle-t-il d’une crédibilité que l’État algérien n’aurait jamais acquise ? En décodé, l’ancien homme fort du sérail livre déjà quelques éléments de réponse. Il explique, à ce titre, que s’il a répondu à l’invitation du président du Sénat, Abdelkader Bensalah, pour prendre part aux consultations sur les réformes politiques, c’est premièrement parce qu’il a décelé que “le président Bouteflika s’est engagé officiellement à entreprendre des réformes”. Des réformes que Nezzar juge “nécessaires pour édifier un État de droit”. Cette aubaine, dit-il, très attendue pour enfin passer le flambeau aux générations nouvelles. “Maintenant que les réformes sont engagées, moi, je ne souhaite surtout pas qu’on aboutisse à un échec. C’est une opportunité historique offerte pour garantir plus de libertés individuelles et une meilleure gouvernance”. Chemin faisant, l’ancien ministre de la Défense a soumis une série de propositions à l’instance des consultations sur les réformes, dirigée par le président du Sénat et deux conseillers de la Présidence dont l’ancien “collègue” de Nezzar, en l’occurrence le général Touati. Le général préconise entre autres, de “limiter le nombre de mandats présidentiels et garantir l’alternance au pouvoir, de légiférer par ordonnance présidentielle jusqu’aux législatives de 2012, d’autoriser la création de nouveaux partis politiques, associations et organisations de la société civile, de respecter le caractère républicain et démocratique de l’État algérien, de garantir les droits de l’opposition et des minorités parlementaires, de confier à une commission indépendante la préparation des futurs textes de loi”. Autant dire que le général à la retraite est revenu au-devant de la scène nationale sous un manteau de civil pour réclamer plus de libertés individuelles, en insistant notamment sur “le respect de la liberté d’expression, et l’autorisation de toute manifestation pacifique dans toutes les régions d’Algérie, y compris dans la capitale”. Se démarquant ainsi de ses réflexes militaires, l’ex-membre du Haut-Comité d’État (HCE) appelle, en gros, à garantir “la transparence dans tous les domaines”. Aussi ajoute-t-il, “aucune légitimité ne doit prévaloir en dehors de la légitimité constitutionnelle en ce qui concerne les croyances religieuses et les libertés individuelles”. 

Source Liberté Farid Abdeladim

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires