Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

6 mars 2012 2 06 /03 /mars /2012 03:04

Révision de la Constitution et polémique

APN

 

Pour Abdelaziz Ziari, le fait de confier la révision de la Constitution à la future Assemblée qui sera élue le 10 mai, n’est pas un «désaveu» de l’actuel Parlement, encore moins pour le FLN et le RND, deux partis au pouvoir qui refusent d’admettre toute idée d’Assemblée constituante.

Revendication phare formulée par plusieurs partis politiques, l’idée d’une Assemblée constituante qui sera issue des élections législatives du 10 mai prochain se précise. Un scrutin qui constitue plusieurs enjeux, surtout que ces législatives sont une étape décisive pour la poursuite du processus des réformes politiques initiées depuis le 15 avril dernier par le président de la République. Il y a quelques jours, le ministre de l’Intérieur Dahou Ould Kablia avait affirmé, en marge de l’installation de la Commission nationale de surveillance des élections, que la prochaine assemblée qui sera issue des élections législatives du 10 mai sera «constituante». «La mission de la prochaine Assemblée est une mission sacrée et importante puisque les futurs députés doivent voter la Constitution. C’est une Assemblée constituante entre guillemets», a déclaré Ould Kablia. Par ces propos, le ministre a désavoué ainsi le FLN et le RND – deux partis au pouvoir – qui refusent d’admettre toute idée d’Assemblée constituante.

Abondant dans ce sens, le président de l’Assemblée populaire nationale (APN), Abdelaziz Ziari, a appuyé samedi dernier lors de son passage sur les ondes de la Radio nationale, les propos de Dahou Ould Kablia. Ziari qui intervenait à la veille de l’ouverture de la session de printemps a plaidé pour l’élargissement de la coalition gouvernementale. «Le pays appartient à tous les Algériens et ont tous un droit de regard sur les affaires publiques», a-t-il soutenu. Le troisième homme de l’Etat a souligné que la décision du président de la République de confier la révision de la Constitution à la prochaine Assemblée n’est pas un «dé-saveu» de l’actuelle assemblée.

«Le chef de l’Etat a, au contraire, pris la bonne décision, du fait que le mandat de l’actuelle APN prendra fin prochainement et que le président Bouteflika souhaite une révision importante (...) sur la base des nouveaux textes», a fait comprendre M.Ziari.

«Le prochain scrutin connaîtra une large participation des partis, y compris ceux nouvellement agréés, pour donner naissance à un Parlement démocratique et pluraliste.

Un Parlement que nous souhaitons plus représentatif, plus diversifié, plus qualifié et surtout plus à même de poursuivre sa mission législative d’adaptation et de développement du dispositif législatif du pays, notamment l’amendement de la Constitution, en adéquation avec les mutations que connaît la société, la progression des réformes politiques et les exigences du développement accéléré», a affirmé le Président Bouteflika dans son discours prononcé le 23 février dernier à Arzew (Oran).

Bien plus, le président de l’APN a rappelé que la Chambre basse du Parlement a eu auparavant à réviser deux fois la Constitution, la dernière en date en 2008. La prochaine Assemblée, a-t-il indiqué, sera elle aussi législative et non pas une constituante, expliquant que cette dernière (Assemblée constituante) sera élue strictement pour élaborer une Constitution. De son côté, la secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), Louisa Hanoune qui a plaidé pour une Assemblée constituante, a soutenu que les prochaines législatives représentent une véritable bataille entre le pourrissement et la refondation politique, entre la démocratie et la destruction du multipartisme. Pour Hanoune, l’actuel Parlement dont le mandat expire le 17 mai prochain manque de crédibilité. D’où son appel à la dissolution de l’actuelle Assemblée avant les élections législatives de mai prochain.

Source Le Jour d’Algérie Yazid M.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires