Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

14 octobre 2010 4 14 /10 /octobre /2010 05:25

Les ventes des véhicules en chute libre

ds3s2000

 

Sur les 20 concessionnaires qui forment l’AC2A, seuls 5 voient leur croissance évoluer vers le haut, tous les autres ont régressé, a fait savoir le président de l’association.

À l’occasion de la clôture du 4e salon du véhicule industriel et utilitaire, une conférence de presse a été organisée hier par l’Association des concessionnaires AC2A à la Safex, Palais des expositions, à Alger. Le président de l’association, Mohamed Baïri, accompagné d’autres concessionnaires, à l’instar de Peugeot Algérie, Citroën, Toyota, Ford, pour ne citer que ceux-là, a fait part de ses préoccupations, tout en faisant état de l’amélioration des services et de la nécessité d’aller de l’avant dans ce domaine. “Tous les concessionnaires membres de l’AC2A, et commercialisant les produits concernés par ce salon, redoublent d’effort pour satisfaire leur clientèle et le marché”, dira d’emblée Mohamed Baïri, sauf que pour ce salon, le président de l’AC2A fera remarquer la forte présence des concessionnaires chinois aux côtés des concessionnaires traditionnels et membres de l’association.

Aussi, il fera savoir que la concurrence a changé de critères et il ne suffit plus de baisser les prix pour cibler davantage de clients. “De nos jours, la concurrence est telle qu’en matière de véhicules industriels et utilitaires la vraie bataille se déroule dans le domaine des services au client ; le prix bas n’est pas suffisant”, indiquera-t-il. Au nom de l’association qu’il préside, Mohamed Baïri ne s’empêchera pas de faire le tour de la conjoncture économique actuelle, notant une légère régression du chiffre d’affaires de plusieurs concessionnaires. “Je saisis cette occasion pour évoquer la conjoncture et l’environnement socioéconomiques dans lesquels évoluent les concessionnaires. 70 agréments ont été délivrés par le ministère de l’industrie et 20 d’entres eux sont adhérents de l’AC2A. L’examen des statistiques des premiers trimestres de 2009 et de 2010 fait ressortir les constats suivants : l’AC2A a importé en 2009 moins de véhicules qu’en 2008, soit 83% ; sur les 20 concessionnaires qui forment l’AC2A, seuls 5 voient leur croissance évoluer vers le haut, tous les autres ont régressé”, ajoutera-t-il. M. Baïri a tenu à faire savoir que les concessionnaires souffrent ; les ventes depuis l’année 2008 sont en chute libre et la concession du port d’Alger aux Émiratis a porté un coup dur aux membres de l’AC2A. La délocalisation vers les ports de Djen Djen (Jijel) et celui de Mostaganem a provoqué des problèmes de retard dans la livraison, selon les membres de l’AC2A.

Il faut savoir en effet que 40% des véhicules importés sont immatriculés au centre du pays, ceci sans oublier les taxes qui augmentent du coup et les mesures prises par le ministère de l’Industrie qui, selon l’AC2A, “visent à réduire les importations”. La suppression du crédit automobile n’est pas en reste. Il constitue, selon le représentant de Peugeot Algérie, “le coup de grâce” porté au développement de l’activité des concessionnaires. Face à une telle évolution de la situation, et en raison de cette baisse de l’activité qui semble s’inscrire dans la durée, Mohamed Baïri n’a pas manqué de tirer la sonnette d’alarme à cette occasion en demandant aux constructeurs de “s’impliquer sur le terrain, dans le processus d’investissement en Algérie et la création d’emplois, conformément à la démarche du gouvernement”. En somme, les concessionnaires membres de l’AC2A, tout en se voulant concernés par les objectifs que le gouvernement veut réaliser par le biais de ses nouvelles orientations, souhaitent être partie prenante du processus en cours, surtout qu’aujourd’hui on évoque le montage de voitures en Algérie.

Source Liberté Chérif Memmoud

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires