Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

13 février 2011 7 13 /02 /février /2011 07:47

Algérie - Le temps de l’autisme est révolu

algerie etat d urgence

 

Mais est-ce que le pouvoir saura décortiquer cette passe d’armes qui ne fera que s’amplifier pour devenir ingérable ? L’autisme observé à ce jour risque de lui coûter cher demain s’il devait se poursuivre.

Indiscutablement, il y a une différence entre la marche du 22 janvier et celle d’hier. La première  a été outrageusement réprimée par les forces de sécurité. Du sang a même coulé. Celle d’hier, en revanche, même interdite, a pu se transformer en un rassemblement. L’impressionnant dispositif mis en place n’a pas eu à intervenir avec autant de violence que lors de la première. C’est dire que quelque chose a changé depuis.

En premier lieu, c’est qu’après la chute de Ben Ali et surtout celle de Moubarak, tous les regards sont braqués sur nous. Et c’est être mauvais élève que de refaire les erreurs des autres. Pour une lecture plus précise, les dirigeants ont compris que la répression ne peut plus constituer la solution.

Sur un autre registre, la marche d’hier a réuni, pour un même objectif, des personnalités qui ont dépassé ou laissé de côté les conflits personnels au profit d’un objectif commun et d’un projet fédérateur.

D’un côté comme de l’autre, l’air est à l’optimisme pour peu que la dynamique enclenchée par la Commission nationale pour le changement et la démocratie (CNCD) trouve son rythme de croisière, fasse boule de neige et entraîne les citoyens organisés en associations et les partis politiques à laisser de côté leurs divergences.

Ces rassemblements (celui d’hier a touché d’autres villes) ont démontré que les revendications dépassent le cadre du social.

Mais est-ce que le pouvoir saura décortiquer cette passe d’armes qui ne fera que s’amplifier pour devenir ingérable ? L’autisme observé à ce jour risque de lui coûter cher demain s’il devait se poursuivre. Car demain est pour le changement avec ou sans l’approbation de ceux qui gèrent le pays depuis l’indépendance, soit depuis cinquante ans, car ils ne peuvent aller contre le cours de l’histoire.

Après la Tunisie et l’égypte, personne ne pourra dire qu’il n’était pas au courant de la pauvreté endémique et des attentes d’ouverture politique de sa population, des dégâts de la concentration de tous les pouvoir et des conséquences du pillage des richesses du pays.

Source Liberté Outoudert Abrous

abrousliberte@gmail.com

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires