Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

29 décembre 2011 4 29 /12 /décembre /2011 11:28

Le coup de semonce de Ouyahia

ouyahia-copie-2

Le ministre du Tourisme, Smaïl Mimoune (MSP), ne gère plus le foncier touristique.

Selon une circulaire du Premier ministre, datant du 10 décembre, «les walis seront les seuls habilités à octroyer des concessions foncières pour des investissements touristiques».

Le désaccord au niveau du gouvernement ne date pas d’aujourd’hui. D’ailleurs, dans plusieurs réunions du Conseil des ministres, le Président Bouteflika appelait à la cohérence afin de garantir une réussite dans l’application des différents programmes lancés. Cependant, cette fois-ci il y a comme une situation spéciale, qui  laisse poser des interrogations sur le gouvernement actuel et son avenir dans une conjoncture politique spécifique au moment où Ouyahia affirme ses prérogatives sur l’activité des ministres alors que l’avenir des ministres du MSP est en jeu puisque la direction du parti a décidé d’examiner leur retrait de l’exécutif.

Dans ce cadre, des rumeurs ont circulé sur le départ de l’actuel gouvernement dans le but de désigner un autre qui aura la charge de préparer et superviser les prochaines élections législatives de 2012. Une démarche qui a été proposée par quelques partis et personnalités nationales. Mais le chef de l’Etat ne s’est pas encore prononcé, même si lors du dernier Conseil des ministres, il a chargé le gouvernement de s’occuper des préparatifs du prochain scrutin, notamment en ce qui concerne la présence des observateurs étrangers.

Durant ces dernières semaines, le désaccord entre le Premier ministre Ahmed Ouyahia et le ministre de la Santé Djamel Ould Abbès était clair sur la gestion du dossier des médicaments car malgré l’argent déboursé pour l’importation, il existe une grande pénurie.

Le 20 octobre, Ahmed Ouyahia a adressé une circulaire à son ministre de la Santé, concernant l’épuisement des stocks de médicaments à la Pharmacie centrale des hôpitaux. Pour sa part, M. Ould Abbès dira à Laghouat le 14 décembre dernier, qu’«il exécutait une feuille de route tracée par le président de la République et qu’il n’avait aucun problème avec Ouyahia. «Chaque ministre a ses responsabilités et le rôle du Premier ministre est la coordination entre les ministères», a-t-il dit.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là, car le Premier ministre vient d’exercer ses prérogatives en fixant les attributions du ministre de la Santé, dans un décret exécutif publié ce mardi au Journal officiel. En outre, M.Ouyahia retire la gestion du foncier touristique au ministre MSP Smaïl Mimoune.

S’agissant du cas du ministre de la Santé, le décret exécutif fixant les attributions du ministre stipule dans son article 1 que  «Dans le cadre de la politique générale du gouvernement et de son programme d’action, le ministre de la santé, de la population et de la réforme hospitalière propose les éléments de la politique nationale en matière de santé, de population et de réforme hospitalière et assure le suivi et le contrôle de sa mise en  œuvre conformément aux lois et règlements en vigueur».

Le même article ajoute que le ministre «rend compte des résultats de son activité au Premier ministre, au gouvernement et au Conseil des ministres selon les formes, modalités et échéances établies». 

Pour ce qui est du ministre de Tourisme, Smaïl Mimoune (MSP), ce dernier ne gère plus le foncier touristique.

Selon «TSA» en citant une circulaire du Premier ministre, datant du 10 décembre, «les walis seront les seuls habilités à octroyer des concessions foncières pour des investissements touristiques».

Dans cette circulaire intitulée «Contraintes à lever pour la promotion de l’investissement touristique», le Premier ministre relève des «difficultés pour libérer les assiettes foncières des zones d’extension touristiques (ZET) (…) ; la non-viabilisation dominante des zones d’extension  touristique (…) ; une centralisation de la décision».

Cette circulaire intervient à la veille de la réunion du conseil consultatif du Mouvement de la société pour la paix. Cette session aura à trancher sur l’avenir du MSP au niveau de l’alliance présidentielle mais surtout l’avenir des ministres du MSP au gouvernement.

Pour rappel, les députés du RND et du FLN avaient fait tomber une proposition dans le cadre du projet de loi organique portant régime électoral. Celle-ci portait sur l’obligation des ministres candidats aux élections de démissionner du gouvernement avant le scrutin. Alors que le MSP s’est abstenu suite aux amendements apportés par le FLN à cette loi.

Il est à souligner que les ministres du MSP restent minoritaires dans l’Exécutif. Il s’agit des ministres du Commerce, Mutapha Benbada, du Tourisme, Smaïl Mimoune et celui des Travaux publics, Amar Ghoul qui détient le projet du siècle (l’autoroute Est-Ouest).

Si jamais la décision de retrait des ministres du MSP est validée par les structures du parti, le président de la République sera tenu de procéder à un remaniement ministériel.

Source Le Jour d’Algérie Nacera Chenafi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires