Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

4 janvier 2011 2 04 /01 /janvier /2011 06:27

Algérie - Le Blida s'éclipse dans l'océan Indien

navire Blida capture

 

 

Comme si de rien n'était, les Algériens vont observer ce matin l'éclipse solaire. Ce sera tôt le matin, à l'heure des «gueules noires» et des «blouses bleues». C'est-à-dire au moment où les smicards sortiront de chez eux pour aller trimer dans quelques usines qui ont essaimé dans le grand algérois ou l'Oranie et dans le Constantinois. Pour ne pas faire de jaloux chez les Algériens, tous les Algériens qui ne penseront sûrement pas à ce phénomène naturel, celui du grand équilibre des astres et de leur mouvement éternel. En Algérie, ceux qui ont l'habitude de ne pas se lever tôt vont ainsi faire des efforts pour se réveiller et tenter de voir cette éclipse solaire, même si pour le commun des Algériens, elle ne veut rien dire. Pourquoi ? Ben parce que la délectation et la volupté nées du savoir et des sciences sont devenues des denrées rares en Algérie où le système éducatif actuel est tombé tellement bas qu'il appelle les écoliers à aller faire la lecture pour relever leur niveau. Quelle misère ! Donc, les Algériens et l'éclipse c'est vraiment pas une nouveauté, des besoins beaucoup plus ‘'terre à terre» et urgents les clouent littéralement au bon vieux plancher des vaches.

Par contre, si éclipse il y a, c'est bien celle du Blida, ce vraquier battant pavillon algérien qui a été arraisonné et détourné par des pirates somaliens, probablement dans cet océan Indien qui rappelle étrangement l'époque de la flibuste dans les Caraïbes. A son bord, 27 membres d'équipage, dont 17 Algériens. Quelle est actuellement leur état de santé, comment supportent-ils leur captivité ? Ce sont là des questions que les Algériens ‘'lève-tôt pour aller trimer», pas pour voir l'éclipse, se posent au détour d'un café «goudron» avalé à la vitesse de la lumière dans une gargote près de la gare routière de Oued-Leclipse. Ils sont détenus où ces hommes dont le navire capturé par des pirates risque de rester longtemps dans les eaux somaliennes ? Leur cas est poignant, car tout le monde se pose la question si la rançon que vont exiger les coupeurs de ‘'mers» va être payée. Car dans les parages de la Méditerranée, on s'est dit qu'aucune rançon ne sera payée pour les terroristes, les pirates de la mer également, puisqu'ils terrorisent les marins de tous bords. La question mérite d'être posée, car le Blida risque de rester là où il est, et donc les familles des otages algériens vont passer des moments bien dramatiques ; dramatiques du fait que si le navire était détenu seulement par un armateur algérien, Ouallah pour sûr que les pirates l'aurait relâché, car il ne vaut pas un Kopek. Le problème est que des parties saoudiennes ont des parts d'intérêt dans ce navire. Là réside le drame, car tout le monde sait, et les pirates somaliens encore plus, que les Saoudiens ont de l'argent, beaucoup d'argent.

Et la rançon peut être lourde. Que va faire dans ces conditions le gouvernement algérien pour libérer ses ressortissants, alors qu'il s'est interdit de payer toute rançon aux terroristes? Face aux grandes questions, il est souvent judicieux de se taire, et pour rester dans l'actualité de s'éclipser pour un moment, le temps de laisser les choses se décanter. C'est-à-dire laisser passer l'éclipse sans la voir, au risque de nous brûler les yeux, et attendre que les pirates s'aperçoivent qu'ils ne recevront pas un ‘'douro» de l'Algérie pour qu'ils libèrent nos marins sains et saufs.

Source Le Quotidien d’Oran Yazid Alilat

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires