Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

29 janvier 2012 7 29 /01 /janvier /2012 07:16

Et oui, l’Algérie a dépensé sans compter pour ramener la paix sociale

economie-algerie.jpg

Deux rapports successifs de la Banque mondiale et plus récemment du Fonds monétaire international ont pointé du doigt l'étroite dépendance de l'économie nationale par rapport aux hydrocarbures.

Emeutes, crise du logement, flambée des prix des produits de consommation de base, chômage, baisse du pouvoir d'achat... Les pouvoirs publics ont dépensé sans compter pour éteindre les foyers de contestation et ramener la paix sociale. Les hauts niveaux atteint par les cours de l'or noir l'ont permis (près de 100 dollars le baril à New York). L'Algérie est pourtant sous une épée de Damoclès. Pourquoi? La raison est simple: il suffit que les prix du pétrole chutent brutalement et c'est la débâcle annoncée. La conjoncture est plus que propice, la crise financière de la zone euro mine la croissance mondiale. Ce sont des lendemains qui déchantent et guettent l' économie nationale. Quand bien même elle disposerait d'une fabuleuse manne financière qui peut lui permettre de faire face à une récession des plus terribles, elle n'est pas à l'abri d'une déconfiture. Les 176 milliards de dollars accumulés ces dix dernières années ne sont-ils dans ce cas- là que de la poudre aux yeux? Une bouée de sauvetage? Pas réellement pensent certains experts qui tirent cependant la sonnette d'alarme, notamment en matière de création d'emplois. Une sorte de paradoxe. Ecoutons: «Les vastes ressources financières accumulées au cours des dix dernières années grâce à une gestion macroéconomique prudente aideront à atténuer ce risque. Cela dit, les hydrocarbures créent de la richesse, mais pas d'emplois. Si les autres secteurs ne connaissent pas un développement soutenu, le mécontentement causé par le chômage élevé pourrait persister», estime M.Joël Toujas-Bernaté, chef de mission du FMI pour l'Algérie. C'est que le Fonds monétaire international persiste et signe: le taux de chômage demeure particulièrement élevé. Il serait de l'ordre de 20% alors que les reponsables algériens le situe autour des 10%. Inutile de sombrer dans une polémique stérile. L'estimation de l'organisation économique mondiale est crédible. Elle repose sur la forte croissance de la population algérienne. «Les tendances démographiques y sont pour beaucoup. La population algérienne est jeune et augmente à vive allure. Aussi l'Algérie a-t-elle besoin de croître à un rythme bien plus rapide pour absorber les nouveaux arrivants sur le marché du travail», fait remarquer l'expert international. Quelles sont les causes de la persistance de ce phénomène? «Comme le montre l'analyse que font d'autres observateurs, tels que la Banque mondiale, le problème est double: il y a d'une part la rigidité du marché du travail - il est coûteux et difficile d'embaucher et de licencier - et il y a d'autre part l'inadéquation de l'offre et de la demande de main-d'oeuvre», fait-il observer. Les signaux émis par la BM dans son rapport de l'année 2012 ne sont pas annonciateurs de bonnes nouvelles pour l'ensemble de l'économie de la planète. Les pays en développement sont les plus exposés à cette crise. «Les pays en développement doivent évaluer leurs vulnérabilités et se préparer à la possibilité d'autres chocs», a prévenu Justin Yifu Lin, économiste en chef et premier vice-président de la Banque mondiale pour l'économie du développement (Voir l'Expression du 28 janvier). La BM a revu à la baisse ses estimations de la croissance mondiale. Elle «devrait s'établir à 2,5% en 2012 et 3,1% en 2013 (si l'on utilise une pondération sur la base de la parité de pouvoir d'achat, la croissance mondiale s'établirait à 3,4% en 2012 et 4% en 2013)», écrivent les rédacteurs du document. L'Algérie tiendra-t-elle le choc surtout en cas de baisse importante des prix du brut? «Si l'économie reste trop dépendante des hydrocarbures et insuffisamment diversifiée, elle restera vulnérable aux chocs pétroliers négatifs...Au milieu des années 80, confrontée à une chute marquée des cours du brut, l'Algérie a dû faire des coupes claires dans les dépenses publiques. Cela a engendré des problèmes sociaux qui ont été en partie la cause de la «décennie perdue» des années 1990 et une source d'instabilité politique,» a rappelé Joël Toujas-Bernaté dans un entretien publié dans le bulletin de l'institution financière internationale. La leçon a-t-elle été retenue? «Il faudra que les autorités algériennes continuent de revoir leur stratégie pour permettre l'émergence d'un secteur privé plus vigoureux et diversifié», recommande-t-il. «Le gouvernement a mis en place en 2009 une nouvelle réglementation des investissements directs étrangers qui limite la participation étrangère aux nouveaux projets. Le but était de promouvoir de nouveaux partenariats avec des investisseurs nationaux, mais en réalité on a constaté une diminution sensible des flux d'investissements étrangers déjà peu abondants», a fait remarquer le chef de mission du FMI pour l'Algérie.

Source L’Expression Mohamed Touati

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires