Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

15 mars 2013 5 15 /03 /mars /2013 07:35

Lagarde: L'économie algérienne est "très robuste" mais trop dépendante des hydrocarbures et des dépenses publiques

Christine-Lagarde

 

L'économie algérienne est devenue "très robuste" grâce à une gestion "avisée" de ses ressources financières mais demeure trop  indépendante des revenus pétroliers et des dépenses publiques, a constaté  jeudi à Alger la Directrice générale du FMI, Mme Christine Lagarde.

Mme Lagarde, qui animait une conférence sur les perspectives de croissance pour l'Algérie et dans le monde, a estimé que les "solides" résultats financiers réalisés par le pays dans un contexte mondial de crise sont "le résultat d'une gestion macro-économique avisée et une gestion prudente des réserves de change".

L'Algérie a pu ainsi "surmonter les effets de la crise financière internationale  et son économie est devenue très robuste", a-t-elle affirmé en s'appuyant surtout  sur les indicateurs financiers comme la dette extérieure qui a été réduite à 2,5% du PIB, les réserves de change qui atteignent 40% du PIB ou encore la croissance, prévue à 3,5% pour 2013.

La "décision judicieuse" de créer le FRR (Fonds de régulation des recettes) en 2000 a aussi contribué à la réalisation de ces performances, selon Lagarde  qui a recommandé à l'Algérie de "continuer à épargner pour les générations futures".  "L'Algérie sait exploiter de manière sage ses réserves financières",  a-t-elle tranché. Mais s'il est capital que l'action publique soit présente pour assurer la croissance, il n'en demeure pas moins que l'économie algérienne  reste "très dépendante du secteur des hydrocarbures", a-t-elle cependant averti.

La dépendance vis-à-vis des revenus pétroliers, "inégalée" selon la première  responsable du FMI, n'est pas la seule "source de tensions" pour l'Algérie mais c'est surtout le fait que le secteur des hydrocarbures ne contribue pas assez  à la création d'emplois, a-t-elle estimé. 

"Les hydrocarbures représentent 40% du PIB algérien et 98% des exportations  mais seulement 2% de l'emploi", a-t-elle argumenté évoquant à ce titre "un déséquilibre  apparent qui nécessite une meilleure gestion des risques".  En plus, la dépendance de l'économie algérienne vis-à-vis des financements  et des investissements publics mérite d'être traitée "ardûment", selon elle. 

"Le (financement) public ne peut pas continuer à tout faire", a-t-elle dit en reprenant le proverbe

Source El Watan APS

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires