Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

27 février 2012 1 27 /02 /février /2012 09:20

Le changement se fera dans la continuité, avec les mêmes acteurs et les mêmes arbitrages.

analystes politiques

 

L'amendement de la Constitution sera l'une des missions principales qu'assumera la future Assemblée populaire nationale, (APN), qui sera issue des élections législatives du 10 mai prochain. La mission est à l'évidence de taille. Il s'agit d'apporter des amendements et enrichissements à la première Loi du pays, qui engagera l'avenir du pays. Cette nouvelle Loi fondamentale fera donc suite à celle amendée en novembre 2008 par le Président Bouteflika pour lui permettre de briguer un troisième mandat. Néanmoins, certains analystes relèvent qu'il y a une situation d'incertitude, qui pèse sur le taux de participation des électeurs lors de la prochaine consultation électorale.
Le vent de l'abstention se fait déjà sentir, indiquent-ils, dans les cercles politiques et ses signes avant-coureurs réveillent et multiplient de vraies-fausses querelles, intempestives, inter et intra-partisanes, pitoyables effets de manche, dans des cercles politiques traditionnellement proches du pouvoir. C'est dire que l'on assistera à l'amendement de la Constitution par une équipe parlementaire mal élue. D'autre part, d'autres analystes soulignent en revanche que les prochaines élections législatives vont tout simplement, à défaut de participation effective des électeurs, reconduire la même équipe par défaut ou, dans le pire des cas, nous allons connaître une nouvelle distribution des rôles avec l'arrivée des nouveaux. Une telle recomposition à la future Assemblée nationale conduira par conséquent à un renouvellement, qui se fera dans la continuité, avec les mêmes acteurs et le même arbitrage. Cette situation d'incertitude fait dire dans certains milieux politiques que les jeux sont déjà fermés et le champ politique verrouillé devant les démocrates et ouvert aux partis inscrits dans la logique du pouvoir, en l'occurrence le MSP, le FLN et le RND, d'où les tractations, la répartition des rôles, et les soupçons de mise au point des quotas, le tout préparé à l'abri des regards dans des officines rompues à ces manoeuvres! Avec un faible taux de participation, la prochaine Assemblée se croit légitimement investie pour amender la première Loi du pays et légiférer. En ce sens, il convient de signaler qu'une abstention lors du futur rendez-vous électoral menace de fait tout l'édifice institutionnel. Et au mieux, les amendements qui seront apportés par la prochaine Assemblée nationale populaire à la Constitution devraient se situer rien qu'au niveau du toilettage. Face à cela interviennent les mises en garde adressées au peuple par le Président au cours de son dernier discours prononcé à l'occasion du double anniversaire de la nationalisation des hydrocarbures et de la création de la Centrale syndicale (Ugta), contre les conséquences d'une abstention, qui risque de constituer une menace. «Les élections signifient la participation. Si vous voulez des réformes et un changement, agissez alors», a tenu à préciser le chef de l'Etat, avant de soutenir que: «la nouvelle Assemblée aura pour tâche de préparer une Constitution dans le cadre de ses réformes politiques engagées depuis avril 2011». De son côté, le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales, Ould Kablia a déclaré la semaine dernière «Cette élection est importante parce que si le nouveau Parlement, qui sera élu aura pour mission d'élaborer la nouvelle Constitution, ce sera une sorte d'Assemblée constituante.» S'exprimant au sujet du prochain scrutin législatif, il a soutenu qu'il est de la responsabilité et du devoir de tout un chacun d'accomplir son acte de vote le jour J. L'importance de cette joute électorale, a-t-il expliqué, est capitale et historique. Plus explicatif, Ould Kablia a fait remarquer dans une interview accordée le 21 février dernier à l'agence Reuters:«Les parlementaires auront à adopter des amendements susceptibles de réduire les pouvoirs du chef de l'Etat», sans pour autant fournir de plus amples précisions sur la nature de ces pouvoirs en passe d'être amendés.
Néanmoins, la question qui se pose enfin est liée à la nature de la future Constitution: est-ce que cette dernière sera le fruit d'une assemblée nationale représentative? Ou sera-t-elle juste touchée par un simple toilettage?

Source L’Expression Kamel Lakhdar-Chaouche

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires