Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

2 janvier 2011 7 02 /01 /janvier /2011 07:34

Algérie - Education nationale - Une baisse de niveau inquiétante

algerie enseignement

 

La reprise des cours s’effectuera aujourd’hui alors que les résultats scolaires n’ont pas été bons pour tous les élèves. Une forte délégation composée de principaux responsables du ministère de l’Education nationale sillonne, ces derniers temps, les wilayas ayant enregistré de faibles rendements pédagogiques aux examens nationaux de l’année scolaire 2010.

Sa mission est de se concerter avec les autorités locales afin de trouver des solutions appropriées au taux élevé d’échec scolaire dans ces régions.

Il est ainsi attendu un «infléchissement» de la tendance «négative» des résultats enregistrés dans ces wilayas et l’amorce de meilleurs rendements pédagogiques.

Quatorze wilayas sont concernées par cette opération. Après M’sila et Batna, c’est au tour de Laghouat de connaître une évaluation qui vise, selon le secrétaire général du département de Benbouzid, M. Khaldi, beaucoup plus sa mise à niveau. Des commissions mixtes comprenant des représentants du ministère, ceux des autorités locales et les différents partenaires, telles les associations de parents d’élèves, sont mises sur pied en vue d’affiner l’analyse des rapports résultats/moyens et de dégager les remèdes appropriés. En cette fin d’année, une commission du genre a été installée à Laghouat afin de diagnostiquer la situation du secteur et la faiblesse des résultats aux examens finaux, en vue de trouver une solution adéquate à l’échec scolaire.

Cette nouvelle instance se chargera également de l’examen des préoccupations soulevées et du recensement, selon un plan d’action, des lacunes relevées dans le secteur de l’éducation.

D’après les explications fournies par le ministère de l’Education nationale, ce plan d’action se déroule en trois phases : la première, «d’urgence», consiste en le suivi des élèves de classes d’examens nationaux (fin de cycle primaire, BEM et bac) notamment par l’organisation rigoureuse du soutien pédagogique dans leurs volets horaire, encadrement, méthodologie, moyens didactiques et financements interne et externe ; la deuxième, à moyen terme, examine les voies d’amélioration des résultats scolaires ; la dernière porte sur la définition des modalités de perfectionnement scolaire graduel, pour se mettre,  à long terme, au diapason des écoles des autres wilayas du pays. Pour sa part, l’inspection générale pédagogique, nouvellement installée, s’inscrit dans le cadre des commissions  pédagogiques nationales qui auront à évaluer l’enseignement des matières essentielles (mathématiques, langue arabe...) à tous les stades du cursus (primaire, moyen  et secondaire). Notons que l’opération d’installation des commissions d’évaluation se poursuivra au niveau de dix wilayas du Sud et de quatre wilayas des Hauts-Plateaux ayant montré des faiblesses dans les résultats scolaires.

Par ailleurs, le ministère de l’Education nationale s’emploie, en coordination  avec les ministères de l’Intérieur et des Collectivités locales et du Commerce,  à la mise au point d’une stratégie visant à lutter contre les cours de soutien privés destinés aux élèves du cycle primaire qui, a fait remarquer M. Khaldi, «ne répondent  pas aux critères pédagogiques requis».

Le SG du ministère a souligné, par ailleurs, que le secteur de l’éducation  a été doté, au titre de l’actuel programme quinquennal, de près de 543 milliards  de dinars pour l’exécution des différentes opérations de développement et de prise en charge des préoccupations socio-éducatives.

Source El Watan Nabila Amir

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires