Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

10 août 2010 2 10 /08 /août /2010 06:48

Le commissaire du Sila, Smaïn Ameziane, évoque une question de dignité

salon-du-livre-alger.jpg

 

Participera, ne participera pas ? Le voile est levé et la décision a été prise par le commissaire du Sila himself : le pays des Pharaons est persona non grata à la manifestation livresque en octobre prochain.

Neuf mois après les évènements tragiques qu’a vécus la sélection algérienne de football au Caire, dans le cadre du match de qualification pour le Mondial 2010 en Afrique du Sud, les faits sont là et la mémoire collective s’en souvient. Les relations algéro-égyptiennes ne sont pas encore rétablies. Résultat des courses : les éditeurs égyptiens ne sont pas invités à participer à la 15e édition du Salon du livre d’Alger. “C’est par respect au peuple algérien et par respect aux personnes qui ont été massacrées et caillassées dans le car. On ne peut pas oublier. Ma conscience ne me permet pas de provoquer ! ”C’est ce qu’a déclaré le commissaire du Sila, hier, au salon de la Bibliothèque nationale d’Algérie.

Ainsi, ce qui était considéré comme une rumeur a été confirmé par le commissaire du Sila. Pour étayer cette décision, il a affirmé que “je ne peux pas inviter des gens qui se sont permis le luxe de dénigrer l’Algérie, son histoire et ses martyrs, surtout venant de la part d’intellectuels !”

 Affirmant avoir interrompu ses vacances pour venir s’expliquer, Smaïn Ameziane a tenu à préciser que cette décision lui est propre. “Je suis le commissaire du Salon du livre et je n’ai reçu aucune instruction dans ce sens ! Je parle d’abord en tant que citoyen ensuite en tant que commissaire. En tant que citoyen, ma conscience ne me permet pas d’inviter les Égyptiens aujourd’hui, bien que parmi eux il y ait des amis (…), par respect aux jeunes qui se sont fait massacrer au Caire.” Allant encore plus loin dans ses déclarations, il a affirmé mordicus. “Je n’investirai pas un centime pour leur sécurité et la sécurité de leurs biens !”  En fait, cette rencontre ou plutôt cette “clarification” a été déclenchée suite à un article publié la semaine dernière par un confrère. Plus qu’une mise au point, cette sortie est une réponse du commissaire du Salon international du livre d’Alger à l’Union des éditeurs égyptiens.

Pour rappel, cette même union avait saisi, il y a un mois, le commissariat du Sila pour exprimer son souhait de participer à la prochaine édition. “Je n’ai pas répondu à leur courrier et je n’ai pas à leur répondre. Si vous lisez attentivement le règlement intérieur du Sila, le commissaire est souverain d’inviter qui il veut !” Une déclaration, on ne peut plus claire, révélatrice d’une position politique qui ne dit pas son nom. Après les tentatives diplomatiques “infructueuses” de la partie égyptienne pour “normaliser” les rapports entre les deux pays, la culture, appelée à la rescousse, ne semble pas réussir là où le politique a failli. Pour autant, Smaïn Ameziane a longuement insisté sur l’autonomie de sa décision et que celle-ci ne fait pas suite à une instruction. Le souci de ne pas “provoquer le peuple algérien” constitue-t-il l’unique raison qui a poussé le commissariat du Sila à faire obstruction à la participation égyptienne au Salon du livre d’Alger ? M. Ameziane admet, certes, que “Mme la ministre a donné instruction pour toiletter le salon, afin qu’il soit plus clean et qu’il y ait des ouvrages qui répondent aux besoins de la population estudiantine”. Un “toilettage” qui, apparemment, ne vise pas seulement les ouvrages subversifs. “Les livres égyptiens ne seront pas présents. C’est un salon du livre et non un bazar (…) Un éditeur doit exposer les produits de sa maison d’éditions. Ce n’est pas une instruction, c’est le règlement et j’ai pour mission de faire respecter !”, a-t-il encore clamé.

La décision est-elle irrévocable ? Serait-elle maintenue même si les éditeurs égyptiens venaient à présenter leurs excuses ? “C’est trop tard, j’aurais aimé que ces éditeurs qu’on appelle intellectuels aient réagi avant, car ce sont eux qui nous ont traités de tous les noms à travers leurs médias”, répond Smaïn Ameziane.

Source Liberté Amine Idjer

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires