Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

21 juillet 2013 7 21 /07 /juillet /2013 15:46

Présidentielle de 2014 : ces binationaux qui rêvent d’accéder à El Mouradia

XXX.jpg 

C’est une première dans l’histoire de l’élection présidentielle en Algérie. Ils sont déjà quatre binationaux à avoir annoncé leur intention de se présenter à l’élection présidentielle prévue en 2014. S'ils sont ambitieux et brillants dans les affaires pour la plupart, ces binationaux restent néanmoins inconnus en Algérie.

Mais, les révoltes du printemps arabe, les changements qu’elles ont suscités et la situation actuelle du pays après l’hospitalisation du président de la République semblent leur donner beaucoup d’espoir.
Ali Benouari : ancien ministre de Ghozali vivant en Suisse
Dernière candidature en date : ce vendredi 19 juillet, deux quotidiens suisses annoncent l’intention de Ali Benouari de briguer la magistrature suprême en Algérie.
Ancien ministre délégué au Trésor dans le gouvernement de Sid Ahmed Ghozali, l’homme de 62 ans vit depuis 20 ans à Genève, en Suisse, où il dirige une société de conseil industriel et financier, Ecofinance. « Je n'avais pas prévu de l'annoncer depuis la Suisse, mais finalement c'est un beau symbole », a-t-il indiqué dans l’entretien accordé aux deux journaux suisses.
M. Benouari, binational, est engagé politiquement dans son pays d’accueil. Il s’est notamment présenté aux élections fédérales de 2007, selon les médias suisses. « La Suisse est mon pays d'adoption et une grande démocratie. Je ne me lance pas par opportunisme, mais parce que je pense pouvoir insuffler de la modernité au débat », a-t-il expliqué. Pour lui, Abdelaziz Bouteflika ne sera plus président en avril prochain, vu son état de santé. « C'est tant mieux. Son pouvoir était illégitime », a-il-dit.
Rachid Nekkaz : le millionnaire franco-algérien
Avant Ali Benouari, c’est le Franco-Algérien Rachid Nekkaz qui a annoncé sa candidature. De tous les candidats binationaux, il est sans doute le plus célèbre et le plus connu, en Algérie comme à l’étranger. Fidèle à sa stratégie de provocation, c’est depuis la frontière algéro-marocaine qu’il a annoncé sa candidature, avant de demander, quelques jours plus tard, au président français de le déchoir de sa nationalité française. Agé de 41 ans et marié avec une Américaine, Rachid Nekkaz est habitué des candidatures en France. Il a notamment échoué  à se porter candidat à la présidentielle de 2007.
En France, Rachid Nekkaz est connu pour ses combats parfois atypiques. De la défense des prisonniers politiques musulmans ouïghours en Chine à l’opération République des Roms, en passant par la création d'un fonds servant à payer à leur place les amendes des femmes portant le voile intégral, le jeune millionnaire suscite souvent la curiosité et l’intérêt des médias. Rachid Nekkaz a déjà commencé à préparer sa campagne électorale en se présentant comme candidat de la jeunesse et du changement.
Dans un communiqué publié sur son site "nekkazpresident.com", il  propose la création d'un poste de vice-président réservé en priorité à une femme. Parmi les points inscrits dans son programme, figurent la « réouverture des frontières terrestres entre l'Algérie et le Maroc » et  la « lutte contre la corruption ».
Madjid Mezghenna : « un candidat désintéressé »
Un autre Franco-Algérien, Madjid Mezghenna, veut se présenter parce qu’il est certain de pouvoir changer la situation. « Je n’ai pas d’ambition personnelle, ce n’est pas mon avenir qui m’intéresse, mais celui de l’Algérie », a-t-il déclaré dans un entretien accordé au quotidien régional français Le Midi libre, dans lequel il a annoncé sa candidature. « Je suis donc un candidat désintéressé et je pense que c’est important. Je désire au plus profond de mon être que l’Algérie aujourd’hui soit à l’image de tous les pays démocratiques », a-t-il ajouté.
L’homme de 67 ans est certain de pouvoir changer les choses dans le pays. S’il parvient au Palais d’El Mouradia, l’abrogation du code de la famille sera la première décision qu’il prendra. A-t-il une chance d’être élu ? Madjid Mezghenna y croit, « d’autant plus que mon nom, Mezghenna, est le véritable nom d’Alger, la capitale, où je suis venu au monde », argue-t-il.
Kamal Benkoussa : un Franco-Algérien vivant à Londres
Même s’il ne l’a pas encore annoncé officiellement, Kamal Benkoussa prépare depuis plusieurs mois sa candidature à la présidentielle algérienne. Né en France de parents algériens, il est trader et partenaire dans un fonds d’investissement américain à Londres. Cela fait plus d’un an qu’il multiplie les rendez-vous avec des personnalités de la société civile et du monde des affaires. Il est très prolixe dans les médias nationaux et internationaux, où il ne parle pas que d’économie et des finances.
En janvier dernier, l’homme crée la Ligue algérienne pour la démocratie. Interrogé sur son éventuelle candidature lors de son passage à Constantine, M. Benkoussa a répondu : « Si derrière (sa candidature) il y a un mouvement national, je suis prêt à relever le défi. En tous les cas, c’est le peuple qui décide », selon ses propos, rapportés par la presse.

Source TSA Hadjer Guenanfa

Le Pèlerin

 

Partager cet article

Repost0

commentaires