Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

8 juillet 2010 4 08 /07 /juillet /2010 05:14

 

Le «mystère» Saâdane plombe les verts

rabah sadaane

 

A quelques semaines des éliminatoires de la CAN 2012, rien n’a été décidé quant au staff technique qui prendra la tête des Verts.

Partira, partira pas? Le mystère plane toujours sur l’avenir de Rabah Saâdane à la tête de l’Equipe nationale. La question taraude toujours l’esprit des Algériens, et ce, deux semaines après l’élimination des Verts du Mondial sud-africain. Mohamed Raouraoua, président de la FAF reste ambiguë sur cette question, alors Saâdane prend le manche par le milieu. Or, partout dans le monde, ce sont les résultats qui déterminent l’avenir de tout entraîneur. C’est le cas de plusieurs fédérations qui ont limogé leur entraîneur juste après l’élimination de leurs équipes respectives. C’est le cas de la France, du mexique, du Chili, des Etats-Unis, du Nigeria et autres nations. Maradona a fini par jeter l’éponge, lui qui était à la tête de l’Argentine. En Algérie rien n’a été décidé jusqu’à présent. Il faudra attendre les résultats du tête-à-tête Saâdane-Raouraoua prévu le 15 juillet. Le bilan de Cheikh Saâdane a été très faible, même si l’EN n’a pas été humiliée durant ce tournoi mondial. L’équipe a quitté la compétition avec un seul et unique point et zéro but marqué. L’Algérie occupe la dernière place avec le Honduras comme équipes qui n’ont marqué aucun but. Or, tous les experts nationaux et internationaux confirment que l’Algérie méritait sa place aux huitièmes de finale si Saâdane avait osé...Les Verts n’ont plus marqué de buts depuis le fameux match face à la Côte-d’Ivoire, hormis le penalty marqué par Ziani face aux Emirats arabes unis. Pour de nombreux techniciens, le bilan de Saâdane est très mitigé. On reproche, également, à l’Equipe nationale son incapacité à trouver un fond de jeu propre à elle. C’est ce qui explique le fait que Saâdane a procédé à plusieurs changements de joueurs. A cela s’ajoute le fait que le coach national n’arrive pas à maîtriser son groupe. En plein Mondial, la presse a rapporté plusieurs cas de «rebellion» de la part de quelques joueurs qui voulaient imposer au coach de les titulariser. A présent, plusieurs hypothèses ont été annoncées quant au maintien ou pas du coach. La première consiste à garder Saâdane en lui changeant son staff technique. Car, des voix s’élèvent pour garder un staff constitué de techniciens locaux. Des noms comme ceux de Benchikha, entraîneur de l’équipe A, ainsi que d’autres techniciens à l’image de Djamel Menad et Hafid Tasfaout sont évoqués. Les partisans d’un entraîneur local mettent la pression sur Raouraoua afin de maintenir Saâdane ou de nommer la légende du football national, Rabah Madjer, à la tête des Verts. Le vrai problème ne se pose pas dans la nationalité de l’entraîneur. Qu’il soit Algérien ou étranger, ce qui compte au final ce sont les résultats. A présent, aucun entraîneur algérien n’a fait ses preuves à l’étranger. Ceux qui ont drivé quelques clubs des pays voisins, étaient à la tête de clubs qui ne peuvent en aucun cas être des références. Cela ne peut laisser supposer que la piste d’un entraîneur étranger, quel que soit son niveau, soit la meilleure. Les dirigeants de la FAF doivent mettre le paquet pour recruter un entraîneur de niveau mondial. Un entraîneur qui ne viendra pas pour passer un congé payé, mais pour afficher des ambitions dans l’avenir proche et lointain. Les Algériens rêvent, avec cette équipe, de remporter la prochaine Coupe d’Afrique des Nations et surtout se qualifier pour le Mondial 2014 au Brésil. Il est temps de tirer des leçons du passé de l’équipe et d’éviter de tomber dans la même politique du bricolage. Le premier challenge qui attend les Verts est celui des deux prochaines Coupes d’Afrique des nations prévues en 2012 et 2013. D’ailleurs, les Verts seront au rendez-vous dès le mois de septembre prochain avec les éliminatoires de la CAN. Le groupe de l’Algérie est loin d’être facile, sachant qu’en face il y a une équipe marocaine qui cherche à se replacer sur la scène footballistique africaine. La bataille sera rude pour un seul billet. Les Verts n’auront aucune excuse s’ils venaient à rater la prochaine CAN. Pour éviter un grand crash, on doit impérativement arrêter avec la politique du bricolage et placer les hommes qu’il faut aux places qu’il faut. C’est à cause de cette même politique de bricolage que l’Algérie a raté cinq éditions de la Coupe du Monde et deux éditions de la CAN. L’Algérie a les moyens, financiers et humains, qui lui permettent de dire son mot sur la scène footballistique régionale, africaine et mondiale.

Source L’Expression Tahar Fattani

Le Pèlerin

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires