Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

24 mars 2012 6 24 /03 /mars /2012 09:13

L’Algérie et les énergies nouvelles

champ solaire algerie

 

Mercredi avait lieu un débat sur les énergies renouvelables au Forum d’El Moudjahid. Les spécialistes se demandaient si l’Etat avait réellement envie de remplacer son énergie fossile par une énergie renouvelable vu le peu d’entrain qu’il met à concrétiser ce projet.

L’Algérie a mis du temps pour lancer son programme sur les énergies renouvelables. Pourtant ce n’est pas faute d’avoir tenté de lancer ce programme il y a déjà plusieurs années surtout que la concurrence au niveau mondiale est actuellement rude. De plus, l’exportation de l’électricité nécessite certaines conditions, à savoir trouver les marchés, les partenaires et les financements extérieurs. Toutefois, L’Algérie a déjà en cours des projets de partenariat avec DESERTEC et Apollo.

Voilà trois mois et demi que le projet DESERTEC a été annoncé. Selon M. Christoph J. Partch ce projet « avance bien en Algérie ». Il a pour but de fournir à l’Europe de l’électricité à partir du potentiel énergétique des déserts. Ce projet, Bouteflika en est ravi, il exprime d’ailleurs son intérêt : « à ne pas fermer la porte aux partenaires étrangers potentiels ». L’État pose alors trois conditions, à savoir le transfert de technologie, la fabrication locale des équipements adéquats et l’exportation du surplus vers l’Europe. Yahia Zane, présidente de l’Association des agronomes algériens, explique que « le programme des énergies renouvelables, qui constitue un énorme défi, créera 200 000 emplois dont 100 000 dans la production, concernera l’énergie solaire, éolienne et géothermique ». C’est un point loin d’être négligeable.

Ceci est paradoxal, dans la mesure où les hauts plateaux et le sud souffrent actuellement du manque d’énergie. Un programme est en cours pour acquérir et installer 6 327 stations photovoltaïques pouvant couvrir pas moins de 44 300 personnes. Seulement, entre les actes et les paroles il y a une grande différence car l’Etat ne fait rien pour rendre accessible le panneau solaire à ses citoyens. Les spécialistes se demandent si le gouvernement algérien a une réelle volonté de sortir de sa dépendance aux hydrocarbures et les remplacer par d’autres sources d’énergies alternatives.

Source Algérie Focus S. Viniger

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires