Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

20 novembre 2010 6 20 /11 /novembre /2010 09:09

Algérie - Valorisation des élites

universite algerie La future élite de la nation...Combien y resteront..????

 

Pratiquement, les salaires des enseignants universitaires vont doubler, rattrapant ainsi une perte considérable de leur pouvoir d'achat. La classe politique a eu une augmentation des salaires qui devrait être inscrite dans le Guîness Book des records mondiaux (bsahthoume). Les augmentations sont maintenant  à attendre du côté des cadres supérieurs de l'Etat qui vont être les "parents pauvres " de la classe politique, à la traine derrière celle là.

Les ingrédients devront ainsi être réunis pour créer les conditions de comparaison entre les élites des pays avancés et les nôtres. Cela devrait correspondre à l'aspiration de tous les pays qui sont celles de valoriser leurs élites en leur permettant de vivre dignement et de ne pas trop emprunter le chemin de l'exil, favorisé ainsi par une certaine politique de "discrimination positive" conçue pour pomper nos meilleurs cadres. Cela correspond également à la réalisation d'un objectif assez ancien des pouvoirs publics, à savoir la création d'une classe moyenne. Celle-ci devrait être le plus possible élargie et englober les commerçants et les fonctions libérales. Dans tous les pays du monde, c'est la classe moyenne qui tempère les tensions, qui porte le projet politique dominant, le projet économique poursuivi et dont elle tire des avantages.

C'est elle qui joue le rôle de médiation, de zone tampon entre les plus riches et les plus pauvres, qui " relève " les indices humains avec lesquels les Nations unies évaluent les situations socio-économiques, les niveaux de frustration des populations, les niveaux de respect des droits humains et des libertés publiques et politiques. Cette classe moyenne ne doit pas être placée dans la situation où elle va manquer de motivations à tenter la médiation et ce, suite à l'aggravation de l'écart des rémunérations qui a été instauré entre les cadres supérieurs de l'Etat et les députés, c'est-à-dire finalement entre la haute administration et la classe politique.  Quand il y a un écart assez important entre les revenus de la classe politique et ceux de la haute administration,  la cohésion aux niveaux des instances de décision administratives et politiques est réellement mise en péril. Cela brise la cohésion  dans la mobilisation autour des politiques de l'Etat.

Source  Le Maghreb N.B.

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires