Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

25 décembre 2011 7 25 /12 /décembre /2011 08:51

Les nouveaux prétendants sous tension

le renouveau en algerie 

 

Bouteflika s'est prononcé mercredi dernier en faveur de la naissance de nouveaux partis, un processus bloqué depuis des années. Il faut savoir que la loi de 1990 a permis l'agrément de 57 partis parmi lesquels 30 ont disparu.

Maintenant que le Parlement a rempli sa mission concernant les projets de loi relatifs aux réformes politiques, notamment le texte portant sur les partis qui a été validé à la majorité, le ministère de l’Intérieur n’a plus d’excuses pour retarder l’agrément des partis afin qu’ils puissent participer aux prochaines législatives prévues dans les délais fixés, comme décidé au dernier Conseil des ministres. De son côté, le Président Bouteflika s’est prononcé mercredi dernier en faveur de la naissance de nouveaux partis, un processus bloqué depuis des années. Il faut  savoir que la loi de 1990 a permis l’agrément de plus 57 partis parmi lesquels 30 ont disparu.  Dans ce cadre, l’examen des dossiers d’agrément des nouveaux partis au plan de la compatibilité [avec la loi] commencera aujourd’hui, si on se réfère à l’annonce faite jeudi dernier par le ministre de l’Intérieur. D’autre part, les services de l’Intérieur procéderont à des enquêtes sur leurs membres fondateurs. Au niveau de l’Interieur, il y aurait pas moins de 15 dossiers à étudier, alors que bien avant le lancement des réformes politiques 42 dossiers étaient en attente d’agrément. Parmi les nouveaux partis, dont la création a été annoncée dans le contexte des réformes politiques, il y a celui de Djamel Benabdeslam, ancien secrétaire général du parti islamiste El Islah, qui a lancé le 8 octobre à Alger le Front de l’Algérie nouvelle. Il a déposé sa demande d’agrément au département de l’Intérieur le 13 novembre dernier et attend toujours la réponse. Toujours du côté des islamistes, Abdallah Djaballah a lancé le Front pour la justice et le développement (FJD) au mois de juillet dernier, et Abdelmadjid Menasra, dissident du Mouvement de la société pour la paix (MSP), a également créé son parti, El Taghyir. On peut citer également Tahar Benbaibeche, ancien secrétaire général du RND, qui a annoncé  le 1er octobre la création d’un nouveau parti, «Hizb el fadjr el jadid». Appartenant à la même famille politique, Khaled Bounedjma a lancé le FNJS (Front national pour la justice sociale) sans oublier le Front national des libertés des redresseurs du FNA.

D’autre part, il y a les anciens postulants qui espèrent enfin avoir leur agrément. Il s’agit de l’Union pour la démocratie et la république (UDR), qui a annoncé le 1er octobre son désir de participer aux prochaines élections.

Il y a également le Parti pour la justice et la liberté (PJL) de Mohamed Saïd, ex-candidat aux présidentielles de 2009, qui se  dit même prêt pour les législatives dans un précédent entretien à l’APS. Cette formation a déposé sa demande d’agrément en 2009. Le parti continue d’installer des structures provisoires au niveau de 43 wilayas et une assemblée générale des cadres a déjà été tenue pour préparer le congrès constitutif prévu début janvier 2012. Il faut souligner que l’agrément de quelques nouveaux partis fera mal à certaines formations politiques, comme le clan islamiste qui est de plus en plus dispersé et le FNA qui vient d’être assommé par l’autorisation de l’organisation d’un congrès extraordinaire en plus de la création d’un nouveau parti. Pour rappel, le FNA est le seul parti qui a obtenu en 1999 le quitus du ministère de l’Intérieur. Le cas du FLN reste spécial, puisqu’il n’y a pas de projet de création d’un nouveau parti par les redresseurs et l’organisation d’un congrès extraordinaire n’est pas encore acquise. Mais le risque de se retrouver avec des listes parallèles en 2012 est très probable. D’autre part, les nouveaux partis seront en position de faiblesse concernant leur participation aux législatives de 2012, puisque les partis activant déjà sur la scène politique nationale ont déjà entamé leur pré- campagne électorale. Mais cela  ne veut pas dire que la victoire leur est acquise, il faut tout d’abord convaincre les Algériens d’aller voter et éviter le scénario de 2007. On se pose la question de savoir si on peut s’attendre à un nouveau paysage politique et surtout un nouveau positionnement ? L’interrogation se justifie quand on la lie à la conjoncture régionale actuelle au Maghreb.    

Source Le Jour d’Algérie Nacera Chenafi

Le Pèlerin 

Partager cet article
Repost0

commentaires