Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

14 avril 2011 4 14 /04 /avril /2011 07:52

La longue agonie d’une centrale syndicale obsolète

ugta.jpg

 

Totalement submergée par les mouvements sociaux en cours, l’UGTA est réellement au creux de la vague. Désormais, la scène de la revendication lui échappe totalement. La centrale syndicale ne peut même plus jouer le rôle de pompier que le régime souhaite, tant elle a épuisé, depuis qu’elle a signé le pacte social avec le gouvernement, son dernier crédit, au moment même où des pans entiers de la société et des travailleurs croulent sous le poids de la cherté de la vie.

L’UGTA a cessé de se ranger du côté de ces syndiqués en choisissant d’être de l’autre côté de la barrière. Elle a cessé de défendre les travailleurs contre le gouvernement et a fini par se mettre au service de celui-ci. Petit à petit, les travailleurs ont fini par faire leur deuil d’une centrale syndicale qui leur a complètement tourné le dos. Ils ont compris que sortir de son giron devenait une nécessité impérieuse.

Tour à tour, les corporations, de la santé, médecins, professeurs et paramédicaux, l’enseignement supérieur, l’éducation nationale, le personnel de l’administration, autant dire une grande partie de la Fonction publique, ont décidé de prendre leur propre destin en main, en créant des syndicats autonomes forgés sur le terrain de la lutte abandonné par l’organisation de Abdelmadjid Sidi Saïd.

Pourquoi et comment en est-elle arrivée là ? Pour ceux qui connaissent bien le dossier, l’UGTA est presque totalement dévitalisée. Selon des travailleurs affiliés à cette organisation syndicale, 50% de ses structures sont inexistantes. En d’autres termes, elles ne connaissent plus aucune vie organique. Avant de claquer la porte, les communaux, les travailleurs de la santé, les enseignants, tous paliers confondus, étaient tous organisés dans des fédérations au sein de la centrale syndicale. Selon nos sources, celles des communaux et de la santé, pour ne citer que celles- là, n’ont pas été renouvelées depuis une dizaine d’années. D’autres structures ont été maintenues sciemment dans un incroyable immobilisme. Un immobilisme qu’elles n’avaient pas connu de mémoire de syndicaliste, même à l’époque du parti unique. Pour tuer les mouvements sociaux, les responsables de l’UGTA recourent à l’étouffement des énergies syndicales en maintenant, à la tête des unions locales, des octogénaires dont la place naturelle est à la fédération des retraités ; cela a été le cas à Tébessa jusqu’à récemment.

Cumul de fonctions et privilèges

Pour mettre sous contrôle ses structures de base, la direction de l’UGTA fait en sorte que ses syndicalistes maison, ayant atteint l’âge de départ à la retraite, soient recrutés sous forme contractuelle par leurs employeurs. Elle aura ainsi assuré la fidélité d’une clientèle bien aux ordres contre un double salaire et quelques autres privilèges. D’autres procédés «énergiques» ont fait encore leurs preuves dans la gestion de la glorieuse organisation syndicale mise en place par Aïssat Idir : l’imbrication des responsabilités entre les unions locales et les unions de wilaya. Généralement, indique une source syndicale, ce sont des membres des bureaux des unions locales qui siègent au niveau des unions de wilaya. Impossible de contester leur «pouvoir», soutient notre source, puisque, explique-t-elle, les voies de recours sont inexistantes du fait que ce sont les mêmes personnes contestées qu’on retrouve à un niveau supérieur.

Toutes ces pratiques ont contribué à tuer la vie organique au sein de l’Union générale des travailleurs algériens. Et la situation s’est aggravée depuis que le président Bouteflika avait annoncé qu’il ne reconnaissait qu’un seul syndicat :  l’UGTA. Pourtant, qui ne sait pas que la centrale syndicale est loin d’être le meilleur représentant des travailleurs ? Pour beaucoup de syndicalistes qui restent encore fidèles à la centrale, l’UGTA est en train de vivre les pires moments de son histoire. En  plus des raisons citées plus haut, des sources crédibles soutiennent que certains responsables de la direction nationale n’ont pas de fiche de paie depuis au moins 25 ans. Certains occupent de confortables strapontins au sein de certaines institutions du pays.

D’autres cumulent plusieurs fonctions : député, secrétaire général d’union de wilaya, membre d’un conseil national d’un parti politique, président du conseil d’administration d’un organisme d’Etat, pour ne citer que celles-la. Nos sources indiquent que par-dessus tout, c’est l’affairisme qui gangrène l’organisation syndicale de Abdelmadjid Sidi Saïd. Ce sont toutes ses raisons qui poussent des corporations entières à sortir de son giron. Les employés de la BADR viennent de se doter d’un syndicat autonome.

Ceux de Sonelgaz projettent de mettre sur pied le leur. Les responsables de la Fédération nationale des travailleurs des industries électriques et gaz sont de moins en moins reconnus comme représentants légitimes de la corporation. En un seul mot, l’UGTA, qui est le seul syndicat admis par le chef de l’Etat, est désormais une coquille vide. 

Source El Watan Saïd Rabia

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires