Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

13 avril 2010 2 13 /04 /avril /2010 23:27

Algérie - Unités de dessalement, transfert d’eau du Sud, barrages de stockagedessalement

Unité de dessalementbarrages-eau-a-gogo.jpgSource Horizons Watan Kaddour D.
Le Pèlerin

Barrages - de l'eau à gogo

L’année internationale de l’eau que nous célébrons chaque 22 mars marque la conscience de la rareté de l’eau pour les populations et son impact sur le développement.
L’insuffisance de l’eau,  par rapport aux besoins des populations, fait planer des risques de  conflits quant à l’accaparement de cette denrée rare. Les pays africains sont les plus touchés, selon des données officielles par la pénurie d’eau aggravée par une sécheresse persistante et une gestion non rationnelle  dans les diverses utilisations  aussi bien l’irrigation que la consommation.
Le manque de l’eau, dans les différentes régions du  continent est source de tensions, de retard de développement, de malnutrition conjuguée à diverses maladies d’origine hydrique comme le choléra, le malaria …..
En Algérie, les pénuries d’eau ont obligé les pouvoirs publics à mettre en place un plan de sauvetage qui privilégie la mobilisation des ressources en eau et leur gestion rationnelle dont  la  distribution  confiée à des sociétés spécialisées, française à Alger et Constantine,   Espagnole, à Oran, allemande à Annaba.
C’est en 2001 que l’idée de se lancer dans le dessalement comme alternative a été arrêtée.
Selon des données de la Banque mondiale, on observe des tensions sur la ressource « en dessous d’une dotation de 1 600 m3/h/an, des situations de stress en dessous de 1000 m3 et des situations de crise en dessous de 500 m3/h/an ».
Pour l’Algérie,  on avance un ratio de 683 m3 / an par habitant. Treize (13) usines de dessalement d’eau de mer  ont été retenues, certaines ont déjà été réceptionnées et mises en fonction  pour  produire 2,35 millions de mètres cubes/jour d’eau de mer en 2010. Ce potentiel devra doubler d’ici 2020. Ce sont en tout 43 stations qui devront voir le jour d’ici 2019, selon le programme du gouvernement.  Si ces installations devront être érigées dans les grandes villes du nord du pays, le Sud, lui, bénéficiera d’un projet de transfert monumental (736 km) pour approvisionner la ville de Tamanrasset à partir des eaux souterraines de In Salah. L’eau du Sud  devra  toucher y compris certaines  wilayas des Hauts Plateaux comme Tiaret, Djelfa, Msila.
En outre, un programme de barrages comme celui de Beni Haroun  et  de Taksebt ou Koudiat Acerdoune a été lancé, soit un chiffre de 72 barrages qui devront être enregistrés cette année. De plus, le programme présidentiel 2010-2014 en prévoit 19 autres  et ce pour  assurer  une capacité globale de stockage estimée à 9,1 milliards de mètres cubes (contre 4,2 mds de m/3 en 2000)  pour  «assurer un approvisionnement total des citoyens». Au fur et à mesure que les nouvelles infrastructures sont réceptionnées, l’Algérie fait un  grand pas de sortie  du spectre de la crise.

Partager cet article
Repost0

commentaires