Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

1 décembre 2012 6 01 /12 /décembre /2012 05:48

Tractations et alliances font rage

analystes politiques

 

Certains partis relèvent un contradiction entre les dispositions de la nouvelle loi électorale et le Code communal.

La bataille électorale n'est pas encore terminée. Plusieurs partis affirment que les alliances sont entamées avant même l'annonce des résultas. Les listes qui restent en course ou non éliminées par le caution électorale, auront toujours la latitude par la biais de jeu des alliances, présentées des candidats à la présidence des APC, ne cesse-t-on de commenter aux permanences des partis en lice. L'ambiance de veille électorale diffère d'un QG à un autre. Ça ressemble à la «fiesta» au siège du FLN, un peu austère au RND, et c'est complètement rêche au niveau des permanences du reste des partis. Au siège du MSP, le chef de fil de l'Algérie verte, on se fait nullement d'illusion quant aux résultats. Les rares militants qui se trouvent au siège national préfèrent travailler à huis clos. En revanche, avant même les échos sur la tendance générale parvenant des différentes régions et localités, le siège du parti majoritaire aux deux chambres de Parlement, affiche un optimisme béat, annonçant le raz-de-marée pour cet appareil électoral. Au fur et à mesure que les minutes passent, plusieurs wilayas et communes tombent dans l'escarcelle du FLN. Il était à peine 22h hier, quand Amar Tou, ministre des Transports fait savoir que 32 communes sur les 52 que compte la wilaya de Sidi Bel Abbès sont égrenées par le FLN. Un nombre très important de communes des wilayas de Jijel et Oran sont également raflées, annonce le même responsable. Daâdoua Ayachi, un autre cacique du parti, dira plus: «Cette fois-ci le triomphe du FLN dépassera toutes les prévisions et les seuils que nous avons atteints lors des précédentes échéances ayant eu lieu depuis le multipartisme». pas seulement, puisque vers une heure du matin, les cadres du FLN affirment, en présence du secrétaire général, Abdelaziz Belkhadem, que plus de 900 commune et près d'une quarantaine d'APW sont majoritairement acquises au FLN. Et, la barre des 1000 communes annoncées tout au long de la campagne électorale sera aisément dépassée». Un peu givrée la veille, l'atmosphère s'est un peu réchauffée la matinée d'hier. Dans ce contexte, c'est Nacim Sidi Saïd qui donne le ton: «D'après les échos recueillis durant et après les opérations de dépouillement, il ressort que le RND a enregistré une progression par rapport à 2007», commente-t-il. D'un peu plus de 300 communes en 2007, on est passé à plus de 400 municipalités, estime-t-il. La même formation s'est adjugé pas moins de 13 communes au niveau de la capitale. Les wilaya scomme Tébessa, Illizi, Djelfa Tissemsilt et même Tlemcen, ont viré aux couleurs RNDistes, affirme-t-on encore. Au-delà de ces prévisions hâtives, plusieurs partis ainsi que d'autres sources affirment que, d'ores et déjà, le jeu des alliances fait rage. Un nombre très important de circonscriptions restent en ballottage «plus de 800 sur 1451» selon Ould Kablia» où aucune liste n'a obtenu la majorité absolue ou requise. Ces cas relevés à travers tout le territoire national risquent de perdurer dans le temps, voire de virer carrément au blocage de plusieurs Assemblées communales. Nombreux sont les partis et candidats qui s'interrogent sur la manière ou le procédé avec lequel on départagera ces communes ou wilayas. Certains relèvent une contradiction flagrante entre les dispositions de la nouvelle loi électorale et le Code communal. D'abord, il est clair que dans les prochains jours, à partir de la proclamation officielle des résultats définitifs, on doit attendre encore, le temps des tractations et autres élections restreintes aux élus qui pourront s'organiser en deux tours pour voir ces communes se doter des P/APC. Actuellement, il n'est pas encore indiqué si on appliquera les dispositions consignées dans le nouveau Code électoral ou plutôt celles contenues dans la loi électorale. Il faut dire qu'un imbroglio risque de se former dans les prochains jours. L'article 80 de la loi organique portant sur le régime électoral de janvier 2012 stipule que «si aucune liste n'a obtenu la majorité absolue des sièges, les listes ayant obtenu 35% au moins des sièges peuvent présenter un candidat. Si aucune liste n'a obtenu 35% au moins des sièges, toutes les listes peuvent présenter un candidat. L'élection a lieu à bulletins secrets, est déclaré président de l'Assemblée populaire communale le candidat ayant obtenu la majorité absolue des voix.
Si aucun des candidats classés premier et deuxième n'a obtenu la majorité absolue des voix, un deuxième tour est organisé dans les 48 heures qui suivent et est déclaré élu le candidat ayant obtenu la majorité des voix. En cas d'égalité des voix, est déclaré élu le candidat le plus jeune». Par contre, l'article 65 du Code communal 2011, stipule de son côté «est déclaré président de l'Assemblée populaire communale, le candidat tête de liste ayant obtenu la majorité des voix. En cas d'égalité des voix, est déclaré président le plus jeune des candidats.»

Source L’Expression

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires