Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

30 janvier 2012 1 30 /01 /janvier /2012 06:00

Le ministère des Finances donne son feu vert

bourse-d-alger.jpg

Le ministère des Finances a donné son approbation à un projet de relance de la Bourse d'Alger à travers l'amendement du règlement général de cette Bourse, a indiqué hier le directeur général de la Société de gestion de la Bourse des valeurs, Mustapha Ferfera.

Le projet élaboré par la Commission d’organisation et de surveillance des opérations de Bourse (Cosob) en vue de stimuler le marché des valeurs mobilières «se trouve actuellement au secrétariat général du gouvernement et sera publié prochainement au Journal officiel (JO)», a déclaré à l’APS M. Ferfera. Selon ce responsable, les modifications apportées au règlement général permettront une réorganisation de la Bourse d’Alger avec la création de deux nouveaux compartiments de négociation. En plus du marché principal réservé aux grandes entreprises, un compartiment dédié aux PME accompagnées d’un promoteur en Bourse et un marché de blocs des obligations assimilables du Trésor (OAT) seront ainsi créés. «Cette séparation est nécessaire parce que les conditions d’introduction en Bourse initialement fixées s’adressaient à une catégorie d’entreprises dites plutôt grandes. Ces conditions d’éligibilité sont plus ou moins rigoureuses. Or, la PME n’a pas les moyens financiers, ni l’expérience nécessaire pour éventuellement répondre à toutes ces conditions et se retrou -ver cotée sur un marché. Nous avons jugé nécessaire de les assouplir pour les PME», a-t-il expliqué. L’actualisation des conditions d’admission pour les grandes entreprises ont permis la révision du capital minimum libéré dont la valeur a été portée à 500 millions de dinars au lieu de 100 millions de dinars, initialement exigé. Le nombre d’actionnaires souscripteurs a également été revu à la baisse puisque le projet de règlement général modifié prévoit un nombre minimum de 150 actionnaires et non plus de 300 actionnaires. Concernant, les emprunts obligataires des sociétés voulant faire d’émissions d’emprunt, elles doivent disposer d’un capital social d’au moins 500 millions de dinars, justifiées de 2 ans d’expérience et émettre un encours nominal de l’ordre de 500 millions de dinars minimum, a affirmé le premier responsable de la Bourse d’Alger. La création d’un compartiment dédié aux PME offre à ces dernières de nombreux avantages. Il s’agit, notamment, de «l’accès à un financement direct, un accès simplifié à la Bourse, des opportunités d’investissement et de sortie pour les sociétés de capital investissement, d’assurer leur survie et leur pérennité par la voie de la transmission des ti-tres», a-t-il indiqué. Les nouvelles dispositions prévues dans le règlement général modifié, exigent des PME intéressées par une introduction en Bourse d’avoir publié les états financiers certifiés des deux derniers exercices, a fait savoir M. Ferfera, relevant toutefois que les conditions de bénéfice et de capital minimum ne sont pas exigées. «Nous avons décidé de nous contenter du capital édicté par les dispositions du code du commerce pour les SPA qui veulent recourir à l’épargne publique et qui est de 5 millions de dinars», a-t-il précisé. Cependant, il est exigé de ces PME de répartir leurs titres, soit auprès de 50 investisseurs du grand public, soit auprès de 3 investisseurs institutionnels et de procéder à une ouverture de leur capital social à un niveau minimum de 10%. La principale nouveauté de ce marché a trait, selon ce responsable, à la création de la fonction de l’accompagnateur en Bourse, appelé également le promoteur en Bourse. «Celui-ci peut être une banque, un établissement financier ou un cabinet conseil. Ce dernier va donc sui-vre et accompagner la PME tout au long de son parcours boursier. Il veillera à ce que l’entreprise remplit ses obligations d’informations périodiques», a-t-il expliqué. Le promoteur en Bourse, a-t-il poursuivi, «est un acteur essentiel, l’entreprise qui ne dispose pas d’un tel accompagnateur ne sera pas éligible à l’introduction en Bourse». Le compartiment dédié aux PME englobera les entreprises en quête de financement et d’autres en phase de création, notamment les compagnies d’assurances qui veulent créer des filiales pour l’assurance des personnes. M. Ferfera annoncera, à ce titre, l’introduction prochaine en Bourse de Salama Assurance qui compte se lancer dans un produit islamique d’assurance de personnes. Selon ce responsable, la CIAAR qui a déjà créé sa filiale d’assurance de personnes, GAM assurances et Alliances assurances qui envisagent de se lancer dans ce créneau «pourront également recourir à ce marché à l’effet de lever des financements, et renforcer leurs moyens». «Nous avons un bon nombre de PME qui souhaiteraient une introduction en bourse à l’effet de consolider leurs fonds propres et améliorer leur organisation. Nous pourrons commencer avec une vingtaine de PME, créatrices de richesses, qui serviront à propulser ce compartiment», a-t-il souligné. Il a fait savoir, à ce titre, que les responsables de la Bourse d’Alger sont en train de constituer un fichier de PME ayant déjà bénéficié de programme de mise à niveau et d’autres ayant les potentialités pour une introduction en Bourse pour l’exploiter dans la démarche de l’alimentation du marché. Concernant le compartiment secondaire des Obligations assimilables du Trésor (OAT), cotés en bourse depuis février 2008, les modifications opérées ont permis de transférer officiellement la gestion des OAT au dépositaire central des titres, à savoir Algérie clearing. Cette révision a pour objectif de «lever des contraintes engendrées par la dualité de gestion de ces valeurs par la Banque d’Algérie et Algérie Clearing», a-t-il souligné. La création de ce compartiment spécialement dédié aux OAT permettra, selon M. Ferfera, une cotation plus adaptée aux spécificités de ces obligations. Elle permettra également la diffusion graduelle de ces titres (OAT) au profit d’autres investisseurs non institutionnels, notamment les entreprises et les particuliers, a-t-il ajouté. Le projet de règlement amendant le règlement général de la Bourse d’Alger entrera en vigueur dès sa publication au JO, aassuré M. Ferfera.

Source Le Jour d’Algérie Salem K.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires