Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

15 juillet 2011 5 15 /07 /juillet /2011 06:06

Algérie - Mise en valeur de nouvelles terres agricoles: 30.000 concessions convoitées par les privés

champ-pommes de -terre-ain-defla

Quelque trente milles dossiers de particuliers ayant demandé de bénéficier des mesures incitatives liées à la création de nouvelles exploitations agricoles, sont en cours d’étude, a annoncé le ministre de l’Agriculture et du développement rural, Rachid Benaissa.Le ministre a précisé, dans une déclaration à la Radio nationale, que ces dossiers, qui concernent notamment les terres appartenant à des privés, étaient en cours d’étude à tous les niveaux.

L’Etat avait pris, en février dernier, des mesures incitatives en faveur des investisseurs désirant créer des exploitations agricoles, que ce soit pour les terres appartenant à des particuliers ou celles relevant des domaines de l’Etat, dont l’octroi de crédits bonifiés, estimés à un million de dinars pour chaque hectare, rappelle M. Benaissa.

Des dossiers de particuliers pour la création de 43 exploitations agricoles sur une superficie de 70.000 hectares relevant des domaines de l’Etat, ont été enregistrés, a-t- précisé. S’agissant de la mise en valeur des terres agricoles, le ministre a relevé la réalisation de plus de mille études au niveau national au profit de toute personne souhaitant contribuer à la mise en valeur de nouvelles terres agricoles en vue d’étendre la superficie des terres productives, estimée actuellement à 8.5 millions d’hectares.

Répondant à une question sur l’excédent de la production agricole, le ministre a affirmé qu’outre le dispositif de régulation des produits agricoles de large consommation chargé de stocker certains produits agricoles, l’industrie de transformation doit contribuer à l’amélioration de la production nationale et jouer un rôle moteur.

«La politique du renouveau agricole tend à créer un lien étroit entre l’industrie alimentaire et la production nationale et améliorer sa qualité avant de recourir à l’importation», at- il expliqué. M. Benaissa a, dans ce sens, souligné le rôle de l’orientation, des outils techniques et juridiques et des mesures incitatives dans la sensibilisation des opérateurs au rôle devant être joué par l’industrie alimentaire dans la promotion des produits agricoles.

Par ailleurs, le ministre a souligné l’importance de la politique des filières car regroupant tous les acteurs ayant une relation avec une production spécifique. Cette politique, poursuit le ministre, peut être dynamisée notamment par la création de conseils interprofessionnels afin de rapprocher les intérêts communs des professionnels.

En réponse à une question sur la décision des employés du Conseil national du secteur de l’agriculture d’entamer une grève à compter de ce mercredi pour la révision de leur statut, le paiement des indemnités et la réintégration des contractuels, le ministre a précisé qu’un des quatre corps constituant le secteur avait pris part aux négociations avec la Fonction publique. Bien que la prise en charge des revendications des travailleurs ait été satisfaisante, le dialogue avec eux se poursuit toujours, indique M. Benaissa.

Source Le Financier N.A.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires