Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

11 mai 2013 6 11 /05 /mai /2013 21:30
Devant la grogne du front social
Alger Chomeurs en colere 
La classe politique à laquelle il est souvent reproché son silence et son absence, s’affirme cette fois-ci et marque sa présence devant  la grogne sociale qui ne cesse de monter tous azimuts. Elle est en fait dans son rôle, celui de gérer les affaires de la «cité». Le front social est en ébullition. Santé, Education et bien d’autres secteurs d’activités sont paralysés par des grèves devenues, à force de répétition, périodiques. Les contestations et les grèves n’ont pas laissé indifférents certains partis politiques. Ces derniers, qui ont pris acte de ces protestations qui n’épargnent presque aucun secteur, ont appelé, à travers des rencontres et sorties médiatiques, à prendre en considération les préoccupations et autres revendications soulevées par les contestataires. En réagissant de la sorte, les partis politiques ne jouent que leur rôle, celui d’animer la scène politique et de s’impliquer dans toutes les questions concernant les citoyens et la société civile. En Algérie, s’il y a implication de partis politiques dans une démarche citoyenne ou autre action revendicative, on leur reproche de verser dans la manipulation et la récupération politique quand il s’agit de soutenir la revendication d’un mouvement de protestation citoyen (neutre ou syndiqué). Ce fut le cas d’ailleurs lors des manifestations des jeunes chômeurs du Sud, soutenues par certains acteurs et partis politiques, accusés d’avoir des desseins de récupérer le mouvement. Dans le cas contraire, c’est-à-dire lorsque ces partis politiques observent un silence sur ces protestations, on leur reproche d’être «insensibles» et peu soucieux des préoccupations citoyennes. Devant les grèves et débrayages qui paralysent les hôpitaux, certains politiques en ont fait débat en plaidant la cause des grévistes qui ne font qu’exercer leur droit syndical. Ainsi, devant la grogne grandissante des travailleurs de plusieurs secteurs, à l’instar de la Santé et l’Education, le parti AHD 54 s’est joint aux revendications des grévistes. En effet, Ali Fawzi Rebaine, président du parti, a affirmé avant-hier que sa formation plaçait la prise en charge des préoccupations du front social parmi ses premières priorités. Lors d’une conférence de presse, Rebaine a indiqué que la prise en charge des questions sociales comptait parmi les priorités par rapport à d’autres questions, à l’instar de l’amendement de la Constitution qui, dit-il, n’est pas une primauté pour son parti. Pour sa part, le Parti des travailleurs (PT), enchaînant dans le même ordre d’idées, a appelé le gouvernement à adopter rapidement les décisions en vue d’apaiser le climat social. Le parti de Louisa Hanoune, dans un communiqué sanctionnant la réunion du bureau politique, a appelé le gouvernement à prendre rapidement les décisions susceptibles d’apaiser le climat social en accédant aux revendications sociales légitimes des travailleurs et des jeunes. A ce propos, le PT estime que «la satisfaction de ces revendications est de nature à conforter et renforcer le front interne», tout en considérant que la défense de la nation est la responsabilité de tous, partis, syndicats et associations.
Par ces réactions, la classe politique qu’on aurait souhaité réagir de cette façon à chaque grève ou mouvement de protestation, est en fait dans son rôle de bien gérer les affaires de la «cité», comme disait Jean-Jacques Rousseau. Après tout, un parti politique est une structure sociologique organisée qui est censée prendre conscience des réalités socio-économique et les différents écueils qui freinent l’essor de toute une communauté afin d’y remédier. En un mot, un parti politique doit être en perpétuel contact avec sa base, à savoir la société, en vue de  prendre son pouls. 
Source Le Jour d’Algérie Yazid Madi
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Algérie
commenter cet article

commentaires