Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

21 septembre 2010 2 21 /09 /septembre /2010 23:06

Algérie - Ain Taya : Les plages attendent les estivants

ain_taya.jpg

 

La commune de Ain Taya (Est d'Alger) maintient toujours l'éclat de ses plages devenues une référence pour les estivants. La côte Est à l'eau verte et très profonde continue ainsi de rivaliser avec la côte Ouest caractérisée par les plages à l'eau bleue mais peu profonde.

Plage les Cigognes. la brise marine chatouille les narines. Cette petite plage au sable fin ne semblait pas avoir renoué avec l'ambiance estivale. En ce jour de semaine, seuls quelques enfants se barbouillaient au bord de mer. Certains étaient dotés de leurs bouées, d'autres plus âgés se contentaient de faire une légère trempette juste pour se rafraîchir.

Sur place, les parasols ont déjà été installés. Le jeune homme qui s'en occupe, les propose entre 100 et 150 DA l'unité pour toute la journée. «C'est mon gagne pain durant l'été », dit-il. Et d'avouer: «Je fais cela de ma propre initiative, mon activité n'a pas été légalisée par l'APC ».

La plage a également été dotée de benne à ordures pour préserver l'environnement de la pollution et inciter les citoyens et particulièrement les enfants à y jeter leurs restes. En plus, deux agents chargés du nettoyage de la plage ont été engagés par l'agence pour la promotion et la protection du littoral algérois (APPL) pour effectuer les travaux d'assainissements. Ils sont aidés par les propriétaires des parasols qui se chargent aussi de la sécurité des baigneurs en plus des maîtres nageurs qui surveillent de près les baigneurs.

Plage de Tamenfoust Est. Ici seuls quelques estivants savourent le calme du site à peine troublé par le ressac des vagues. Là, les parasols sont loués à 150 DA l'unité. Pour ceux qui souhaitent une table et des chaises, ils devront débourser la somme de 450 DA. Leurs propriétaires ont bien équipé cette plage pour attirer les estivants, particulièrement les familles. En outre, le client peut louer un pédalo à 400 DA l'heure ou choisir une virée sur une planche à voile pour 100 DA l'heure. «Notre objectif est d'attirer le maximum d'estivants pour sauvegarder la réputation de nos plages», souligne l'un des jeunes chargés des prestations au niveau de la plage.

A Tamenfoust Ouest, la petite plage a été squattée par des jeunes. Casquette sur la tête, cigarettes au coin de la bouche, Amine, Lotfi, Mohamed et leur chien font face à la mer, le regard porté vers l'horizon. Ils affectionnent particulièrement cette petite plage pas très  fréquentée par les familles, pour s'évader et oublier leur quotidien «morose», comme ils l'ont qualifié.

Au niveau du port de Tamenfoust, plusieurs voitures luxueuses sont garées dans le parking payant. Les clients au niveau de plate-forme, sont venus déguster quelques spécialités fruits de mer. A quelques mètres de là un petit balcon donne sur la mer. Ici, plusieurs personnes profitent pour prendre des photos souvenir avec un arrière plan sur la baie d'Alger enjolivée par la grande bleue paisible et aguicheuse. Ceux qui admirent ce tableau, plongent dans un silence méditatif. Un calme qui ne va pas durer. «Vers la fin juin début juillet il faut venir très tôt le matin pour dénicher une place», affirme le gardien du parking, un ancien pêcheur. En sortant du port, plusieurs villas à l'architecture grandiloquente ont été érigées à même la plage. Leurs imposantes architectures attirent les regards même des plus indifférents.

Source Horizons Rym Harhoura.

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires