Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 10:00

Ils appellent Sidi Saïd à intervenir

retraites-algeriens.jpg

 

La Fédération nationale des travailleurs retraités (FNTR) estime que «les retraités sont victimes d’inégalités sociales, par rapport aux travailleurs en activité, tous secteurs confondus, qui ont arraché des acquis ces derniers temps».

Dans un communiqué rendu public hier, la FNTR appelle le secrétaire général de l’UGTA à intervenir auprès du président de la République concernant de la situation sociale des retraités. Ainsi, la FNTR estime-t-elle que ce sont ces mêmes retraités, qui ont relevé autrefois et au lendemain de l’Indépendance le défi de l’emploi et ont pris à bras-le-corps la destinée du pays et qui aujourd’hui, au crépuscule de leur vie, sont confrontés à un mur de silence. La FNTR s’interroge, à cet effet, sur la possibilité de parler de pouvoir d’achat avec 355 000 pensions inférieures à 10 000 DA, soit 25% des retraités, ainsi que 590 000 pensions en dessous du SNMG, ce qui représente 37% des retraités. Ce qui fait en tout 60% de retraités qui touchent moins que le SNMG. Par ailleurs, la FNTR fait savoir que nombreux sont les retraités qui suggèrent de sortir dans la rue pour faire entendre leurs voix, à défaut d’autres moyens de pression qu’ils ne possèdent plus, à savoir la grève. «Cependant, nous les avons toujours convaincus d’afficher la sagesse au lieu de la violence dans l’espoir de trouver au bout du compte et en dernier ressort quelqu’un qui ne refusera pas de nous écouter», est-t-il mentionné dans ledit communiqué. S’agissant des revendications avancées par la FNTR, il s’agit de «l’attribution d’une pension de retraite minimum équivalant au montant du SNMG pour tout retraité percevant moins de 10 000 DA mensuellement et ayant travaillé 15 années, quels que soient son âge ou la catégorie à laquelle il appartient ; la réactualisation de toutes les pensions supérieures à 10 000 DA, attribuées entre 1983 et 2005, par l’octroi d’une augmentation de 30%, avec toutefois la revalorisation annuelle prévue par l’article 43 de la loi 83-12, ainsi que l’attribution d’une allocation minimum de retraite de l’ordre de 5 000 DA». Les retraités exigent également «la validation pour toutes les catégories de retraités de toute période durant laquelle ont été remplies les obligations du service national ou toute autre période effectuée durant une mobilisation générale et enfin

l’octroi d’un même montant de la majoration pour conjoint à charge pour tous les retraités, quelle que soit la date de leur départ à la retraite, tout en prenant en considération l’article 15 original qui prévoit un montant de 600 fois le montant horaire du SNMG».

Source Le Soir d’Algérie Mehdi Mehenni

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires