Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

30 décembre 2012 7 30 /12 /décembre /2012 08:08

Algérie - Obsession d'imam !

femme-algerie-copie-1

 

 

Pour le cinquième vendredi consécutif, dans cette localité de la wilaya de Blida, non loin d'Alger, le prêche porte sur les femmes. Le sermon - il s'agit d'infimes variations sur un thème unique - est un concentré virulent de vitupération incendiaire et d'imprécations fulminantes. Cinq vendredis de suite que l'imam - incontestablement monomaniaque - tombe à mots très raccourcis sur les hommes présents qui ne gèreraient pas comme ils le devraient leurs épouses, filles ou mères et sœurs. Pour l'imam en cause, les hommes seraient beaucoup trop laxistes avec les épouses, filles, sœurs ou mères en exauçant tous les souhaits. Ainsi, ces dames voudraient un téléphone portable. Voilà que les hommes se précipitent pour acheter le mobile de la perdition car «vous savez-bien ce qu'elles en font, n'est-ce pas»? Et puis ces hommes, pères, frères et fils, inconscients ou irresponsables, et en tant que tels probables futurs locataires de la géhenne, laissent la gent féminine regarder les séries télévisées et lire des romans. Ah, ces feuilletons concoctés par Satan et ces livres qui pavent les chemins de l'abîme ! Et puis, pour notre moraliste compulsif, «la» femme qui travaille chute irrésistiblement, au nom d'une curieuse loi de la gravité, dans «l'enfer de la mixité». Qu'attendent donc les hommes pour les enfermer à la maison où elles ont tant à faire que même la télévision devient superflue ?

Les hommes, pères, frères et fils, admonestés jusqu'à l'écœurement, reviennent de fort mauvaise humeur d'une prière collective censée être un moment particulier d'élévation et de spiritualité. Lassés par cinq semaines d'un numéro bégayant de misogynie échevelée, certains fidèles ont décidé de déserter la mosquée incriminée, d'effectuer la prière du vendredi en solo, ou, ce qui n'est pas simple, de rechercher, un peu plus loin, un imam indemne de fixation pathologique. Mais est-ce la solution ? Il faut peut-être commencer par interpeller les chefs présumés des imams d'Algérie. Est-ce le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs ou le directeur de la Fonction publique qui méritent ce titre ? Les deux puisque l'un «oriente» et l'autre gère les carrières et les salaires. Nul ne demandera à ces tutelles d'interdire aux imams de ressasser des idées aussi sottes qu'archaïques sur les femmes. Respect de la liberté d'expression oblige.

Mais les imams étant payés pour assurer un «service public», le public est en droit d'exiger qu'ils fassent correctement leur travail. Rappelons que l'année, messieurs les chefs des imams, compte 52 vendredis. Le public est prêt à admettre - en désertant éventuellement la mosquée à ces occasions - que les imams abordent avec cette inimitable fureur rédemptrice la «dangereuse» question de la femme durant un vendredi, ou deux à l'extrême limite. Mais pas pendant cinq, dix ou 51 vendredis. Car cela consiste indéniablement en une tromperie sur le service. L'imam n'est pas payé pour marteler à perte de vue un unique sujet, aussi séduisant soit-il. Si un journaliste se présentait chaque jour avec le même article devant son rédacteur en chef, il ne ferait pas long feu dans la profession. Et si un enseignant débitait tous les jours le même cours, il n'aurait plus d'élèves. On ne comprend pas pourquoi il en irait autrement pour ces imams vindicatifs qui ne traitent que de «la» femme.

Par pitié pour nos oreilles malmenées et nos intelligences piétinées, un vendredi annuel suffit amplement messieurs ! Les thèmes alternatifs ne manquent pas. Ainsi, par exemple, ces fonctionnaires, par un léger effort de documentation - Internet existe et Wikipédia en arabe aussi -, pourraient évoquer le miracle du cerveau humain, son potentiel encore inexploré, ses capacités insoupçonnées. Il suffirait à ces hommes de religion d'appliquer l'injonction fondatrice au Prophète «Lis !» pour découvrir que tous les vendredis de l'année ne suffiraient pas à effleurer tout ce qui peut intéresser les musulmans. Et, pardon, les musulmanes aussi. Celles-ci ne demandent d'ailleurs pas mieux que les imams les oublient et s'occupent de sujets plus urgents. Elles sont nombreuses à concéder qu'elles ne méritent pas de monopoliser leurs obscures préoccupations.

Et les fidèles qui ont déserté le prêche hebdomadaire ou s'apprêtent à le faire pourraient établir une liste interminable mais non exhaustive de sujets importants à traiter. Ils sont prêts à aider ces imams à se renouveler et à dépasser leur détestation morbide des femmes. Qu'ils se libèrent donc ou qu'ils s'assument ! En attendant, il serait légitime de demander à l'Etat d'exiger de ses fonctionnaires qu'ils «travaillent» en sanctionnant la manifestation évidente de paresse qui se révèle dans la répétition éhontée de la même péroraison tous les vendredis que Dieu fait.

Source Le Quotidien d’Oran K. Selim

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires