Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

21 juin 2011 2 21 /06 /juin /2011 07:45

Quatre propositions pour actualiser les pensions de retraite

retraites-algeriens.jpg

 

Quatre propositions pour une actualisation équitable des pensions de retraite. L’idée est de la FNTR (Fédération nationale des travailleurs retraités) affilée à l’UGTA, dans un document élaboré à cet effet. Le document, intitulé «propositions concrètes pour une actualisation conséquente des pensions et allocations de retraite», se veut une «offre» aux pouvoirs publics pour corriger leur vision sur le troisième âge.
Dans ledit document, dont le Soir a obtenu une copie, quatre propositions ont été avancées. Il s’agit de procéder «au relèvement des petites pensions, quelle que soit la catégorie des retraités, dont le nombre est de 591 222, à hauteur du SNMG, l’actualisation de 40% des pensions dont le montant est supérieur au SNMG, quelle que soit la catégorie des retraités et dont le nombre est de 440 714, l’actualisation de 40% des retraites de réversion dont le nombre est de 908 995 et le relèvement du minimum de 3 500 DA de l’allocation de retraite à 5 000 DA». «Ces augmentations coûteront à la CNR (Caisse nationale des retraites) une dépense annuelle supplémentaire variant entre 100 et 110 milliards de dinars», lit-on dans le document. Selon la Fédération, «cette opération d’actualisation sera financée en totalité par le surplus de cotisation sociale engendré par les diverses augmentations accordées aux travailleurs salariés qui sera évalué entre 140 et 150 milliards de dinars, par le remboursement par l’Etat des 500 milliards de dinars engagés par la CNR pour le dispositif de facilitation au départ à la retraite avant l’âge légal régi par l’ordonnance 97-13 et ou par une partie du fonds national de réserves des retraités créé en 2006». La FNTR a fait état d’autres propositions pour l’amélioration du niveau des pensions. Il s’agit notamment de «l’amendement de la loi 83-12, notamment les articles 6 bis qui permettra aux retraités régis par l’ordonnance 97-13 de bénéficier de la transformation de leurs retraites proportionnelles et sans condition d’âge, en retraite normale à partir de l’âge de 60 ans, le rétablissement de l’article 15 dans sa mouture originale de 1983, fixant le montant annuel de la pension minimum à 2 300 fois le montant horaire du SNMG, afin de supprimer l’injuste montant de la pension minimum équivalent à 75% du SNMG». Dans son exposé des motifs, la FNTR a mis en exergue «le grand écart existant actuellement entre les revenus perçus par les travailleurs salariés et les travailleurs retraités ». A titre d’exemple, la même source indique à titre de comparaison, qu’«un veilleur de nuit d’une agence Cnas perçoit actuellement un salaire net de 41 000 00 DA, tandis qu’un cadre moyen d’une société nationale (N-2) percevait en 1997, avant sa sortie en retraite, un salaire net de 20 000 00 DA». Pour la FNTR, «l’évolution des pensions n’a pas suivi l’évolution des salaires». «Sait-on que ces retraités sont sortis à l’époque avec des salaires de base supérieure à 4 ou 5 fois le SNMG qui était de 4 000 DA. Comparées au SNMG actuel, ces pensions représentent aujourd’hui moins de deux fois ce salaire minimum garanti. Il n’y a pas si longtemps, le prix d’achat d’un kilogramme de viande représentait deux heures de travail. Aujourd’hui, il faut débourser le salaire de deux journées pour ce même kilogramme de viande», souligne la FNTR dans son document. Enfin, selon les syndicalistes de la FNTR, «les nouvelles hausses des salaires décidées pour l’ensemble des secteurs d’activité se traduiront inexorablement dans les prochains mois par une nouvelle poussée de l’inflation et des spéculations sur le marché. Les seules victimes de ce phénomène seront alors les retraités, dont les pensions ne suffisent déjà plus à nourrir les familles, s’ils ne bénéficient pas d’une actualisation de leurs pensions».
Source Le Soir d’Algérie Abder Bettache

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires

N
Peut etre que je suis un peu en retard,mais je donne mon avis sur la loi 83/12 qui dure depuis plus de 30 ans.Et que je suis obligé de la porter sur mon dos.Car je suis un retraité en proportionnelle.Que faire sinon que me remettre à DIEU. Sincères Salutations.
Répondre
L
Bonsoir Anonyme....Je ne pense pas que Dieu vous apportera grand chose en la matière....Si vous n'en n'êtes pas convaincu vous pouvez toujours essayer
Ce n'est que l'action militante qui vous fera réussir
Si vous désirez que les choses bougent il vous faut bouger également....Ne pas agir de façon isolée
Les retraités représentent une force sur l'échiquier politique ...A vous de l'utiliser
Naturellement si vous vous désintéressez de la vie politique vous resterez oubliés
La vie n'est pas un long fleuve tranquille il faut s'activer pour réussir
Cordialement,
Le Pèlerin