Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

1 juin 2010 2 01 /06 /juin /2010 09:49

Algérie – gestion des APC - Réactions de citoyens

Algerie-attentat.jpg 

Salah (cadre à la retraite)

“Le maire est à mille lieux de ses électeurs. Enfermé dans sa tour d’ivoire, le maire ne va jamais à la rencontre des citoyens. Il est utopique de voir le maire algérien se balader dans les rues de sa commune, ni même prendre sa voiture de service et faire le tour des cités de la localité. Le maire est avant tout l’élu des citoyens. Il tire sa légitimité de ses électeurs. Et si au final il se coupe d’eux, il ne fait que s’affaiblir face à l’administration.”

Samir (chômeur)

“Je ne vois pas ce que peut faire pour moi l’APC. Le maire n’a ni logement ni emploi à m’offrir. Je ne sais pas comment marche une APC, mais ce que je peux dire c’est qu’elle ne m’est d’aucune utilité. Au jour d’aujourd’hui, je ne connais que l’état civil, pour mes extrait de naissance.”

Un médecin

“Beaucoup de mes collègues urgentistes signalent le nombre relativement élevé de chutes accidentelles… sur les trottoirs. Des gens aux jambes peu solides : des vieillards, des enfants, des femmes enceintes ou marchant sur des talons aiguilles, qui trébuchent sur les nombreux défoncements des trottoirs. Et même des gens bien solides sur leurs jambes. Là, un gros câble ou un petit rond à béton, ou tout simplement un trou qu’on ne voit pas à temps, ou plus encore de la caillasse. Ou même des dallages cassés ou peu solides. Résultat : beaucoup de foulures, plus ou moins graves. Et les cela de fractures des jambes, des mains et des avant-bras ne sont pas rares. C’est pour cela que beaucoup de gens marchent sur la chaussée carrossable qui est plus plate, ne trouvez-vous pas ?”

Un handicapé

“je ne peux pas grimper sur ce trottoir avec ma chaise roulante. Trop élevé, 25 à 30 cm au moins. Dans d’autres pays, la hauteur des trottoirs ne dépasse pas  15 cm. Parfois même 10. Aidez-moi, s’il vous plaît.”

Yacine Rahmoune et Krimo Salem, de la Start-Up initiative de la Silicon Valley à Liberté

“La technologie, l’énergie de l’Algérie de demain”

Liberté : Pouvez-vous présenter les résultats de la start-up initiative ?

Yacine Rahmoune : Permettez-moi de rappeler à vos lecteurs rapidement ce qui a été fait et qui a abouti à des résultats au-delà de nos espérances. Nous avons organisé en Algérie une compétition sur les business plan afin que notre pays soit un pôle compétitif pour les start-up. Nous avons essayé d’accentuer notre travail sur l’écosystème, l’entrepreneurship, les idées, l’université et les investissements à risque. Nous avons organisé un road-show avec les universités algériennes, de Chlef jusqu’à Constantine, d’Alger à Tizi Ouzou jusqu’à Biskra. Nous avons organisé 15 vidéoconférences avec 15 universités (conférences tenues à distance), à partir de la Silicon Valley en Californie en janvier-février 2010 en vue d’obtenir des business plan en quantité et en qualité dans les nouvelles technologies. Le but de ces road-shows est d’apprendre aux jeunes entrepreneurs à mettre sur  papier un document qui s’appelle business plan (un descriptif sommaire du plan de développement de la société). L’objectif initial de l’initiative est d’obtenir 150 business plan. On a reçu 500 e-mails sur notre site algerianstartupinitiative.com en moins de deux mois. On a obtenu finalement 143  business plan à partir des USA, du Canada et principalement d’Algérie. Le jury est constitué des promoteurs de l’initiative, des Algériens établis dans la Silicon Valley qui ont contribué à créer des start-up aux États-Unis. Condition d’éligibilité : le projet doit être créé en Algérie. Le critère de sélection est également la capacité de survie de la jeune entreprise. On a sélectionné trois business plan. Sur une short list de 12 candidatures, des équipes constituées entre 3 et 5 membres, 10 d’Algérie, 1 du Canada, 1 de l’UE, on a choisi trois lauréats. La première société appelée SMS Gateway a développé un système d’alerte SMS intelligent à des fins marketing moins coûteux et plus performant en Algérie par rapport à l’étranger. La seconde Adventgame a développé un produit qui utilise les jeux vidéo pour vendre des publicités. La troisième, Datahealthcare un système de gestion électronique des dossiers des patients.  Ce sont des produits conçus pour la réalité algérienne. Les promoteurs pour la première société sont des étudiants en information de l’École nationale en informatique, la seconde des consultantes, la troisième composée de deux femmes et un homme (1 commercial, 1 médecin et un ingénieur). Les trois lauréats ont reçu chacun un chèque de 100 millions de centimes, des locaux intelligents au cyberparc de Sidi-Abdallah et  l’équivalent de 150 000 dollars en logiciels offerts par Microsoft.

Quelles sont les perspectives pour cette initiative et pour les nouvelles technologies en Algérie ?

On peut avec un fonds budgétaire faire jaillir des centaines, voire des milliers de start-up par an en Algérie. Ces jeunes entreprises avec 3 ou 4 salariés au départ et un petit capital, sur la base d’une innovation ou d’une idée peuvent devenir de grandes entreprises avec un chiffre d’affaires de centaines de millions de dollars, voire des milliards de dollars. L’Algérie peut devenir un hub en matière de start-up dans la région. La technologie est l’énergie de l’Algérie de demain. Le secteur privé doit être un acteur majeur dans la solution Internet en Algérie. Notre initiative est soutenue outre l’État, par le Forum des chefs d’entreprise. Elle va être renouvelée.

Krimo Salem : On entend par-là des entrepreneurs privés sérieux, de vrais entrepreneurs qui veulent faire développer l’Algérie.

Source Liberté Khaled R.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires