Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

22 janvier 2012 7 22 /01 /janvier /2012 07:58

L’abstention fait trembler l'état et les partis

elections-abstention.jpg

La tâche de convaincre les citoyens de se rendre aux urnes revient exclusivement aux partis politiques.

Le spectre de l'urne vide fait trembler réellement. Après la campagne des SMS qu'envoie le ministère de l'Intérieur aux citoyens les appelant à se rendre massivement aux urnes le jour du vote pour les prochaines législatives, les partis politiques ont tous exprimé cette crainte. Hier, c'était le FLN, parti majoritaire, qui n'a pas caché sa peur de l'urne vide. En tournée à Oran, le secrétaire général du vieux parti, Abdelaziz Belkhadem, est allé en campagne contre le spectre de l'abstentionnisme. «Les prochaines élections seront différentes des précédentes puisque nous sommes dans un contexte difficile et un environnement instable», a-t-il affirmé ajoutant que «ce qui est attendu de la prochaine assemblée est beaucoup plus grand que ce que nous avons espéré de la précédente». «Bousculez les indécis, réveillez-les, motivez-les à se rendre en force aux élections car nous avons peur de l'abstentionnisme», a-t-il enchaîné en présidant hier la rencontre nationale, organisée par sa branche estudiantine, l'Organisation nationale des étudiants algériens, l'Onea. Au sujet de ces craintes, le ministre de l'Intérieur, Daho Ould Kablia, a indiqué: «Personnellement, c'est une crainte qui m'habite», dans la mesure, a-t-il expliqué, où «compte tenu que le scrutin législatif par le passé n'a pas mobilisé grand monde». «C'est le scrutin où il y a le plus fort taux d'abstention comparativement aux élections locales où les intérêts sont plus grands et aux élections à caractère national telles que les élections présidentielles ou les référendums», a-t-il souligné. Le 19 janvier dernier, c'était la secrétaire générale du PT, Louisa Hanoune, qui n'a pas caché ses craintes quant à l'abstention des citoyens lors des prochaines élections soulignant «la nécessité de prendre rapidement des mesures sérieuses pour encourager les citoyens à se rendre aux urnes».
Habituellement plus serein, le RND a cédé lui aussi à cette peur. Le parti de Ahmed Ouyahia, «craint» une abstention du corps électoral lors des prochaines échéances, a indiqué, au début de ce mois de janvier, Chihab Seddik, membre du bureau national du parti et secrétaire du bureau de wilaya d'Alger. L'abstention est «une véritable préoccupation» lors des prochaines échéances électorales et «un défi» pour la classe politique qui doit persuader les citoyens de la nécessité de se rendre aux urnes, a estimé M.Chihab, lors de la session ordinaire du bureau de wilaya du RND. Avant M.Chihab, c'était le Premier ministre qui avait exprimé les mêmes préoccupations lors d'une conférence de presse.
M.Ouyahia a averti qu'une abstention ne sera profitable qu'aux islamistes. Amara Benyounès, dont le parti, l'UDR, n'est pas encore agréé, a lui aussi, appelé les Algériens à aller voter car, a-t-il estimé, «un vote massif garantirait la victoire des démocrates et des patriotes», alors qu' «un fort taux d'abstention profitera aux islamistes», a-t-il souligné lors de son passage à la radio Chaîne III il y a cinq jours. Comme l'a souligné le responsable du RND, Seddik Chihab, le devoir de mobiliser et de convaincre les citoyens à se rendre aux urnes le jour du vote est une tâche qui est du ressort exclusif des partis. C'est en effet, aux partis d'avoir du génie pour convaincre les citoyens à voter. Certes, l'intervention de l'Etat est nécessaire mais pas indispensable. Les autorités peuvent venir en appoint en mettant à la disposition des partis les moyens et les médias lourds comme la télévision. Encore faut-il que cette dernière s'y mette de manière efficace. A l'évidence, un fort taux d’abstention ne fera que rééditer le scénario de Tunisie et du Maroc: c'est parce que le taux de participation aux élections était faible que les islamistes ont eu une majorité au niveau du Parlement. Il y a eu moins de 40% de votants en Tunisie et autant au Maroc.

Source L’Expression Wahib Aït Ouakli

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires