Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 23:19

Algérie - L’insécurité persiste dans la région : Le terrorisme plombe la Kabylie

printemps berbere

 

Des faits d’une extrême gravité se superposent et créent un climat extrêmement lourd, plongeant la population locale dans une terreur permanente et enrayant toute perspective de développement économique.

L’accalmie temporaire sur le front des kidnappings est loin de rassurer les entrepreneurs dont beaucoup ont donné un coup d’arrêt à leurs investissements. Les gangs du kidnapping n’ont pas abandonné leur activité florissante et continuent à écumer de nombreuses localités livrées à l’insécurité la plus totale. Lorsque les bandes des ravisseurs n’agissent pas, elles sont tout simplement en train de recueillir des renseignements sur de nouvelles cibles. Les groupes terroristes chargés de « lever des fonds » pour la branche Al Qaîda ont pratiquement les coudées franches dans ce no man’s land sécuritaire.

A présent, ce ne sont plus les maquis qui font peur, mais aussi les routes, et plus récemment, les champs près des villages. La menace des bombes posées dans les champs d’oliviers ou les pâturages est apparue dans la région il y a un an et demi. Un jeune homme de 22 ans avait péri en novembre 2008 dans l’explosion d’un engin artisanal en pleine cueillette des olives. Plusieurs autres villageois ont été mutilés dans les mêmes circonstances, dans plusieurs localités de la wilaya. En octobre 2009, un jeune du village Aït Bouhouni, dans la commune d’Azazga, a été grièvement blessé lors d’une déflagration qui a eu lieu près d’une source d’eau, dite Amizab, dans un champ exclusivement consacré au pâturage depuis des générations. Mardi dernier, une mère de famille, que rien ne destinait à subir les affres du terrorisme, a perdu une jambe en marchant sur une bombe alors qu’elle ne s’était éloignée que de 200 mètres de la maison, au village Boumansour, dans la commune de Yakouren. C’est la population rurale –tirant sa subsistance de l’agriculture vivrière et du petit élevage – qui est ainsi frappée d’interdiction de s’aventurer dans les environs immédiats des villages. Les groupes terroristes qui multiplient ce genre d’attentats essaient d’imposer ainsi un couvre-feu permanent et mortel aux populations villageoises.

C’est le sommet de l’insécurité. Ce type d’attentats, d’une particulière lâcheté, ne fait pas l’objet de mise en ligne sur Internet, une technique de propagande terroriste qui est pourtant bien maîtrisée par les « seriate » de l’ex-GSPC. Si la menace plane sur la vie quotidienne des simples citoyens, elle plombe pareillement les lendemains et les perspectives de développement de toute la région. Lorsque l’on sait que les trois quarts de la population vivent dans des localités rurales, on mesure les effets dévastateurs de la menace terroriste sur les programmes de développement attendus depuis des décennies, et qui ne sont pas près, vraisemblablement, d’être mis en place ou relancés à court terme. Dans la commune de Yakouren, qui vient d’être secouée par le drame qui a touché une simple ménagère, un projet de délimitation d’une zone d’expansion touristique (ZET) vient d’être exhumé. La zone concerne un périmètre forestier d’une haute valeur touristique, appelé « Bois sacré », et devrait recevoir des projets d’aménagement de nature à donner une vie économique à cette localité dotée d’atouts naturels majeurs mais qui continue à se morfondre dans le dénuement le plus total.

La délimitation du périmètre a été effectuée, ces derniers jours, en présence des responsables forestiers et de l’environnement, selon le P/APC de Yakouren, joint hier par téléphone. Il faut noter que ce projet de ZET forestière date du début des années 1990, lorsque la première APW pluraliste avait mis en place l’Office de gestion des zones d’expansion touristique (OGZET), disparu très rapidement. Vingt ans plus tard, les plans d’aménagement sont remis à l’ordre du jour, mais à l’ombre d’un terrorisme qui ne laisse aucun répit à la population locale et aux opérateurs économiques.

Source El Watan Djaffar Tamani

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires

Geneviève HALET-SABATIER 09/05/2010 08:57



Pauvres KABYLES, et pauvre KABYLIE ! Si peu (environ 20%) de la population, et rebelles avec ça. Je les aime. J'aime tous les gens qui veulent rester debouts et libres. Je prie pour eux.
GENEVIEVE.



Le Pèlerin 09/05/2010 15:51



Parmi les autres il y en a beaucoup d'habiles et de sympa


Une question de culture


Amicalement,


Le Pèlerin