Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

21 septembre 2011 3 21 /09 /septembre /2011 23:59

Algérie - Nouvelles misères en Kabylie

printemps berbere

Sujet du jour: ce qui se passe en Kabylie. Il ne faut pas en parler. Car, la mentalité régnante veut que cela ne se passe pas en Algérie ou que cela ne se «passe pas chez vous». La Kabylie est victime d'un double acte d'isolation qui a cultivé l'indifférence à l'égard de son drame, printemps, kidnapping et misères. D'un côté, une culture jacobine, baathiste, du Pouvoir a fait de cette région une cible de sa politique culturelle de déracinement de rééducation chinoise; de l'autre, une culture élitiste, un peu exclusive de l'autre et de rejet, a élevé un haut mur entre les Algériens de la Kabylie et ceux des autres régions. L'apartheid a été subi mais aussi voulu. Par les extrémistes des deux bords. La région a servi à ceux qui voulaient d'une sorte d'ethnicisme de prestige et ceux qui l'utilisaient comme poudrière domestique pour des complots cycliques. A la fin ? C'est cette immense indifférence du reste du pays à cette région que tous, certains de ses propres enfants et certains de ses ennemis abâtardis par le panarabisme intégriste, veulent. Aujourd'hui, les attentats terroristes, les kidnappings, les vols, les hold-up ou les émeutes y sont traités comme des faits divers et vécus par le reste de l'Algérie comme un événement presque étranger. Une indifférence qui laisse le chroniqueur sans mot. Et bien sûr, il faut dénoncer cette mort de l'Algérien à lui-même avec lucidité. Certains vont en faire un cri de misère locale et une preuve de la haine des «arabes» vers les Kabyles, d'autres font en fabriquer le signe d'une servilité d'intellectuel à un clergé, et d'autres encore vont lire ces lignes en se disant qu'est-ce que cela cache ? La vérité est que malgré les déclarations, la Kabylie ne cache rien que l'évidence: c'est une partie du pays qui souffre des siens et des autres. Tout le reste, de ce que pensent les partis politiques, les opposants ou les serviteurs du régime ne sont que des maladies en abîmes de l'esprit. Pourquoi chaque pensée pour la Kabylie est une arrière-pensée ? Pourquoi chaque misère est un complot ? Pourquoi chaque complot y a le sens d'un crime presque raciste ? Pourquoi ?
Parce que cette région est voulue ainsi: propriété idéologique pour certains, annexe mal annexée par d'autres, mal néocolonial par les puritaines de Banou Hillal. L'évidence est cependant là: on ne peut fonder l'algériannité, la concevoir, la penser et la constater que lorsque cette région sera vécue comme étant l'Algérie entière et que ses enfants les plus extrêmes la vivent comme ils vivent le reste du pays. Trop de rumeurs ont crevé les yeux: aujourd'hui une partie de l'Algérie est tuée, massacrée, volée et cela est vécu comme une manoeuvre artificielle ou une preuve de persécution et pas comme une misère nationale et une souffrance de tous. La cause: la Kabylie a été isolée, peu à peu du pays qui lui-même sombre dans la lâcheté et l'indifférence à soi. Du coup, on oublie l'évidence: il ne s'agit pas d'une région qui souffre mais d'un pays qui se tourne le dos. La misère en Kabylie, titre d'un reportage d'Albert Camus. La misère y est toujours: visible en Kabylie, évidente dans le reste du pays et son esprit. Kabyle n'est pas une nationalité certes, mais le reste du pays n'est pas encore une nation entière vécue dans la solidarité et la plénitude. Si ce qui se passe en Kabylie n'intéresse que les Kabyles, c'est que l'Algérie n'est pas encore née. Et vice-versa.

Source Le Quotidien d’Oran  Kamel Daoud

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires