Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

Archives

16 juin 2010 3 16 /06 /juin /2010 11:22

Algérie - M’sila - Destination la kalaâ des Béni Hammad !

La-Kalaa-des-Beni-Hammad.jpg

 

La Kalaâ des Béni Hammad, perchée sur le mont de Takerboust, dans la région de Maâdhid, devient, chaque été, une destination privilégiée pour les habitants des villes situées dans la partie orientale du Hodna.

Ce rush s’explique par la quête de fraîcheur qui caractérise ce haut lieu de l’histoire, du fait de son emplacement à plus de 1 000 mètres au-dessus du niveau de la mer. Cette fraîcheur contraste avec la canicule dans laquelle baignent les villes des alentours, notamment M’sila.
Cet attrait se justifie aussi par la proximité de cette forteresse historique des grandes villes de la wilaya, dont M’sila (30 km), Ouled Derradj (25 km), Magra et Barhoum (40 km), Tarmount et Ouled Mansour (60 km). La valeur historique du site, avec son majestueux minaret haut d’environ 20 mètres et ses multiples palais dont celui de la mer, ne serait pas étrangère au pouvoir attractif de la kalaâ entourée, par ailleurs, d’une dense forêt qui a résisté à l’avancée du béton.
Selon une source locale, les visiteurs viennent surtout en famille pour s’y détendre.
Les jeunes couples en quête du romantisme offert par la nature exubérante, fréquentent également le site aux côtés des bruyants jeunes motocyclistes venant surtout de M’sila et Ouled Derradj, les deux cités les plus proches. En dehors de quelques épiceries et kiosques multiservices, les structures d'accueil, notamment les hôtels, sont inexistantes dans la commune de Maâdhid, déplorent le président de l’association solidarité avec les jeunes ruraux et les membres de l’association El-Kalaâ. La multiplication des manifestations artistiques et culturelles à même de promouvoir l’image de la Kalaâ est nécessaire pour y attirer des investisseurs, ajoutent-ils en soulignant que les deux séminaires nationaux et les journées du printemps de la Kalaâ organisés durant les trois dernières années avaient attiré un grand nombre de visiteurs.
Ils invitent également les autorités locales à œuvrer à la création d’espaces cultuels et artistiques, et à relancer certaines manifestations, dont le festival international de la Kalaâ.
En 2009, le nombre de visiteurs y aurait atteint 10 000, selon les responsables de ces deux associations qui affirment que le programme d’activités peaufiné par leurs soins pour l’été et l’automne 2010 devra faire doubler ce chiffre. La réception de l’auberge de jeunes de 50 lits, en voie de construction à Maâdhid, est appelée, à terme, selon eux, à contribuer à la promotion de la Kalaâ en tant que destination touristique.

Source Infosoir R.L. / APS

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires