Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

11 avril 2012 3 11 /04 /avril /2012 04:04

Ce MUJAO en guerre contre l’Algérie  Rebelion-Mali.jpg

Le Mouvement Unicité et Jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO) n’est pas une branche salafiste armée dissidente d’Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Cette nouvelle branche terroriste a été créée pour déstabiliser les plans du Cémoc (état-major des pays du Champ) et pour brouiller les pistes des pays du Sahel. Une pure tactique de guerre prévue par Al Qaïda au Maghreb.

Mieux, ce groupe terroriste, né quelque part, a une mission très particulière, ciblée les intérêts algériens. Encore mieux, cette organisation criminelle, composée essentiellement de djihadistes maliens et mauritaniens et drainé par un certain Abou Gaâgaâ, n’a pas l’intention de relâcher les sept diplomates algériens, comme cela a été rapporté par beaucoup de médias algériens. C’est un groupe terroriste sanglant, dont l’idéologie est faite de sang. Le

4 mars dernier, cette branche islamiste armée avait déclaré la

«guerre» sainte contre l’Algérie. Le 3 avril passé, elle a enlevé sept Algériens et brûlé le drapeau algérien. Des signes de

«guerre». Comment, devant ce fait, peut-on voir une libération rapide des sept otages algériens? Impossible. Les otages algériens seront détenus pendant des mois, faut-il le signaler, car le MUJAO est une faction radicale et extrémiste. Des sources et des informations circulent depuis avant-hier, parlant de la libération des sept otages algériens détenus par le Mouvement Unicité et Jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO). Puis, d’autres informations affirment que les otages algériens ont été transmis aux rebelles touaregs. C’est faux. Toutes ces sources et ces informations ne disaient que du faux. Pourquoi ? Il faut retenir une chose, pour ceux qui ne le savent toujours pas, le groupe terroriste du MUJAO est une faction terroriste très sanglante et ne reculant devant rien. En brûlant le drapeau algérien qui flottait au-dessus du Consulat d’Algérie à Gao et le remplaçant par celui du MUJAO, ce groupe terroriste, emmené par un certain Abou Gaâgaâ, voulait porter un message clair aux autorités algériennes que la «guerre» vient d’être déclarée. Comment peut-on espérer ou voir une libération des sept diplomates algériens devant un tel signe de guerre ? Le Mouvement Unicité et Jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO) pour ceux qui l’ignorent encore, est une organisation criminelle composée de djihadistes sanglants, assoiffés de sang ayant déjà fait la guerre en Afghanistan, alors que d’autres étaient en Irak. Leur idéologie est beaucoup plus sanglante que celle de l’ex-chef d’Al Qaïda, en l’occurrence Oussama Ben Laden. Le MUJAO est composé essentiellement de djihadistes maliens et mauritaniens, puis de quelques terroristes d’origine algérienne, marocaine, nigérienne et tunisienne. Leur nombre dépasse aujourd’hui les 1000 hommes, fortement armés et grands connaisseurs du grand désert du Sahel. Ce mouvement terroriste avait déclaré la

«guerre» sainte contre les intérêts algériens, c’était juste après l’attentat-suicide ayant ciblé le siège de la brigade territoriale de la Gendarmerie nationale de Tamanrasset. Un attentat terroriste commis par deux jeunes kamikazes d’origine étrangère, mais fort probablement par deux maliens. Comment un tel groupe, aussi radical et extrémiste, est-il en mesure de relâcher les sept diplomates algériens ? C’est pratiquement impossible. Ce groupe criminel, dirigé par un certain Abou Gaâgaâ, d’origine mauritanienne tient dur comme fer à détenir les sept diplomates algériens, il n’a aucune volonté de les relâcher après les avoir pris en otages. Cela dit, les sept Algériens qui sont, aujourd’hui, entre les mains de MUJAO, ne seront pas libérés de sitôt. Ils seront, par contre, détenus pendant des mois, cela bien entendu, s’ils ne sont pas exécutés. La situation est très préoccupante pour la vie de ces Algériens. D’ailleurs, le récent attentat suicide qui a visé, le 3 mars dernier, le siège de la brigade de la Gendarmerie nationale de Tamanrasset est une preuve solide de cette menace potentielle. Un attentat kamikaze qui a fait, rappelons-le, 23 blessés dont 15 gendarmes, 5 pompiers et

3 civils qui passaient par là, au moment de l’explosion de l’engin piégé de 200 kg de TNT. Un attentat revendiqué, quelques heures après, par le Mouvement de l’Unicité et du Jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO). Dirigé par un jeune djihadiste, un mauritanien d’origine, ce mouvement armé avait déjà menacé les autorités algériennes d’une «guerre sainte». Le plus étonnant dans ce nouveau mouvement armé c’est que l’ensemble de ses opérations ciblent, très particulièrement, les frontières algériennes, d’où la grande question. Quelle est la mission du MUJAO? Pourquoi s’acharne-t-il contre l’Algérie? Et quels sont les enjeux de ce Mouvement ? Des questions qui restent, présentement, sans réponse. Le plus sûr c’est que ce mouvement est né, quelque part, et doté d’armes de guerre et son but est de mettre à feu et à sang les frontières algériennes. Toutefois, les autorités algériennes sont très conscientes de la situation et de la menace et pour cette raison, le général-major, Ahmed Boustila, commandant de la Gendarmerie nationale, avait fait une escale au lendemain de l’attentat de Tamanrasset pour entamer un plan spécial qui vise à traquer les terroristes du MUJAO et ceux d’Aqmi. Un plan qui suit, aujourd’hui, son cours et qui pare à d’éventuelles actions terroristes du MUJAO.

Source Le Jour d’Algérie Sofiane Abi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires